Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Bilan général. Les performances de l’Art Contemporain

Réveillé par un record sensationnel à 110,5m$ en mai 2017, le Marché de l’Art Contemporain achève un troisième semestre consécutif en hausse. La consolidation de ce marché passe par une demande toujours plus forte pour les artistes contemporains devenus incontournables, mais également par la prolifération de l’offre et un contexte économique particulièrement favorable.

Tous les indicateurs positifs

Pour la première fois depuis la crise financière de 2008, les quatre principaux indicateurs de la santé du Marché de l’Art Contemporain sont tous positifs sur les 12 derniers mois:

  • Le chiffre d’affaires mondial, en hausse de +19%, atteint 1,9 Mrd$
  • Le nombre de lots vendus augmente de +17% avec 66.850 adjudications
  • Le taux d’invendus mondial reste stable à 39%
  • L’indice des prix de l’Art Contemporain progresse de +18,5%

L’augmentation extrêmement homogène des trois principaux indicateurs de l’évolution du Marché – tous les trois très proches de +18% – plaide en faveur d’un développement rapide mais parfaitement équilibré des ventes aux enchères d’Art Contemporain. Ce marché progresse uniformément cette année en termes de prix, de lots vendus et de volume total des ventes.

Evolution des ventes d’Art Contemporain aux enchères

Evolution des ventes d'Art Contemporain aux enchères

Une croissance beaucoup plus stable

Les 66.850 transactions enregistrées sur 12 mois révèlent un marché plus intense que jamais. Le nombre de ventes a été multiplié par 5,5 depuis l’exercice 2000/01. Sur la même période, le produit des ventes a progressé de +1.700%, passant de 103m$ à 1,9Mrd$. Le prix moyen d’une oeuvre contemporaine vendue aux enchères est ainsi passé de 8.400$ au tournant du XXIème siècle à 28.000$ aujourd’hui, après avoir atteint un sommet à 38.800$ sur l’exercice 2013/14.

Le Marché de l’Art Contemporain avait alors connu une croissance extrêmement rapide. Les collectionneurs s’étaient en particulier enflammés comme jamais auparavant pour toute une nouvelle génération d’artistes, dont Oscar MURILLO, Lucien SMITH, Christian ROSA, Tauba AUERBACH ou Parker ITO, mais tous peinent depuis lors à maintenir le prix de leurs oeuvres trop subitement monté. De nombreux artistes contemporains de premier plan ont eux aussi connu des records aux enchères spectaculaires en 2013/14 (tout particulièrement à New York et Hong Kong) qu’ils n’ont plus jamais approchés par la suite: Jeff Koons (58,4m$), Zheng Fanzhi (23,3m$), Zhang Xiaogang (12m$),  Wade GUYTON (6m$), Rosemarie TROCKEL (5m$), etc.

Evolution du produit des ventes aux enchères de Jeff Koons

Evolution du produit des ventes aux enchères de Jeff Koons

La restructuration aura duré trois ans mais le Marché de l’Art Contemporain repart désormais sur des bases beaucoup plus solides. Si les prix sont à nouveau en hausse, l’offre est également en pleine augmentation et permet une meilleure sélection des oeuvres. Le taux d’invendus parfaitement stable, à 39%, garantit l’équilibre du marché. Symbole enfin que la croissance est bel et bien à nouveau en place sur le Marché de l’Art Contemporain et que la confiance des collectionneurs est à son meilleur niveau: Jeff Koons enregistre sa plus belle vente aux enchères depuis 2014 et le troisième meilleur résultat de l’année.

La nouvelle place de l’Art Contemporain

L’Art Contemporain représente 14% du nombre de ventes aux enchères total de Fine Art, contre 12% du chiffre d’affaires. Il surpasse désormais la période des Maîtres Anciens et celle du XIXème siècle, aussi bien en termes de produit de ventes que du nombre d’échanges. Cependant, l’Art Contemporain ne peut encore rivaliser avec l’Art d’Après-guerre et l’Art Moderne, qui concentrent ensemble 68% de la valeur globale du Marché de l’Art.

Répartition du produit des ventes par période de création (2017/18)

Répartition du produit des ventes par période de création (2017/18)

Le Marché de l’Art Contemporain bénéficie par ailleurs d’une offre de plus en plus diversifiée: 20.335 artistes nés après 1945 ont enregistré au moins une enchère sur les 12 derniers mois. C’est près de cinq fois plus qu’en 2000/01 (4.100 artistes contemporains) et 18% de plus que pour l’exercice 2013/14.

La majorité des artistes (53%) compte une seule transaction; c’est le cas par exemple de l’Indonésien Saputra HANDIWIRMAN, représenté par la galerie ARNDT, qui n’a vendu qu’une seule toile cette année aux enchères, mais celle-ci a atteint 318.600$. En revanche, plusieurs artistes contemporains ont connu des échanges particulièrement nombreux en salles de ventes sur les 12 derniers mois:

Les artistes les plus échangés aux enchères comptent généralement un grand nombre d’oeuvres abordables. De petites toiles de Robert Combas sont adjugées chaque année pour moins de 5.000$ et les polaroïds de Nobuyoshi ARAKI continuent d’être cédés pour moins de 1.000$.

Dans l’ensemble, la structure des prix de l’Art Contemporain se calque de plus en plus sur celle du reste du Marché. 90% des oeuvres contemporaines ne dépassent pas 22.400$ (frais acheteurs inclus) et les oeuvres supérieures à 100.000$ représentent tout juste 3% des transactions.

Structure du Marché de l’Art Contemporain – 2017/2018

Pourcentage des lots adjugés pour un montant inférieur à
100% 45.315.000$
99% 382.006$
98% 163.445$
97% 100.726$
96% 71.084$
95% 53.233$
90% 22.400$
80% 8.053$
70% 3.922$
60% 2.151$
50% 1.242$
40% 762$
30% 477$
20% 289$
10% 149$
© Artprice.com

 

 

Concentration du Marché haut de gamme

Londres, New York, Pékin et Hong Kong concentrent à elles seules 82% du chiffre d’affaires mondial pour l’Art Contemporain, mais 17% des lots vendus. Cette concentration est un peu plus importante que pour le reste du Marché Fine Art (78% du produit des ventes total est enregistré dans ces quatre villes pour 14% des lots vendus). Le Marché de l’Art Contemporain reste ainsi confiné dans ces grandes capitales, du moins en termes de valeur. New York ne compte que 3.300 oeuvres vendues, soit 28% des lots américains, mais représente 95% des recettes du pays. En comparaison, près de 10% des transactions américaines sont conclues à Dallas, mais la ville pèse moins de 1% du chiffre d’affaires national.

Paris (5.000 lots vendus) et Londres (4.200) enregistrent chacune davantage de transactions que New York, mais celle-ci reste clairement la principale capitale du Marché haut de gamme. 40% des entrées du Top 100, dont les trois premières, ont été enregistrées à Manhattan. Londres toutefois n’est pas en reste, avec 34 oeuvres vendues plus de 2,5 m$. La capitale anglaise demeure la première place de Marché pour de nombreux artistes européens phares (Peter Doig, Rudolf Stingel, Antony Gormley, etc.) mais Londres concurrence également New York pour les signatures les plus en vogue de l’Art Contemporain américain. Ainsi, une part importante des oeuvres de Jean-Michel Basquiat, de Mark Bradford ou même de George Condo est échangée dans les salles de ventes londoniennes.

La présence de nombreuses galeries éminentes à la fois à New York et à Londres (Sadie Coles, Simon Lee, Pace, Marian Goodman, etc.) favorise sans conteste les rapports entre les deux grandes puissances anglo-saxonnes, et permet aux artistes en vogue de s’exporter rapidement de l’autre côté de l’Atlantique. Une importante synergie résulte de cette situation, qui permet à la cote de nombreux artistes d’évoluer beaucoup plus rapidement, en doublant immédiatement la taille de leur marché.

L’évolution exponentielle du prix record pour une oeuvre contemporaine (qui se joue finalement entre cinq artistes) ne peut pas être comprise sans reconnaître la domination de New York (et de Londres dans un second temps) sur le Marché de l’Art Contemporain international. Ainsi en mai 2017, le collectionneur japonais Yusaku Maezawa a déboursé 110,5m$ pour s’offrir Untitled (1984) de Jean-Michel Basquiat, une toile convoitée par les collectionneurs du monde entier. Et c’est bien sûr la mise en concurrence directe à New York de tous ces acheteurs qui a pu faire grimper les enchères vers ce record inattendu.

Historique des prix records pour une oeuvre contemporaine

Historique des prix records pour une oeuvre contemporaine

Plusieurs villes, dont Paris, aimeraient évidemment prendre part à la nouvelle organisation mondiale du Marché de l’Art Contemporain haut de gamme, aux côtés de Londres et New York. Mais il semble que Hong Kong représente la meilleure opportunité grâce à sa position géographique, mais aussi une législation beaucoup plus avantageuse. La France, trop proche du Royaume-Uni, ne donne pas véritablement accès à un nouveau marché et à d’autres collectionneurs. Hong Kong au contraire est une extraordinaire porte d’entrée sur un immense continent. Elle est un pont entre l’Occident et l’Asie; elle rayonne non seulement sur la Chine mais aussi sur l’Inde et toute l’Asie du sud-est. New York, Londres et Hong Kong permettent à elles trois de toucher tous les plus grands collectionneurs de la planète et, ainsi, de réunir les marchés américains, européens et asiatiques, comme l’ont compris de très nombreuses galeries.

La maison de ventes anglo-saxonne Phillips a ainsi préféré se développer à Hong Kong, plutôt qu’à Paris ou Pékin. La troisième maison de ventes d’Art Contemporain de la planète réalise à Hong Kong 7% de son chiffre d’affaires au S1 2018. Dans les trois ventes qu’elle y a organisées cette année, Phillips mêle le meilleur de l’Art Contemporain asiatique et occidental, avec des résultats remarquables pour ZHANG Xiaogang, George Condo, FANG Lijun, Yoshitomo Nara, Takashi Murakami, Kaws, Christine Ay Tjoe ou encore Jean-Michel Basquiat.

Evolution du produit de ventes d’Art Contemporain aux enchères chez Phillips

Evolution du produit de ventes d'Art Contemporain aux enchères chez Phillips

Les trois principales maisons de ventes anglo-saxonnes continuent de dominer le Marché de l’Art Contemporain à l’échelle planétaire: Sotheby’s (28% du chiffre d’affaires mondial), Christie’s (26%) et Phillips (15%). Cette dernière réalise cependant la meilleure enchère de l’année, avec Flexible (1984) de Jean-Michel Basquiat, vendue pour 45m$ le 17 mai 2018 à New York. Elle prouve plus que jamais qu’elle est devenue incontournable sur ce Marché de l’Art Contemporain haut de gamme.

Six maisons de ventes chinoises se classent cette année encore parmi les 10 premières maisons de ventes aux enchères de la planète pour l’Art Contemporain. China Guardian est à nouveau la première maison de ventes chinoise dans ce secteur. Elle surpasse sa rivale Poly Auction (présente à Pékin et Hong Kong), notamment grâce à une vente spectaculaire, le 19 juin 2018 qui a totalisé plus de 40 m$ pour seulement 29 lots vendus. Cette session a notamment été marquée par deux nouveaux records personnels, à 6,7m$ pour Zhou Chunya avec Chinese tone (山石图) (1992) et 3,8 m$ pour Ai Xuan avec Aspirant (有志者) (1980), ainsi que par la dispersion de trois toiles de Chen Yifei pour près de 7m$.

Classement des maisons de ventes par produit d’Art Contemporain – 2017/2018

Maison de ventes Produit de ventes Nombre de lots vendus Meilleur résultat
1 Sotheby’s 533.709.547$ 2.443 30.711.000$
2 Christie’s 480.510.215$ 3.001 22.812.500$
3 Phillips 290.408.446$ 1.895 45.315.000$
4 China Guardian 108.017.151$ 669 22.640.280$
5 Poly International Auction Co.,Ltd 74.744.711$ 690 4.437.459$
6 Beijing Council 33.943.228$ 212 3.304.709$
7 RomBon Auction 16.632.601$ 462 718.985$
8 Council Shanghai 16.482.640$ 115 8.826.036$
9 Hangzhou Jiashi 16.134.691$ 31 5.751.438$
10 Beijing Hanhai Art 13.208.466$ 637 1.183.322$
11 Seoul Auction 11.044.370$ 157 3.331.097$
12 Artcurial 10.418.102$ 791 552.772$
13 Ravenel International 8.346.666$ 140 1.504.752$
14 Bonhams 7.933.315$ 637 550.571$
15 Beijing Huachen 7.921.581$ 130 2.088.216$
16 Mainichi Auction 7.191.513$ 1.301 721.422$
17 Zhong Cheng Auctions 6.953.902$ 135 1.249.747$
18 Xiling Yinshe Auction 6.473.963$ 193 847.550$
19 Grisebach 5.978.695$ 246 1.009.928$
20 Joe Jubilee Beijing 5.425.734$ 44 633.960$
21 SBI Art 5.269.302$ 567 577.218$
22 Dorotheum 5.067.786$ 337 508.249$
23 Ketterer Kunst 4.952.890$ 137 780.147$
24 K-Auction 4.859.824$ 130 796.720$
25 Heritage Auctions 4.408.149$ 1.015 200.000$
© Artprice.com

Domination des USA, du Royaume-Uni et de la Chine

Les États-Unis restent, sans surprise, la 1ère place de marché mondiale pour l’Art Contemporain, mais l’hégémonie de New York faiblit quelque peu cette année. Le marché américain s’est davantage concentré sur l’Art Moderne (notamment avec la vente de la collection Rockefeller en mai 2018) et a bien sûr été marqué par le record historique enregistré par le Salvator Mundi de Léonard de Vinci en novembre 2017. En conséquence, le chiffre d’affaires de l’Art Contemporain aux USA affiche une baisse de -16% par rapport au dernier exercice. En effet, les USA, qui pesaient 44% du produit de ventes mondial à l’exercice 2016/17 avec 705m$, ne concentrent cette année que 32% des ventes, avec 612m$.

Le Royaume-Uni (545m$) et la Chine continentale (298m$) réalisent en revanche tous deux une très belle performance, en hausse de +55% et +15% respectivement. Londres renoue avec le Marché haut de gamme: 86 oeuvres contemporaines ont été vendues plus d’1m$ dans la capitale anglaise, contre 53 l’an passé.

Concentration géographique du produit des ventes aux enchères (2017/18)

Concentration géographique du produit des ventes aux enchères (2017/18)
La part de marché de la grande Chine (Hong Kong et Taïwan inclus) se stabilise à 26%, avec 480m$. CHEN Yifei est cette année l’artiste chinois le plus performant aux enchères. Avec un produit de ventes de 47m$ en 12 mois, il fait mieux que ZHANG Xiaogang (22,5m$) et ZENG Fanzhi (20,3m$), pour lesquels les ventes se sont quelque peu ralenties au cours de ces dernières années. La peinture Warm spring in the jade pavilion (玉堂春暖) (1993) de Chen Yifei, déjà vendue trois fois aux enchères, montre clairement la prise de valeur exceptionnelle de ses oeuvres: 215.000$ en 1993, 1,4m$ en 2006 et finalement 22,6m$ le 19 décembre 2017 chez China Guardian à Pékin. Ce dernier résultat établit un record majeur pour ce peintre décédé en 2005 à seulement 59 ans. La peinture hyper réaliste est très appréciée en Chine, avec Chen Yifei (5ème dans le classement Artprice des artistes contemporains) mais aussi WANG Yidong (n° 88), YANG Feiyun (n° 330) ou encore XU Qingfeng (1972) (n° 403).

A son échelle, la France réalise elle aussi une prestation remarquable avec 71m$ cumulés en 12 mois pour l’Art Contemporain, soit une progression de +81%. Ce résultat repose pour l’essentiel sur la seule vente de la collection de Jean-François et Marie-Aline Prat, les 20 et 21 octobre 2017 chez Christie’s. Cette session a totalisé 46,6m$ avec 172 oeuvres contemporaines vendues en deux jours, et un sommet à 17,7m$ pour Jim Crow (1986) de Jean-Michel Basquiat.

En Europe toujours, l’Allemagne (+40%), l’Italie (+31%) et la Belgique (+27%) consolident respectivement leurs cinquième, septième et dixième places sur le Marché de l’Art Contemporain mondial. Une très belle vente à 401.000$ pour Anthony Gormley chez Blindarte à Naples le 29 novembre 2017, avec Gut V (2002); un sommet à 685.000$ chez Louiza Auktion à Bruxelles pour Wild carved Bear de Richard Orlinski, le 24 mars 2018; et, plus remarquable encore, un résultat à 1m$ pour Anselm Kiefer chez Grisebach le 1er juin 2018 à Berlin, pour Für Velimir Chlebnikow (2004/05), portent cette année le marché contemporain en Europe, en dehors de la France.

Enfin, plusieurs pays participent à la croissance aux quatre coins du globe:

  • Japon: +22%
  • Australie: +15%
  • Corée du Sud: +15%
  • Afrique du Sud: +25%

Top 20 des pays par produit de ventes d’Art Contemporain (2017/18)

Produit de ventes Nombre de lots vendus Meilleur résultat
1 États-Unis 612.822.603$ 11.481 45.315.000$
2 Royaume-Uni 544.651.235$ 8.683 21.594.014$
3 Chine 480.508.317$ 5.694 22.640.280$
4 France 71.189.028$ 7.542 17.680.936$
5 Allemagne 22.306.780$ 3.319 1.009.928$
6 Japon 14.041.933$ 2.066 721.422$
7 Italie 12.761.068$ 3.675 400.963$
8 Australie 10.497.898$ 2.420 595.704$
9 Pays-Bas 8.165.285$ 1.302 888.930$
10 Belgique 8.111.389$ 1.796 684.431$
11 Corée du Sud 7.933.976$ 221 796.720$
12 Autriche 7.667.872$ 646 508.249$
13 Afrique du Sud 6.125.481$ 1.494 384.261$
14 Inde 6.115.436$ 326 1.131.482$
15 Philippines 5.296.947$ 485 314.760$
16 Nouvelle-Zélande 5.086.652$ 1.267 219.268$
17 Pologne 5.064.021$ 3.018 99.801$
18 Turquie 4.603.456$ 575 164.696$
19 Suisse 4.601.564$ 897 345.999$
20 Danemark 3.686.852$ 372 375.327$
© Artprice.com

Investir dans l’Art Contemporain

Sur le long terme, l’Art Contemporain est, avec l’Art d’Après-guerre, la seule période de création véritablement performante dans son ensemble.

Pendant les cinq années qui ont précédé la crise financière de 2008, le Marché de l’Art tout entier a connu une importante croissance. Les prix ont évolué plus rapidement qu’ailleurs sur les deux périodes les plus récentes (l’Art Contemporain et l’Art d’Après-guerre). Portées par des marchés financiers très optimistes et la globalisation du Marché de l’Art (avec l’avènement de la Chine), les cote de Damien Hirst, Richard Prince ou encore YUE Minjun se sont littéralement envolées.

Indice Artprice des prix par période de création

Indice Artprice des prix par période de création

Retombés de -25% pendant la crise financière, les prix de l’Art Contemporain ont montré quelques difficultés à se maintenir au cours des dernières années. A partir de 2015, l’indice pour les oeuvres de cette période a commencé à s’écarter de façon visible, pour la première fois depuis le début du XXème siècle, de l’indice des prix de l’Art d’Après-guerre qu’il semblait pourtant suivre.

L’Art Contemporain a entamé une nouvelle période faste au cours des neuf derniers mois, prouvant que la nouvelle création est devenue la véritable locomotive du Marché de l’Art.

Top 5 des plus-values extrêmement rapides (<2 ans) pour l’Art Contemporain

Vente 1 Vente 2
Artiste Œuvre Prix Vente Prix Vente
Raymond PETTIBON (1957) Untitled (Set Sail…) (1999) 13.602$ 30/05/2015 Lempertz Cologne 21.503$ 21/11/2017 Sotheby’s Londres
George CONDO (1957) Untitled (1986) 15.601$ 12/04/2017 Sotheby’s Londres 24.853$ 11/04/2018 Sotheby’s Londres
Vik MUNIZ (1961) Bloody Marilyn) (2001) 83.305$ 12/02/2016 Christie’s Londres 104.052$ 02/12/2017 Ravenel Taipei
KAWS (1974) Pressure Parade (2011) 125.000$ 12/05/2016 Sotheby’s New York 421.724$ 27/06/2018 Phillips Londres
Sean SCULLY (1945) Grey Red (2012) 850.402$ 05/10/2016 Phillips Londres 1.587.366$ 08/03/2018 Phillips Londres
© Artprice.com

La volatilité de l’Art Contemporain rend cette période particulièrement propice aux investissements. Les 12 derniers mois ont montré que le temps était venu pour la création contemporaine de surpasser les qualités financières de l’Art d’Après-guerre. Les dix plus belles prises de valeur enregistrées au cours de cet exercice mettent en évidence les performances sur le long terme de l’Art Contemporain. Ce sont les artistes dont les oeuvres ont commencé à être vendues aux enchères dans les années 1990 et au début des années 2000, et qui repassent à présent en ventes publiques, pour lesquelles le prix des oeuvres a progressé de la manière la plus impressionnante. Les “Monochromatic Jokes” de Richard Prince illustrent parfaitement l’immense potentiel financier de l’Art Contemporain. Acquise pour 38.125$ en mai 2000 chez Sotheby’s à New York, la toile All I’ve heard (1988) a été revendue pour plus de 2,5m$ en novembre 2017. Le collectionneur réalise une plus-value de +6.550% en un peu plus de 17 années, soit un retour sur investissement (ROI) annuel moyen de +28%.

Top 10 des plus-values pour l’Art Contemporain

Vente 1 Vente 2
Artiste Œuvre Prix Vente Prix Vente
Wolfgang TILLMANS (1968) Doing Well (2001) 4.439$ 29/06/2005 Artcurial Paris 71.456$ 17/04/2018 Christie’s Londres
Peter DOIG (1959) Untitled (1991) 8.150$ 08/02/2002 Sotheby’s Londres 246.218$ 05/10/2017 Phillips Londres
Glenn LIGON (1960) Untitled (I remember the very day) (1991) 10.200$ 15/11/2000 Sotheby’s New York 190.261$ 26/06/2018 Phillips Londres
Barbara KRUGER (1945) We Are Public Enemy Number One (1984) 10.925$ 18/05/1999 Christie’s New York 287.390$ 27/06/2018 Sotheby’s Londres
Richard PRINCE (1949) All I’ve Heard (1988) 38.125$ 18/05/2000 Sotheby’s New York 2.532.500$ 16/11/2017 Christie’s New York
Yoshitomo NARA (1959) Fuck the Rotten World! (2002) 46.875$ 11/05/2011 Sotheby’s New York 550.505$ 01/04/2018 Sotheby’s Hong Kong
Keith HARING (1958-1990) Healing Hand (1988) 60.500$ 23/02/1994 Christie’s New York 1.635.000$ 17/05/2018 Sotheby’s New York
Grayson PERRY (1960) I Want To Be An Artist (1996) 65.984$ 05/02/2004 Sotheby’s Londres 825.783$ 07/10/2017 Christie’s Londres
Jean-Michel BASQUIAT (1960-1988) Jim Crow (1986) 136.367$ 03/12/1992 Christie’s Londres 17.680.936$ 20/10/2017 Christie’s Paris
Mark TANSEY (1949) Source of the Loue (1988) 233.000$ 02/05/1988 Sotheby’s New York 7.453.600$ 16/05/2018 Sotheby’s New York
© Artprice.com

La prospérité du Marché de l’Art Contemporain repose également sur l’immense valeur que créent les grandes galeries internationales. Le travail de Mark Bradford, George Condo ou encore Hurvin Anderson est aujourd’hui arrivé à maturité et leurs meilleures oeuvres, réalisées au cours des 15 dernières années, apparaissent progressivement en salles des ventes. Untitled (2007) de Christopher Wool a été adjugée pour la première fois aux enchères pour 14,5m$, dix ans après avoir été acquise chez Luhring Augustine à New York.

Cependant, la volatilité des prix de l’Art Contemporain n’est pas sans risque pour les collectionneurs. L’enthousiasme du Marché entre 2013 et 2015 pour certains très jeunes plasticiens américains a aujourd’hui de lourdes répercussions pour les acheteurs qui s’étaient laissés séduire.

Top 5 des moins-values pour l’Art Contemporain

Vente 1 Vente 2
Artiste Œuvre Prix Vente Prix Vente
Ugo RONDINONE (1964) I don’t live here anymore (2000) 12.000$ 06/06/2005 Phillips de Pury & Company New York 1.598$ 11/04/2018 Phillips Londres
BLEK LE RAT (1951) Man Who Walks Through Walls (2007) 26.238$ 05/02/2008 Bonhams Londres 6.401$ 21/11/2017 Bonhams Hong Kong
Parker ITO (1986) Inkjet Painting #6 (2013) 46.895$ 01/07/2014 Sotheby’s Londres 4.800$ 01/10/2017 Sotheby’s Hong Kong
Jacob KASSAY (1984) Untitled (2010) 104.500$ 08/11/2011 Phillips de Pury & Company New York 10.000$ 28/09/2017 Christie’s New York
Subodh GUPTA (1964) Untitled (2005) 466.980$ 30/11/2008 Christie’s Hong Kong 75.000$ 01/03/2018 Christie’s New York
© Artprice.com

Les performances de l’Art Contemporain démontrent aujourd’hui que ce segment est l’une des plus sérieuses alternatives aux placements financiers traditionnels. Sur un échantillon de près de 1.000 oeuvres contemporaines achetées aux enchères et revendues par ce même biais au cours des 12 derniers mois, le rendement annuel moyen s’élève à +8,1%. Cependant, la valeur de 40% de ces oeuvres a diminué entre leurs deux derniers passages en salles de ventes. La diversification d’une collection reste donc primordiale. En ayant investi, en 2013, 100.000$ dans une oeuvre de Jacob Kassay et 100.000$ dans une oeuvre de George Condo (deux des volatilités les plus extrêmes du marché), la valeur attendue de ce portefeuille atteindrait tout de même 500.000$ aujourd’hui (sur la base de l’évolution des prix des oeuvres de ces deux artistes, prix qui se sont effondrés pour le premier et se sont envolés pour le second).

Maintenant, il s’écoule en moyenne entre deux passages d’une oeuvre, en salle des ventes, seulement neuf années.

En outre, rares sont celles qui, n’étant pas ré-apparues aux enchères en l’espace de 20 ans, n’ont pas changé de mains entre temps par l’intermédiaire d’une galerie ou d’un conseiller en art. L’oeuvre Jim Crow de Jean-Michel Basquiat et Source of the love de Mark Tansey, qui n’avaient pas été revues aux enchères depuis plus de 25 ans, ont toutes deux été acquises en vente privée par leur derniers propriétaires, comme le révèlent les catalogues de ventes.

Indice Artprice de l’Art Contemporain Vs. S&P 500

Indice Artprice de l'Art Contemporain Vs. S&P 500

La puissance du Marché de l’Art Contemporain repose en grande partie sur l’intensification rapide du nombre de transactions. Pour satisfaire une demande toujours croissante, les oeuvres circulent de plus en plus rapidement et de nouvelles pièces abreuvent continuellement le Marché. Les autres périodes, au contraire, assistent nécessairement à une dilution progressive des prix: les pièces majeures étant peu à peu écartées du Marché pour rejoindre les collections muséales, la qualité tend immanquablement à diminuer dans l’ensemble.

Un rebond de +27% de l’indice des prix de l’Art Contemporain sur le S1 2018 permet à ce segment de rivaliser avec les marchés boursiers sur le long terme. Depuis janvier 2000, la valeur générale des oeuvres contemporaines a progressé de +88%, contre +85% pour le S&P 500. Sur 18 ans, ces deux indices affichent une prise de valeur comparable de +3,5% par an, en moyenne. Cependant, les courbes très différentes de ces deux indices suggèrent que le Marché de l’Art Contemporain est peu corrélé aux marchés financiers. La création contemporaine, est non seulement aussi performante que les actions américaines, mais peut aussi permettre de diversifier les investissements.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK