Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Bilan général

Le Marché de l’Art enregistre un troisième exercice consécutif en hausse, grâce à un volume de transactions record: 539.000 lots vendus, soit deux fois plus qu’en 2000. En Occident, les acheteurs se sont montrés extrêmement confiants tout au long du 1er semestre, mais beaucoup plus exigeants dès les premières ventes d’automne.

Porté par le marché américain

Le produit des ventes gagne +4% cette année dans le monde, pour atteindre 15,5Mrd$. La croissance repose essentiellement sur le marché occidental (+12%), lui-même porté par le marché américain, qui réalise la meilleure performance de son histoire: 5,9Mrd$ (+18%). Le Royaume-Uni (+12%), l’Italie (+17%) et le Japon (+31%) participent eux aussi à la croissance, tandis que la France (-10%) a indéniablement manqué de belles pièces.

Le marché chinois (-12%) poursuit de son côté le processus de restructuration entrepris en 2015. Les maisons de ventes s’attachent à présent à réduire leur taux d’invendus, qui passe de 64% en 2017 à 54% en 2018, sur l’ensemble du territoire chinois.

Evolution semestrielle du produit des ventes mondiales

Evolution semestrielle du produit des ventes mondiales

Symbole d’un marché parfaitement mondialisé, ultra dynamique et en très bonne santé, Pablo Picasso enregistre une performance 2018 exceptionnelle: 3.390 lots vendus pour 744,4m$. Quelques analystes ont avoué avoir même été légèrement déçus par les 115m$ récoltés par Fillette à la corbeille fleurie《拿着花篮的女孩》 en mai à New York. Au Japon, Tête de femme en pleurs (1939) a établi un record historique aux enchères à 10,1m$ (iART Tokyo, le 2 juin 2018).

Un S1 2018 flamboyant

La vente de la Collection Rockefeller a permis à la maison Christie’s de faire durer quelques mois encore l’euphorie suscitée par les records de Jean-Michel Basquiat (110,5m$) et Léonard de Vinci (450m$) en 2017. Cette année, ce sont les artistes modernes qui ont dominé les enchères, avec deux adjudications supérieures à 100m$.

Pourtant ces résultats flamboyants remettent en question le fonctionnement même du Marché de l’Art haut de gamme. La compétition entre les grandes maisons forcent celles-ci à prendre de grands risques pour garantir la vente de lots phares, et les poussent à réduire leurs marges bénéficiaires. A l’annonce des résultats du premier semestre 2018, l’action Sotheby’s a ainsi perdu -10%. Malgré un chiffre d’affaires en hausse, les profits de la société ont chuté de -23%, une contre-performance que Sotheby’s a expliqué en pointant du doigt sa propre stratégie de garantie. Vraisemblablement, la vente de Nu Couché (sur le côté gauche) (1917-18) de Modigliani (157m$, un record absolu pour Sotheby’s) n’a pas été la meilleure opération financière de l’année pour la deuxième maison de ventes de la planète.

Top 15 des maisons de ventes par chiffre d’affaires Fine Art en 2018

Maison de ventes Produit Lots vendus
1 Christie’s 4.998.867.473 $ 16.082
2 Sotheby’s 3.932.490.788 $ 13.307
3 Poly Group 654.304.640 $ 8.000
4 Phillips 653.829.059 $ 4.450
5 China Guardian 606.226.161 $ 10.323
6 Council 328.964.829 $ 2.656
7 Rongbao 246.871.078 $ 6.895
8 Bonhams 171.110.342 $ 7.531
9 Hangu 155.654.501 $ 454
10 Xiling Yinshe 132.962.259 $ 3.386
11 Holly 118.142.000 $ 1.319
12 Canton Treasure 103.393.032 $ 2.798
13 Seoul 90.041.918 $ 477
14 Hanhai 80.175.039 $ 5.366
15 Artcurial 79.944.407 $ 3.159
© Artprice.com © AMMA

Une nouvelle exigence au S2 2018

Les lots exceptionnels ont été plus rares sur la seconde moitié de l’année en Occident, et le second semestre a été marqué par un taux d’invendus inhabituellement élevé sur le marché haut de gamme. Les prestigieuses ventes d’Art Contemporain et d’Après-Guerre de Christie’s, organisées les 15 et 16 novembre à New York, ont affiché un taux d’invendus de 17%.

Le ralentissement du Marché sur le second semestre (-7,4% à l’Ouest et -15,6% en Chine), est toutefois contrebalancé par de nouveaux sommets, hautement symboliques, qui prouvent que les acheteurs n’ont en aucun cas perdu confiance dans le Marché de l’Art, mais se concentrent sur les plus belles pièces.

Indice global des prix Artprice

Indice global des prix Artprice

Propped (1992) de Jenny Saville le 5 octobre d’abord, puis Portrait of an artist (1972) de David Hockney le 15 novembre, ont établi deux nouveaux sommets pour des artistes vivants. Tout au long du second semestre, des prix inattendus ont mis en lumière différentes périodes de l’Histoire de l’Art, avec des records pour Edward Hopper, Willem de Kooning, Pierre Soulages, Cecily Brown à New York, Franz Marc et Foujita à Londres, Zao Wou-Ki et SU Shi à Hong Kong.

Su Shi (1037-1101) Wood and rock

Su Shi (1037-1101)
Wood and rock (木石图)

Stabilisation des prix

L’immense succès rencontré par plusieurs artistes afro-américains a particulièrement marqué les derniers mois, notamment les performances du peintre Kerry James Marshall (1955). Sa toile Past Times (昔日) (1997), estimée entre 8m$ et 12m$, a été acquise plus de 21m$ par le producteur Puff Daddy, le 16 mai 2018 chez Sotheby’s à New York. Un succès confirmé par la vente du dessin Study for Past Times (1997), adjugé 1,8m$ le 25 septembre. Pourtant, Knowledge and Wonder (1995), une peinture de près de 7 mètres, vendue par la Chicago Public Library, estimée entre 10m$ et 15m$, n’a pas trouvé acquéreur chez Christie’s le 15 novembre 2018.

Ces résultats montrent que les acheteurs sont bien prêts à faire grimper le prix des œuvres exceptionnelles, mais n’ont pas de regret à laisser passer des pièces moins emblématiques.

Produit des ventes de Kerry James Marshall vs. Zeng Fanzhi

Produit des ventes de Kerry James Marshall vs. Zeng Fanzhi

Enfin, la grande révélation de l’année 2017, Njideka Akunyili Crosby, a connu 12 mois particulièrement rassurants. Trois peintures et un dessin vendus en 2018 (contre huit oeuvres en 2017) font état d’une offre contenue, qui laisse sous-entendre que ses collectionneurs ne prévoient aucune baisse des prix. Cette situation est idéale pour la jeune peintre d’origine nigériane qui avait vu la valeur de ses toiles flamber après son exposition à la galerie Victoria Miro en octobre 2016 à Londres.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK