Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Méthodologie

L’analyse du Marché de l’Art présentée dans ce rapport est réalisée sur la base des résultats de ventes aux enchères publiques de Fine Art. Cette analyse concerne donc uniquement les peintures, sculptures, installations, dessins, photographies, estampes, vidéos, à l’exclusion des biens culturels anonymes et du mobilier.

La période étudiée s’étend du 1er juillet 2016 au 30 juin 2017.

Les artistes contemporains sont définis comme ceux étant nés après 1945.

Tous les prix sont indiqués en dollar américain. Ils tiennent compte du prix au marteau ainsi que des frais acheteurs.

Fermer

Tendances actuelles

Première vente publique, poussée de la demande, rapide plus-value, nouveau record… Le positionnement des maisons de ventes et leurs résultats d’enchères éclairent sur les dernières tendances. De l’émulation autour de la scène africaine à la percée de nouveaux artistes chinois, voici quelques pistes sur les centres d’intérêt des acheteurs et sur le rayonnement potentiel de ces marchés.

Top 10 des ventes aux enchères d’œuvres contemporaines

Artiste Œuvre Prix (USD) Date Maison
1 Jean-Michel BASQUIAT (1960-1988) Untitled (1982) 110.487.500$ 18/05/2017 Sotheby’s New York
2 Jean-Michel BASQUIAT (1960-1988) La Hara (1981) 34.967.500$ 17/05/2017 Christie’s New York
3 Peter DOIG (1959) Rosedale (1991) 28.810.000$ 18/05/2017 Phillips New York
4 Christopher WOOL (1955) Untitled (1988) 17.159.500$ 17/05/2017 Christie’s New York
5 Mark GROTJAHN (1968) Untitled (S III Released to France Face 43.14) (2011) 16.767.500$ 17/05/2017 Christie’s New York
6 Peter DOIG (1959) Cobourg 3 + 1 More (1994) 15.515.147$ 07/03/2017 Christie’s Londres
7 Jean-Michel BASQUIAT (1960-1988) Untitled (One Eyed Man Or Xerox Face) (1982) 14.607.319$ 08/03/2017 Sotheby’s Londres
8 ZENG Fanzhi (1964) Mask Series 1996 No. 6 (面具系列1996No.6) (1996) 13.516.074$ 03/04/2017 Poly Auction Hong Kong
9 Rudolf STINGEL (1956) Untitled (After Sam) (2006) 10.551.500$ 17/05/2017 Christie’s New York
10 Peter DOIG (1959) Untitled (2007) 8.704.602$ 08/03/2017 Sotheby’s Londres
©artprice.com

Dynamique de la scène allemande

Au sein d’un Top 500 mondial dominé par 32% d’artistes chinois, 19% d’artistes américains et 8% de Britanniques, l’Allemagne se distingue par le succès phénoménal de ses artistes à l’étranger.

Répartition des artistes contemporains du Top 500 par continent d’origine

Répartition des artistes contemporains du top 500 par continent d'origine

Neuf artistes allemands se classent parmi les 100 meilleurs produits de ventes mondiaux: Albert Oehlen et Anselm Kiefer font mieux que la star britannique Damien Hirst; Günther Förg tient la 13ème place mondiale devant des artistes aussi importants que Jeff Koons ou Anish Kapoor; Thomas Schütte, Martin Kippenberger, Neo Rauch, Wolfgang Tillmans, Thomas Struth et Rosemarie Trockel affichent tous de remarquables résultats.

Les derniers mois furent particulièrement denses pour Anselm KIEFER, avec une rétrospective conséquente au Centre Pompidou de Paris, ainsi que huit nouveaux résultats millionnaires depuis l’été 2016. Avec près de 24m$ de résultat annuel, Kiefer enregistre une performance record aux enchères et prend la 12ème place au classement mondial.

Signalons aussi les très belles progressions de Rosemarie TROCKEL, dont le résultat annuel atteint 3,1m$; de Günther FÖRG, dont l’indice des prix progresse de +310% depuis 2000; de Thomas SCHÜTTE, dont une sculpture en bronze passait les 5m$ en mai 2017 chez Christie’s (Bronzefrau Nr. I). Signalons encore deux nouveaux records à quelques mois d’intervalle pour l’œuvre minimaliste de Imi KNOEBEL (Grace Kelly, environ 465.000$, Christie’s Londres, 6 octobre 2016 et Revolver I plus de 461.000$, Christie’s Amsterdam, 11 avril 2017) et l’explosion de prix dont font l’objet Albert Oehlen et Wolfgang Tillmans.

Ces deux derniers artistes affichent les progressions les plus exceptionnelles de l’Art Contemporain originaire d’Allemagne. Porté par une exposition new-yorkaise chez son galeriste Gagosian (Elevator Paintings: Trees, 28 février-15 avril 2017), Albert OEHLEN a été très demandé en salles de ventes, si bien que quatre nouveaux records établis en 2017 nourrissent une cote en forte progression (indice de prix en hausse de +3450% depuis 2000). La prise de valeur de sa toile « Eine Prähistorische Hand II (A Prehistoric Hand II) »  illustre l’ascension spectaculaire des prix: payée moins de 215.000$ en 2010, elle passait les 2,16m$ un mois après la clôture de l’exposition Oehlen chez Gagosian. Le marché de l’Art Contemporain se montre ainsi extrêmement réactif au prestige de l’actualité, notamment à l’actualité des grands marchands, véritables faiseurs de cotes de notre époque.

Indice des prix d’Albert Oehlen – Base 100 en janvier 2000

Indice des prix d'Albert Oehlen - Base 100 en janvier 2000

Si la flambée des prix dont bénéficient les œuvres d’Albert Oehlen tient en partie à l’effet Gagosian ainsi qu’une trentaine d’autres market makers, celle de Wolfgang TILLMANS tient à l’effet conjoint d’une rétrospective à la Tate Modern et à la Fondation Beyeler, ainsi qu’à son arrivée à la galerie David Zwirner l’an dernier. Premier photographe à avoir obtenu le Turner Prize en 2000, adulé en Allemagne où il enseigne, Wolfgang Tillmans suscite un engouement sans précédent aux enchères, avec sept nouveaux records en 2017, dont un sommet à près de 784.000$ pour une photographie monumentale vendue chez Phillips à Londres (Freischwimmer #84 , 238 x 181 cm, édition 1/1, 29 juin). Au cœur de cette spirale ascensionnelle, certains collectionneurs revendent avec d’impressionnantes plus-values.

Autre exemple de l’impact bénéfique d’une puissante galerie: l’artiste allemande Katharina GROSSE. Exposée chez Gagosian à New York de janvier à mars 2017, ses abstractions sont de plus en plus demandées et les records se sont enchaîné en quelques mois. Depuis juin 2017, l’artiste culmine à 154.000$ avec la toile Ohne Titel que les amateurs se sont disputée pour quatre fois l’estimation haute. Cette année faste lui permet d’accéder au Top 500 mondial avec 1,1m$ de résultat, pour 24 œuvres vendues.

Aujourd’hui, les artistes allemands tiennent 6% du Top 500 mondial, juste derrière les Britanniques. Ils incarnent l’une des nationalités la plus fermement implantées sur le marché international, grâce à une bonne circulation des œuvres via les circuits institutionnels et marchands.

Ouverture sur l’Afrique

Les chiffres annuels révèlent un autre marché en pleine ébullition à travers les excellents résultats d’artistes originaires d’Afrique. Portés par une riche actualité culturelle, les artistes issus du continent africain intéressent de plus en plus collectionneurs et musées. Les maisons de ventes s’organisent sur ce secteur plein de promesses.

Top 10 des artistes contemporains originaires d’Afrique

Artiste Pays Sexe Produit de ventes Lots vendus Meilleur résultat
1 Njideka Akunyili CROSBY (1983) NG F 10.643.670$ 9 3.072.754$
2 William KENTRIDGE (1955) ZA M 5.185.884$ 121 437.006$
3 Marlene DUMAS (1953) ZA F 3.318.418$ 35 1.872.500$
4 Julie MEHRETU (1970) ET F 1.812.461$ 11 1.567.500$
5 Chéri SAMBA (1956) CG M 722.224$ 20 140.280$
6 Latifa ECHAKHCH (1974) MA F 593.609$ 7 154.688$
7 Norman Clive CATHERINE (1949) ZA M 518. 412$ 101 101.148$
8 Wangechi MUTU (1972) KE F 365.300$ 6 187.500$
9 MOKE (1950-2001) CG M 344.704$ 26 51.281$
10 Ghada AMER (1963) EG F 274.454$ 6 92.157$
©artprice.com

De nombreux facteurs concourent à l’émergence des artistes originaires d’Afrique, à commencer par des expositions d’envergure, notamment en France où la scène africaine bénéficie d’une riche actualité et d’un bon relai médiatique. Des expositions telles que Beauté Congo à la Fondation Cartier (2015) ou Art/Afrique à la Fondation Vuitton (2017) ont récemment permis de révéler la création africaine dans sa diversité et d’en élargir le public.

Par ailleurs, plusieurs rendez-vous marchands se sont mis au diapason: Art Paris a dédié son édition 2017 à l’Afrique, quelques mois après la première édition d’un salon entièrement dévolu à l’art africain à Paris sous l’acronyme AKAA (Also Known As Africa). Les maisons de ventes comme Cornette de Saint Cyr et Artcurial soutiennent cet engouement en organisant des ventes entièrement spécialisées.

Le marché de l’Art Contemporain africain est ainsi en pleine expansion à Paris, où l’on enregistre de formidables évolutions, notamment pour l’artiste congolais Chéri SAMBA. A 61 ans, ce pionnier de l’Art Contemporain africain réalise une performance historique, la meilleure jamais enregistrée, avec plus de 722.000$ d’œuvres vendues en 12 mois. L’une de ses toiles, intitulée Le seul et unique devoir sacré d’un enfant, s’est vendue 10 fois son estimation le 12 juin 2017 chez Cornette de Saint Cyr, passant les 140.000$, un record. Cette performance l’amène en cinquième position du Top artistes originaires d’Afrique, derrière Marlene Dumas et Julie Mehretu.

Londres est un autre centre névralgique important pour l’émergence de ce marché. C’est là que Touria El Glaoui lançait, en 2013, le premier salon entièrement dédié à l’Art Contemporain africain, 1:54, en marge de la Frieze Art Fair. En quatre ans, 1:54 est devenu un rendez-vous attendu au succès grandissant. L’expansion de ce salon à New York depuis 2015, et à Marrakech en février 2018, tend à prouver que l’événement répond à une demande en cours d’internationalisation.

A Londres, les maisons de ventes prennent part à l’émulation, et les ventes spécialisées se multiplient. Après celles organisées par Bonhams, celles de Sotheby’s s’ouvrent sous de bons auspices. Confiante dans les possibilités de développement de ce secteur, la société américaine a opéré sa première vente d’Art Moderne et Contemporain africain à Londres le 16 mai 2017, obtenant 3,6m$. Une grande diversité créative a nourri cette première vente, à travers des œuvres signées Yinka SHONIBARE, Irma Stern, Pascale Marthine TAYOU, Kader ATTIA ou El Anatsui, rare artiste ayant acquis une notoriété internationale sans avoir quitté le continent.

Anatsui est encore un cas particulier, car les artistes originaires d’Afrique les plus cotés vivent généralement en Occident depuis de nombreuses années: l’artiste originaire d’Afrique du Sud Marlene DUMAS est arrivée aux Pays-Bas en 1976 et rayonne sur la scène internationale depuis déjà 25 ans (Documenta IX en 1992 puis Biennale de Venise de 1995); née en Ethiopie, Julie MEHRETU est arrivée dans le Michigan à sept ans et a rejoint New York pour y fêter ses 30 ans; originaire d’Egypte, Ghada AMER est arrivée en France à l’âge de 11 ans puis a rejoint New York après ses études, à l’image de l’artiste kenyane Wangechi MUTU qui a élu domicile à Brooklyn, etc. Ces artistes dont la carrière internationale est bien établie affichent de forts niveaux de prix.

Mais l’Art Contemporain africain dans sa globalité est un marché jeune et en pleine évolution. Il offre donc de bonnes opportunités pour démarrer une collection, avec de nombreuses œuvres abordables pour moins de 3.000$, dont celles de l’Angolais Francisco VIDAL ou celles du jeune dessinateur congolais Steve BANDOMA. Un budget compris entre 8.000 et 10.000$ donne accès à des toiles du peintre congolais MOKE (9ème au classement), qui n’a pas encore percé aux États-Unis mais dont le marché est très actif en France. Les prix grimpent néanmoins rapidement: à l’image de ceux du béninois Romuald HAZOUMÉ, qui ont doublé en moins de 10 ans.

L’élargissement du marché aux créateurs originaires d’Afrique conquiert par ailleurs de nouveaux acheteurs issus de Johannesburg, Le Cap et Lagos. Les collectionneurs d’Afrique du Sud sont par exemple les premiers acteurs du marché de Norman Clive CATHERINE (86% de son volume d’affaires depuis 2000), ainsi que sur une signature aussi internationalement demandée que celle de William Kentridge. C’est entre Johannesburg et Le Cap que se joue plus de 40% du marché de cet artiste.

Au cœur de cette nouvelle tendance porteuse d’africanité, une jeune artiste vient d’accomplir un surprenant baptême d’enchères: Njideka Akunyili CROSBY (voir chapitre Vers la parité du Marché de l’Art) arrive en tête de plusieurs classements annuels, dont celui des meilleures enchères pour les artistes africains et celui des meilleures premières enchères.

Domination de la Chine dans les premières enchères

Top 15 des entrées aux enchères
2016-2017

Artiste Œuvre Meilleur résultat Date Maison
1 Njideka Akunyili CROSBY (1983) The Beautyful Ones  (2012) 3.072.754$ 07/03/2017 Christie’s Londres
3 WANG Zhongjun (1960) Beijing Red No.1 (北京红色1号) (2017) 539.488$ 04/06/2017 Poly International Auction Pékin
4 ZHENG Faxiang (1956) Flowers of the four seas (此外评花四海空) 421.216$ 10/07/2016 Beijing Yubao Jiahe International Pékin
6 WANG Yuyang (1979) Artificial Moon (人造月) (2007) 303.462$ 04/06/2017 Poly International Auction Pékin
7 DU Xinyuan (1945) Landscape (天心远鉴) 220.662$ 10/11/2016 Poly International Auction Pékin
8 JIA Chang (1981) Gan Giant (赣巨人) (2015) 202.308$ 04/06/2017 Poly International Auction Pékin
9 YUAN Shi (1963) Calligraphy (真空生妙有) 200.680$ 04/12/2016 Poly International Auction Pékin
10 YUAN Yuan (1973) Elgin Station (埃尔金火车站) (2012) 193.349$ 26/11/2016 Christie’s Hong Kong
11 Michael LAU (1970) Wall Of Jordan (JORDAN本色之墙) (2015) 177.238$ 27/11/2016 Christie’s Hong Kong
12 XUE Haitao (1970) Landscape (古寨清秋) (2016) 153.854$ 03/12/2016 Beijing Hanhai Art Pékin
13 BIAN Xuesong (1949-2005) Pine tree (苍松图) 112.574$ 31/07/2016 Nanjing Classic Auctions Nanjing
14 Matt CONNORS (1973) Untitled (2015) 112.500$ 20/09/2016 Phillips New York
15 Alex SETON (1977) Soloist (2012) 101.066$ 13/092016 Deutscher and Hackett Sydney
©artprice.com

Le Top des entrées aux enchères est absolument dominé par des artistes chinois, avec des niveaux de prix supérieurs à 200.000$ voire à 400.000$. Cette omniprésence chinoise illustre en premier lieu l’appétit des acheteurs chinois pour les œuvres contemporaines à l’encre, en lien avec leur grande tradition culturelle. Exclusivement soutenues par leurs compatriotes, les nouvelles recrues de ce secteur se nomment Xue Haitao, Bian Xuesong, Du Xinyuan, Yuan Shi ou Zheng Faxiang.

Le classement réserve cependant quelques surprises, comme la présence de WANG Zhongjun, le premier artiste chinois de la liste. Homme d’affaires richissime, Wang Zhongjun est plus connu en tant que producteur de films et collectionneur d’art que pour son œuvre personnelle. Il s’offrait notamment, en novembre 2014, une superbe nature morte de Vincent Van Gogh, pour 61,7m$ (Nature morte, vase aux marguerites et coquelicots (雏菊与罂粟花), Sotheby’s New York, le 4 novembre 2014). Devancé par sa célébrité, M. Wang Zhongjun, qui s’essaie à tous les styles, a décroché près de 540.000$ en juin 2017 chez Poly International à Pékin.

Un artiste plus prometteur sur la scène internationale se distingue néanmoins: WANG Yuyang est l’artiste chinois le plus expérimental de sa génération. Rompant avec ses traditions culturelles, il s’intéresse aux nouvelles technologies et à la robotique, construisant une œuvre plus prompte à s’exporter que celle de ses compatriotes enracinés dans la technique de l’encre. Encore vendu uniquement à Pékin, il a établi un record de 303.000$ pour son impressionnante Lune artificielle équipée de lumière LED et de moteur, précédemment exposée au Long Museum de Shanghai en 2015 (Artificial Moon (人造月), Poly International, Pékin, le 4 juin 2017).

Outre Njideka Akunyili Crosby en tête de ce classement majoritairement chinois, deux autres artistes se distinguent: le premier est l’Américain Matt CONNORS, dont l’univers minimaliste est défendu par la galerie Xavier Hufkens; le second, Alex SETON, est un sculpteur australien de 40 ans porteur d’un nouveau souffle dans le domaine du travail sur marbre.

 

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité OK