Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Marché parisien, de la qualité à revendre

[10/12/2019]

 

Sothesotheby's parisby’s se démarque de ses concurrentes parisiennes. Un mois après les records de sa dispersion Claude et François-Xavier Lalanne – 100 % des lots vendus et le plus haut montant pour une vente de Sotheby’s à Paris (91,3m€, contre une estimation haute de 23 millions), la société clôture l’année en beauté avec des ventes d’art contemporain de haut niveau.

Le marché de l’art français passe de nouveaux caps avec le succès des ventes d’art contemporain de Sotheby’s début décembre, qui devance très largement sa consœur et éternelle concurrente Christie’s. Les 48m$ de la vente Sotheby’s du 4 décembre doublent en effet largement le résultat de la seconde (19,8m$). Pour l’ensemble de l’année 2019, le bilan des ventes d’art contemporain de Sotheby’s Paris affiche 104,4m$, son record dans la capitale française. Annonçant l’importante progression du résultat annuel, +15%, comparé au précédent exercice, Guillaume Mallécot, responsable des ventes du soir de Sotheby’s, déclarait enthousiaste: « cette année, Sotheby’s France consolide une nouvelle fois sa position de tête dans l’art contemporain, montrant que Paris est un bastion incontournable de ce marché, notamment pour les trésors d’après-guerre, à la croisée des chemins États-Unis et Asie. »

Retour sur quelques coups de marteau remarquables, dont le nouveau record mondial pour un dessin de Dubuffet :

Pierre Soulages → La dernière vente d’art contemporain de Sotheby’s Paris s’est clôturée, au soir du 4 décembre sur un résultat de 43,5m€ (48m$), avec 11 lots vendus à plus d’un million. Parmi les lots phares, signalons un hypnotique pastel de Sam Szafran, un chef-d’oeuvre de Kazuo Shiraga, trois tableaux importants de Jean Dubuffet (en tout cinq lots offerts pour Dubuffet), une toile de la série Agrigente de De Staël, deux œuvres de Pierre SOULAGES dont une toile remarquable exécutée en 1954 vendue pour 4,4m$… A quelques jours de son centenaire, Soulages est l’un des artiste les plus recherchés du marché, et pas uniquement du marché français. Les amateurs sont nombreux, en provenance de toute l’Europe, des États-Unis et d’Asie et les prix ne cessent de grimper. Un nouveau record français était d’ailleurs enregistré le 27 novembre dernier à hauteur de 10,6m$ (Peinture 200 X 162 cm 14 Mars 1960), sous le marteau de la commissaire-priseur Jessica Remy officiant chez Tajan. La toile affichait une provenance prestigieuse – acquise par James Johnson Sweeney, ancien conservateur au MoMA et du Guggenheim à New York – et faisait sa première apparition aux enchères.

Kazuo SHIRAGA distribution géographque CA 2015-2019

Kazuo Shiraga – Répartition géographique du produit de ventes 2015-2019

Kazuo Shiraga → Le joyau le plus estimé de la vente du 4 décembre était une abstraction bien plus nerveuse que celle de Soulages, puisqu’elle concerne Kazuo SHIRAGA, fondateur du groupe Gutaï, mouvement radical de la seconde moitié du XXe siècle. Datée de 1960 et mesurant près de trois mètres, Tentaisei soushiko était sans nul doute l’une des plus belles œuvres de Shiraga encore en mains privées, d’où une estimation de 5,5 à 7,7m$ sommes toutes plutôt attractive en considérant la qualité et la puissance de la toile. L’oeuvre a tenu ses promesses et, partant pour 8,6m$, signe le deuxième meilleur résultat mondial de l’artiste.

Sam Szafran → Disparu en septembre dernier (lire L’oeuvre inclassable de Sam Szafran), Sam SZAFRAN était bien représenté avec deux pastels, L’imprimerie Bellini, qui s’est envolé au seuil du million de dollars (971 000$) et Escalier rue de Seine (Autoportrait) parti pour 325 470 $. Les deux œuvres excédant leurs meilleures estimations. C’est une année historique pour le marché de cet artiste essentiellement vendu en France (98% des lots), avec un produit de ventes annuel supérieur à 2m$, contre moins de 150 000$ l’an dernier.

 

Prix en hausse – cas de reventes le 4 décembre

Agrigente (1954) de Nicolas De Staël → Le prix de l’oeuvre passe de 403 000$ (vente Sotheby’s Londres, juillet 1998) à 2,9m$. Un résultat attendu, compte tenu du récent record mondial de Nicolas de Staël emporté en octobre dernier à Paris. Le 17 octobre précisément, Christie’s a vendu le grand Parc des Princes (Les grands footballeurs) (1952) pour 22,2m$ à un collectionneur privé européen. Le précédent record de l’artiste affichait 10 millions de moins, avec un Nu debout de 1953 vendu pour 12,1m$ en mai 2018, chez Christie’s à New York.

Nicolas de stael evolution du CA annuel

Nicolas de Stael – Evolution du produit de ventes annuel

Légende du bonheur (1961) de Dubuffet → Vendue pour 1,5m$ en 2011 par la même maison de ventes, l’oeuvre double allègrement la mise pour atteindre 3,4m$, bien au-dessus des estimations. Mais la meilleure réussite du jour pour Dubuffet revient au dessin Rue boissy d’anglas (Au boudin mystique). Vendu pour 4,8m$, il établit le nouveau record mondial pour un dessin du père de l’Art Brut.

Head (1949) de Francis Bacon → Un visage en cours de disparition ou de dislocation… La toile Head de Francis Bacon est un travail sur la fragilité humaine traité avec toute la puissance de l’artiste. Cette œuvre achetée un peu plus d’1,5m$ à Londres (Sotheby’s) en 2012 est partie pour près de 1,9m$ le 4 décembre. Un résultat encourageant pour le marché parisien qui a des lots de Bacon à offrir, mais rarement des toiles de cette qualité.

La veille, Christie’s affichait les mêmes signatures phares que celles au catalogue de Sotheby’s: quatre œuvres de Dubuffet, Estève, Georges Matthieu, Serge Poliakoff, Kazuo Shiraga, Vasarely, Soulages inévitablement… Mais deux œuvres seulement ont passé le seuil du million le 3 décembre, contre 11 le lendemain chez Sotheby’s. Christie’s s’est néanmoins distinguée avec un puissant Lucio FONTANA rouge et une grand toile de Keith HARING. L’oeuvre de Keith Haring est partie pour près de 2,5m$ et celle de Fontana, 2,9m$, tient la seconde meilleure adjudication de l’artiste obtenue sur le sol français. Le flamboyant Concetto spaziale faisait pourtant mieux il y a deux ans à New York. Le nouveau propriétaire du Fontana peut donc se féliciter d’une acquisition à un prix particulièrement intéressant…

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK