Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Le top de l’art moderne

[08/03/2019]

Le vendredi, c’est Top ! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications pour vous permettre de décrypter les grandes tendances du Marché de l’Art. Retour cette semaine sur les 10 œuvres modernes les plus chèrement acquises au cours de l’année 2018.

Le segment de l’art moderne emporte les adjudications les plus spectaculaires du Marché de l’Art, dont deux résultats supérieurs à 100m$ obtenus l’an dernier. Aucune autre période de création n’est parvenue à atteindre de tel niveau de prix en 2018. Le segment de l’art moderne reste, cette année encore, le plus performant sur le terrain des enchères. C’est sur lui que repose les plus grands enjeux. Fort d’un produit de ventes annuel de 5,2 Mdrs – 10 fois supérieur au résultat de l’art ancien (voir Le Top de l’art ancien) – il représente près de la moitié du chiffre d’affaires occidental (47%). C’est aussi le segment le plus dense en volume de lots, avec environ 183 000 œuvres modernes vendues en occident l’an dernier (40% des lots vendus), un marché essentiellement constitué d’oeuvres peintes (37% des lots modernes), de dessins et d’estampes à part égale (24% pour chacun de ces media), de quelques sculptures (6%) et de rares photographies (3%).

Rang Artiste Adjudication ($) œuvre Vente
1 Amedeo MODIGLIANI (1884-1920) 157 159 000$ Nu couché (sur le côté gauche) 14/05/2018, Sotheby’s New York
2 Pablo PICASSO (1881-1973) 115 000 000$ Fillette à la corbeille fleurie 08/05/2018, Christie’s New York
3 Edward HOPPER (1882-1967) 91 875 000$ Chop Suey 13/11/2018, Christie’s New York
4 Kasimir Sevrinovitch MALEVICH (1878-1935) 85 812 500$ Suprematist Composition
15/05/2018, Christie’s New York
5 Henri MATISSE (1869-1954) 80 750 000$ Odalisque couchée aux magnolias 08/05/2018, Christie’s New York
6 Constantin BRANCUSI (1876-1957) 71 000 000$ La jeune fille sophistiquée (Portrait de Nancy Cunard)
15/05/2018, Christie’s New York
7 Willem DE KOONING (1904-1997) 68 937 500$ Woman as Landscape
13/11/2018, Christie’s New York
8 Pablo PICASSO (1881-1973) 68 702 214$ Femme au béret et à la robe quadrillée (Marie-Thérese Walter) 28/02/2018, Sotheby’s Londres
9 Pablo PICASSO (1881-1973) 57 829 046$ La Dormeuse 08/03/2018, Phillips Londres
10 Jackson POLLOCK (1912-1956) 55 437 500$ Composition with Red Strokes 13/11/2018, Christie’s New York
copyright © 2019 artprice.com

Deux résultats à plus de 100 m$

La toile la plus chère de l’année 2018 est de la main d’Amedeo Modigliani. Il s’agit de la plus grande toile connue de l’artiste (89,5 x 146,7 cm), un Nu couché (sur le côté gauche) réalisé en 1917 et estimé 150 m$ par Sotheby’s, soit la plus haute estimation fournie dans l’histoire des enchères. Le chef-d’oeuvre dépassait pourtant cette estimation le 14 mai 2018, en partant pour la somme de 157,3 m$ frais acheteurs inclus. Un record de vente pour la société Sotheby’s mais pas pour Modigliani qui plafonne à 170,4 m$ avec un autre Nu Couché de la même époque, vendu par Christie’s en novembre 2015. Nu couché (sur le côté gauche) n’en était pas à son premier passage en salle de ventes. La toile était achetée pour 26,9 m$ par John Magnier lors d’une vacation Christie’s de 2003. En 15 ans, Monsieur Magnier a ainsi enregistré une plus-value de l’ordre de 485 % sur la revente de ce tableau, devenu le quatrième tableau le plus cher de l’histoire des enchères après le Salvator Mundi de Leonard de Vinci (450,3m$), Les femmes d’Alger (Version ‘O’) de Picasso et le précédent Nu couché de Modigliani vendu en 2015.

Amedeo Modigliani apparaît comme le huitième artiste le plus performant de l’année 2018 selon un produit de ventes de 162,8 m$, mais demeure loin derrière Pablo Picasso, dont la vente d’oeuvres a généré 744,4 m$ au cours de l’année 2018. Picasso est aussi l’artiste le mieux représenté de notre classement moderne, avec trois des 10 meilleurs résultats obtenus sur ce segment de marché. Le meilleur de tous récompense la Fillette à la corbeille fleurie, un chef-d’oeuvre de 1905 vendu pour 115 m$ lors de la fameuse dispersion de la collection Rockefeller qui s’est tenue chez Christie’s en mai 2018. La Fillette à la corbeille fleurie a pris la seconde place du podium des enchères de Picasso, derrière Les femmes d’Alger (179,3 m$ en mai 2015 chez Christie’s) et 11 millions au-dessus de Nude, Green Leaves and Bust (106 m$ en mai 2010 chez Christie’s). Le seuil historique des 100 millions fut passé pour la première fois par Picasso en 2004 avec Garçon à la pipe, une œuvre de la même époque que la Fillette à la corbeille fleurie, vendu pour 104 m$ chez Sotheby’s à New York. Aujourd’hui, Picasso est le seul artiste au monde récompensé par quatre résultats supérieurs à 100 m$. Le nombre de résultats supérieurs à 50 m$ grimpe à 11 cette année avec la vente de Femme au béret et à la robe quadrillée (Marie-Thérèse Walter) et de La Dormeuse, deux portraits de Marie-Thérèse Walter réalisés dans les années 30′ et vendus à Londres au moment d’une exposition phare à la Tate Modern dédiée au maître (Picasso 1932 – Love, Fame, Tragedy). La demande reste intarissable : l’année dernière, le marché a digéré 3 391 de ses oeuvres. Une densité difficilement imaginable, qui correspond pourtant à vente de neuf Picasso par jour si l’on s’amuse à ramener le chiffre annuel à une moyenne quotidienne.

Les nouveaux records modernes

Hopper > Au cours de l’année dernière, de nouveaux records absolus ont été enregistrés pour des artistes modernes de premier plan, notamment pour Edward Hopper, Kasimir Malevich, Constantin Brancusi, Henri Matisse. Le nouveau record obtenu pour Edward Hopper est tout à fait exceptionnel : à près de 92 m$, sa toile Chop Suey (1929) n’est pas seulement la troisième meilleure vente pour l’art moderne, elle est aussi la troisième meilleure vente de toute l’année 2018 ! Cette toile, achetée pour 180 000 $ par B.A. Ebsworth en 1973, a plus que doublé le précédent sommet de l’artiste, établi en 2013 à 40,5 m$, pour East Wind Over Weehawken.

Malevich > A 85,8 m$, la composition suprématiste de Malevich constitue un record pour toute l’abstraction russe. L’oeuvre gagne par ailleurs 25,8 millions en 10 ans, puisqu’elle atteignait 60 m$ en 2008 chez Sotheby’s. Malevitch est l’un des artistes modernes les plus rares au monde sur le second marché, une rareté résultant en partie de l’interdiction dont fut frappé l’art abstrait en Union soviétique. Les compositions suprématistes sont quasi-introuvables et celles qui ont émergé en salles ces dernières années ont fait l’objet de restitutions récentes auprès des héritiers de l’artiste, souvent après de longues batailles judiciaires.

Matisse > Le nouveau sommet atteint pour une œuvre de Matisse a été établi à 80,75 m$ pour une Odalisque couchée aux magnolias, issue de la collection de David et Peggy Rockefeller, comme la Fille à la corbeille fleurie de Picasso. Le précédent record de l’artiste affichait 46 m$ pour une toile issue de la Collection Y. Saint Laurent & P. Bergé, dispersée par Christie’s en 2009 (Les coucous, tapis bleu et rose).

Willem de Kooning a établi son nouveau sommet à 69 m$ avec Woman as Landscape, vendue chez Christie’s 13 novembre 2018. L’oeuvre détrône de trois petits millions le précédent record de l’artiste américain établi en 2016. Elle offre surtout à de Kooning la meilleure performance annuelle de son histoire et lui permet d’apparaitre à la dixième position des artistes classés selon leur produit de ventes en 2018. De Kooning devance Jackson Pollock de 10 places dans le classement mondial.

 Brancusi > Enfin, Constantin Brancusi permet d’enrichir ce classement d’une unique sculpture : La jeune fille sophistique (Portrait de Nancy Cunard) en bronze doré sur socle en marbre blanc ayant atteint 71 m$ en mai dernier, elle s’impose comme la sculpture la plus cotée de l’année 2018.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK