Le développement des NFT

Le développement des NFT

Le monde des enchères publiques, technique de vente qui a cours depuis l’Antiquité, signerait-il véritablement son entrée dans l’ère numérique avec les NFT, ces objets uniques répertoriés dans la blockchain? Il semble bien que les possibilités offertes par cette technologie constituent la nouvelle grande évolution du Marché de l’Art depuis l’arrivée d’Internet et des premières ventes en ligne.

En prolongeant l’évolution des enchères numériques, la “révolution” NFT est d’ordre systémique tant elle implique de nouvelles façons de créer des œuvres, de rémunérer les artistes, de collectionner et d’échanger sur des plateformes où l’offre et la demande se rencontrent d’une façon totalement dématérialisée.

Une nouvelle manne

La première vente de NFT sur le marché des enchères réglementées a bousculé le Marché de l’Art. En mars 2021, The first 5000 Days (2021) est achetée au prix stratosphérique de 69,3m$, alors que sa mise à prix était de 100$ et que l’artiste Beeple (alias Mike Winkelmann) échappait à tous les radars: pas de galerie, pas d’exposition, pas de ventes aux enchères… “Seulement” plusieurs millions de followers sur Instagram et le soutien de Christie’s, l’une des plus vieilles et des plus honorables Maisons de Ventes de la planète. Selon Christie’s, 18% des 33 enchérisseurs pour l’œuvre de Beeple venaient d’Asie. L’adjudicataire est par ailleurs le fondateur du fonds crypto Metapurse Vignesh Sundaresan, basé à Singapour, et le sous-enchérisseur est le crypto-investisseur chinois Justin Sun.

L’arrivée inattendue de BEEPLE parmi les trois artistes vivants les plus performants (après Jeff Koons et David Hockney), a fait évoluer le marché à une vitesse exponentielle. Les NFT ont réussi en quelques mois une véritable révolution sur le Marché de l’Art, en l’abreuvant de nouvelles créations, séduisant d’abord de jeunes collectionneurs adeptes des technologies et des cryptomonnaies, puis les collectionneurs traditionnels. Aujourd’hui, tout le monde veut tenter l’expérience NFT. Il est effectivement fort logique, pour un nouvel espace vierge, d’assister à une forme de « ruée vers l’Or », avec son ingéniosité et ses excès.

Artprice recense un peu moins de 300 lots NFT vendus aux enchères réglementées en 2021 pour un montant global de 232m$, une part dérisoire face aux 40Mrd$ de crypto-art échangés en 2021 sur la blockchain Ethereum (source: Chainalysis). Pour l’heure, les NFT représentent 1,6% du Marché de l’Art mondial. C’est encore peu, mais c’est déjà une part plus importante que la photographie (1,0%), segment ancré sur le marché secondaire depuis plusieurs décennies.

Produit des ventes hebdomadaires de NFT en 2021

Produit des ventes hebdomadaire de NFT en 2021

→ Le marché des NFT commence au plus fort avec le record de Beeple chez Christie’s en mars, puis Sotheby’s et Phillips emboîtent rapidement le pas. Tout au long de l’année – excepté une pause estivale – les NFT sont inclus dans quelques ventes de prestige au côté d’œuvres traditionnelles, quand elles ne font pas l’objet de ventes dédiées. Ce nouveau marché s’est structuré très rapidement, avec de nouveaux records après l’été, notamment pour un lot de 101 Bored Ape Yacht Club vendu pour 24,4m$ chez Sotheby’s.

AMMA: Les collectionneurs chinois sont-ils intéressés par l’arrivée des œuvres numériques et des NFTs?

En 2021, les NFT ont été doublement populaires en Chine. Non seulement la création de NFT a connu un boom dans le monde de l’Art, mais de plus en plus d’artistes sont entrés dans l’espace NFT et ont mis leurs œuvres dans la blockchain. Un nombre croissant d’œuvres NFT se sont vendues avec succès aux enchères, mais le volume des transactions est resté relativement limité. Ainsi, en mai 2021, China Guardian a organisé sa première vente aux enchères d’Art NFT. L’une des œuvres NFT du jeune artiste Song Ting, The peony pavilion : information technology penetrates « I », a été adjugée pour 104.600$. En novembre, Holly’s International (Shanghai) s’est associée à TheOne.art pour créer la vente aux enchères « Multiple Dimensions: NFT Digital Art Special ». Parmi les œuvres présentées, le Crypto Punk #6388 de Larva Labs a emporté la mise avec une adjudication à 1.172m$.

Parmi les artistes chinois, l’œuvre d’Art spatial NFT de Xu Bing, qu’on pourrait traduire en français par « Volume céleste » s’est vendue à 314.000$, le prix le plus élevé jamais payé pour un seul NFT en Chine. Le premier projet NFT de Cai Guoqiang, Transient Eternity—101 Ignitions of Gunpowder Paintings , a été adjugé lors d’une vente aux enchères caritative à 2,5m$ sur la plateforme en ligne TR Lab, établissant un record de vente pour une œuvre NFT réalisée par un artiste dans le domaine non cryptographique.

À l’heure actuelle, les collectionneurs chinois accordent une grande attention à l’émergence des NFT. Cependant, l’application de la technologie de cryptage NFT se limite essentiellement à l’Art Contemporain. Son impact sur les œuvres physiques traditionnelles, notamment sur le Marché de l’Art haut de gamme, est encore relativement faible. Le développement des NFT a été quelque peu entravé par le fait que la plupart des législations nationales sur le sujet sont lacunaires ou n’en sont qu’à leurs débuts. La communauté chinoise de collectionneurs traditionnels demeure réticente à l’égard de l’Art NFT, et il reste à voir sur une plus longue période si celui-ci peut réellement modifier l’ensemble du Marché de l’Art, voire l’écosystème de la création artistique.

Des NFT millionnaires

Plusieurs noms ont été propulsés dans le Top 500 mondial des artistes les plus performants aux enchères via l’arrivée des NFT aux enchères. Beeple (98,5m$) en prend la 19e place devant René Magritte, grâce à deux résultats époustouflants: les 69,3m$ engrangés par 5.000 days et 28,9m$ pour Human One (2021), une œuvre phygitale et évolutive. Il est suivi par Larva Labs (51e), Yuga Labs (66e), Pak (113e devant Henri Matisse), Mad Dog Jones (381e) et Rare Pepe (436e). Autant d’artistes et de créateurs jusqu’alors inconnus des collectionneurs traditionnels, mais célébrés depuis plusieurs années dans la sphère crypto.

25 NFT millionnaires en 2021

25 NFT millionnaires en 2021

→ Les NFT cumulent 25 résultats millionnaires, contre seulement 9 photographies en 2021.

Les grands artistes contemporains souhaitent à leur tour intégrer l’écosystème NFT et en adopter les codes. Shepard Fairey, Kaws, Murakami et Jenny Holzer ont sauté le pas ou s’y préparent. Le premier projet NFT de Damien HIRST, The Currency (La Monnaie), consiste en une série de 10.000 Spot Paintings associés à leurs “jumeaux” virtuels. À travers The Currency, Hirst obligeait les acheteurs à se questionner sur le prix accordé à l’œuvre physique vs son pendant virtuel, les collectionneurs devant faire un choix entre conserver l’œuvre sur papier ou le NFT associé. Une façon d’affirmer combien l’art déborde désormais le monde physique pour poursuivre son existence dans le monde numérique.

Warhol NFTisé

Le 27 mai 2021, Christie’s met en vente cinq images numériques produites par Andy WARHOL en 1985 sur le logiciel ProPaint, tout juste transformées en NFT avec l’accord de la fondation Andy Warhol. Les cinq images au format Tiff de 4.500 x 6.000 pixels totalisent 3,37m$, contre une estimation haute de 100.000 dollars. Les prix ont donc totalement flambé pour les premiers Warhol “NFTisés”, dont le paiement a pu être effectué en Ether, la cryptomonnaie avec laquelle l’œuvre de Beeple était achetée en mars. Cette flambée de prix n’a rien d’étonnant. Warhol n’est pas seulement le troisième artiste le plus brûlant du marché derrière Pablo Picasso et Jean-Michel Basquiat, il est surtout l’auteur d’une production massive et mécanique. Passionné par les nouvelles techniques et par la technologie, souhaitant s’approcher au plus près d’une production machinale, Warhol a créé un art quasi génératif. Pour Noah Davis, spécialiste du département d’art d’après-guerre et contemporain de Christie’s, l’artiste n’aurait pas renié le prolongement de ses œuvres numériques sous forme de NFT… advenu 34 ans après son décès.

Art ou “objets” de collection ?

Certains NFT peuvent paraître sur-évalués tant leurs critères d’appréciation sont différents de ceux de l’art traditionnel. En effet, les NFT les plus cotés ne sont pas toujours des créations “artistiques” au sens propre du terme, mais plutôt des « objets de collection” numériques, voire de véritables signes d’appartenance à une communauté. Considérés commes des points d’origine de la révolution NFT, les CryptoPunks de LARVA LABS et les Bored Ape de YUGA LABS bousculent les codes du Marché de l’Art, générant plus de 75m$, soit le tiers du chiffre d’affaires des NFT aux enchères réglementées.

CrytoPunks

Le produit des ventes des CryptoPunks – ces images de 24 x 24 pixels considérées comme les premiers tokens uniques collectionnables – surplombe cette année un géant de l’histoire de l’art tel que Francis Bacon. La valeur de ces images “cultes” dans l’univers crypto est déterminée en fonction de leurs traits de rareté.

Lors de sa vente d’art contemporain de prestige à New York, Christie’s estimait entre 7 et 9m$ un lot de neuf CryptoPunks, dont la course s’est finalement achevée à 16,9m$. Les 10m$ étaient à nouveau dépassés en juin, non pas pour neuf CryptoPunks, mais pour une seule unité, considérée comme “rarissime”. La vente s’est jouée chez Sotheby’s autour du CryptoPunk 7523. Issu d’une série de neuf Punks extraterrestres, ce visage était néanmoins le seul à porter un masque, d’où l’ascension fulgurante de son prix jusqu’à 11,7m$.

Larva labs, société créatrice des CrytoPunks, affiche un résultat annuel de 41,47m$ aux enchères réglementées, tandis que sur les places de marché non réglementées, les CryptoPunks auraient largement dépassé le milliard de dollars de transactions depuis leur lancement en 2017, selon Larva Labs.

Bored Ape

Les “singes blasés” du Bored Ape Yacht Club (BAYC) sont une collection de 10.000 avatars de singes lancée en avril 2021 par Yuga Labs. Comme les Cryptopunks de Larva Labs, les Bored Ape présentent tous des caractéristiques uniques. Ils sont donc valorisés en fonction de leurs critères de rareté. Plébiscités par des célébrités du monde du divertissement et du sport, parmi lesquels Eminem et Justin Bieber, leur popularité et leur prix explosent sur les plateformes en ligne, tout comme sur le marché des enchères réglementées: le 9 septembre 2021, un lot de 101 Bored Ape Yacht Club récolte 24,4m$ chez Sotheby’s. Résultat, la startup Yuga Labs prend la 66ème place du Top Mondial, juste derrière Frida Kahlo.

De nouveaux protocoles de ventes

En avril 2021, la première grande vente NFT organisée par Sotheby’s en collaboration avec PAK rassemble 3.000 acheteurs actifs et rapporte 16,8m$. Intitulée “The Fungible Collection”, la vente met en place un protocole inédit pour Sotheby’s: trois jours durant, les acheteurs pouvaient acquérir des “cubes” numériques (23.598 au total) sur un créneau de 15 minutes seulement, non pas aux enchères mais à prix fixe:

Pak: The Fungible Collection

Pak: The Fungible Collection

L’intérêt d’acheter plusieurs NFT plutôt qu’un seul reposait sur les propriétés combinatoires de ces cubes, un acheteur propriétaire de plusieurs “cubes” pouvant les combiner dans son portefeuille numérique, c’est-à-dire fusionner plusieurs NFT de cubes solitaires en une œuvre unique plus complexe.

En décembre, Pak crée encore la surprise en vendant, sur Nifty Gateway, 266.445 “unités de masse” sous forme de NFT dont la réunion compose une œuvre intitulée The Merge.

The Merge n’existait pas encore à l’heure de la vente. Personne ne savait à quoi elle allait ressembler. C’est en achetant une part de cette inconnue que chaque collectionneur a contribué à sa réalisation totale. En créant une interactivité de création avec ses collectionneurs, Pak ne leur livre pas seulement la clef de son univers/métavers, il donne aussi à sa communauté une part active dans la construction de la valeur créative et économique de l’œuvre.

Ces unités de masse ont été achetées par 29.000 acheteurs différents autour d’une stratégie de prix par paliers fixes, pendant les 48h de la vente. Époustouflant, le montant total généré par The Merge (91,8m$) devance la sculpture Rabbit (1986) de Jeff Koons, (91,1m$ en 2019), œuvre la plus chère pour tout artiste vivant sur le marché des enchères réglementées.