Les plus belles envolées des prix

Les plus belles envolées des prix

La demande est parfois si tendue pour des artistes ayant le vent en poupe que leurs prix flambent littéralement. Des dizaines de jeunes artistes emportent cette année des résultats inattendus, parfois au décuple des prévisions. Parfois, plus haut encore. Si les envolées des prix les plus spectaculaires proviennent généralement de New York, elles s’illustrent aussi cette année à Hong Kong.

Top 5 des envolées des prix aux enchères à New York (2020/21)

Artiste Œuvre Estimation Basse Estimation Haute Prix Date Maison de ventes
1 Amy SHERALD (1973) The Bathers (2015) 150.000$ 200.000$ 4.265.000$ 07/12/2020 Phillips, New York
2 Flora YUKHNOVICH (1990) Pretty Little Thing (2019) 60.000$ 80.000$ 1.179.500$ 24/06/2021 Phillips, New York
3 Joy LABINJO (1994) Visiting Great Grandma (2018) 10.000$ 15.000$ 189.000$ 08/12/2020 Phillips, New York
4 Emily Mae SMITH (1979) Waiting Room (2015) 40.000$ 60.000$ 756.000$ 23/06/2021 Phillips, New York
5 Aboudia DIARRASSOUBA (1983) Noutchy dans la rue (2020) 10.000$ 15.000$ 187.500$ 12/03/2021 Christie’s, New York
© artprice.com

Amy Sherald (1973)

L’un des coups de marteau les plus retentissants de l’année revient à Amy SHERALD, l’artiste à qui l’on doit le portrait officiel de Michelle Obama en 2018, représentée depuis par la galerie Hauser & Wirth. Sa toile The Bathers (2015) a été enlevée pour un impressionnant coup de marteau à 4,26m$ le 7 décembre chez Phillips, soit 21 fois son estimation haute. La toile représente deux femmes noires en maillots de bain colorés sur un fond bleu. Six mois après cette vente, Phillips a constaté une nouvelle envolée de prix depuis New York avec It Made Sense…Mostly In Her Mind (2011) attendue entre 500.000$ et 700.000$, mais disputée à plus de 3,5m$. Ces deux résultats pulvérisent l’ancien record de l’artiste, fixé à 350.000$ en 2019.

Flora Yukhnovich (1990)

Une demande très soutenue a été constatée chez Phillips New York en juin dernier pour la jeune trentenaire. Introduite aux enchères en cette année 2021, Flora YUKHNOVICH avait déjà vu décupler le prix de ses petits dessins chez Bonhams Londres. Mais l’apparition d’une importante toile à New York – Pretty Little Thing – a soulevé les enchères au-delà du million de dollars! Son record est établi à 1,18m$ pour cette peinture évoquant le « Rococo », soutenue par la grande galerie Victoria Miro.

Joy Labinjo (1994)

À 25 ans, la nouvelle star de la peinture figurative anglo-nigériane affole les enchères. Sa toile No Wahala a allègrement triplé son estimation haute, en s’élevant à 208.000$ le 23 mars. La vente était organisée par Christie’s au moment fort de la saison printanière et diffusée en direct de Londres, Hong Kong et New York. La jeune peintre est déjà introduite dans les catalogues de prestige aux côtés des artistes les plus prisés de la “Renaissance noire”, dont d’Amoako Boafo et Lynette Yiadom-Boakye. Lors de son introduction aux enchères en décembre 2020, Joy LABINJO décuplait déjà l’estimation haute de Phillips avec Visiting Great Grandma (2018) vendue pour 189.000$.

Aboudia Diarrassouba (1983)

Cet Ivoirien né en 1983 vit et travaille entre Brooklyn et Abidjan. Il est remarqué en 2014 dans l’exposition “Pangea II: New Art From Africa and Latin America” à la Saatchi Gallery de Londres, aux côtés d’une nouvelle génération d’artistes africains et sud-américains. Place forte pour l’émergence de la nouvelle peinture noire, Londres représente la moitié de ses transactions, mais son travail vient de percer dans les salles de ventes américaines, avec cinq œuvres vendues à plus de 100.000$ chacune en 2021. Parmi elles, Noutchy dans la rue (2020) a emballé les enchères 10 fois au-dessus de son estimation haute, pour finir à 187.000$ frais inclus lors d’une vente en ligne de Christie’s. L’actuel record de DIARRASSOUBA témoigne d’une flambée similaire, avec 231.000$ obtenus pour une toile sans titre vendue par Sotheby’s Londres. L’estimation haute affichait 28.000$…

Top 5 des envolées des prix aux enchères à Hong Kong (2020/21)

Artiste Estimation Basse Estimation Haute Haute Prix Date Maison de ventes
1 Emily Mae SMITH (1979) Broom Life (2014) 51.548$ 77.322$ 1.591.544$ 08/06/2021 Phillips & Poly, Hong Kong
2 Ronald VENTURA (1973) Party animal (2017) 103.028$ 154.542$ 2.504.868$ 24/05/2021 Christie’s, Hong Kong
3 Amoako BOAFO (1984) Untitled (Two Hands) (2019) 19.352$ 32.253$ 338.661$ 03/12/2020 Christie’s, Hong Kong
4 Emily Mae SMITH (1979) Fool Pavilion (2015) 25.763$ 51.527$ 438.241$ 18/06/2021 Sotheby’s, Hong Kong
5 Matthew WONG (1984-2019) The Birds II (2015) 19.352$ 32.253$ 306.407$ 03/12/2020 Christie’s, Hong Kong
© artprice.com

Emily Mae Smith (1979)

Depuis Hong Kong, de nouveaux sommets ont été enregistrés pour des artistes non asiatiques bien au-delà des prévisions, dans une ambiance électrique. Les prix de cet art ultra-contemporain sont devenus aussi forts à Hong Kong qu’à Londres et New York. La toile Broom Life d’Emily Mae SMITH a notamment multiplié par 20 son estimation haute, pour achever sa course à 1,6m$. Le record de l’artiste (récemment exposée à la galerie Perrotin de Tokyo) a ainsi quadruplé en six mois. Les deux autres toiles de Mae Smith proposées dans les jours suivant la vente de Broom Life ont suivi la vague, pour se vendre très haut depuis Hong Kong et New York (Fool Pavilion, Sotheby’s et Waiting Room, Phillips).

Amoako Boafo (1984)

Autre signature désormais incontournable du marché international, Amoako BOAFO a fait une entrée fracassante dans les ventes hongkongaises, remportant son record personnel: 1,14m$ pour la toile Baba Diop vendue 10 fois son estimation basse, le 2 décembre 2020 chez Christie’s. Peu étonnant dans ces circonstances que son dessin Untitled (Two Hands) ait encore décuplé son estimation optimiste le lendemain, toujours chez Christie’s Hong Kong.

Matthew Wong (1984-2019)

Dans l’énergie de cette même vente hongkongaise, un quart d’heure après l’adjudication du dessin de Boafo, Christie’s a cédé un dessin de Matthew WONG pour 306.000$ contre une estimation donnée autour de 30.000$ (The Birds II). Ce résultat reflète la frénésie suscitée post-mortem par les œuvres de Wong, dont les prix n’en finissent pas de flamber. Apparues aux enchères en 2020 seulement, ses toiles déchaînent les passions à des niveaux millionnaires. Le 8 décembre, Sotheby’s proposait, à New York, la toile « Pink Wave » accompagnée d’une littérature rapprochant le style de Wong à celui de Peter Doig et de Van Gogh. Ces arguments forts justifiant une estimation haute de 400.000$ ont payé, Pink Wave s’arrachant pour 2,3m$. Mais le meilleur plaidoyer pour cette toile est le record obtenu par une autre œuvre du prodige, « River at Dusk » (夕阳之河) (2018), vendue 4,8m$ le 3 décembre chez Phillips alors qu’elle était estimée autour du million de dollars. Ces deux sommets proviennent de Hong Kong où sont dispersés le tiers des lots.

Ronald Ventura (1973)

La quatrième envolée de prix depuis Hong Kong revient à Ronald VENTURA, l’un des artistes les mieux vendus d’Asie du Sud-Est. Phillipin le plus coté, la récente vente de Party animal (2017), un grand tableau représentant des animaux anthropomorphes lors d’une fête d’anniversaire, a hissé son record personnel à 2,5m$ contre une estimation haute de 154.000$. Cette belle bataille d’enchères récompense l’œuvre la plus monumentale et la plus puissante de Ventura jamais parue en salle de ventes.