Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Ventes d’art contemporain parisiennes : Lalanne à L’honneur

[01/06/2009]

 Tandis que se jouaient les ventes d’art d’Amérique du sud à New-York, Sotheby’s et Christie’s frappaient aussi le marteau à Paris pour les cessions d’art contemporain de mai. Les résultats sont au-delà des attentes pour Christie’s, grâce à la dispersion d’une collection d’œuvres de François-Xavier & Claude LALANNE.

En temps de crise, il faut savoir créer l’événement pour réussir ses vacations et Christie’s semble passer maître en la matière. En effet, la réussite de sa vacation parisienne d’art contemporain tient à l’ensemble exceptionnel d’une quarantaine de pièces de François-Xavier et/ou Claude LALANNE mis à l’encan ce 27 mai 2009. Une telle concentration d’œuvres issues d’une collection européenne a fortement mobilisé les collectionneurs qui firent exploser les fourchettes d’estimation. Toutes les œuvres signées François-Xavier LALANNE, ainsi que celles réalisées avec Claude, ont trouvé preneurs, rapportant plus de 2,3M€ à l’auctioneer, soit le tiers du chiffre d’affaires enregistré pour la totalité de la vente (6,7M€ pour 152 lots vendus). Avec 2,2M€ au-delà des prévisions, cette vacation signait par ailleurs un meilleur résultat que la cession parisienne d’art moderne de Christie’s orchestrée une semaine plus tôt (135 lots vendus, CA 4,2M€).
La clef du succès de François Xavier Lalanne, dont l’indice des prix est en hausse de +155% depuis 2007, tient en un demi-siècle de bestiaire fantastique réinventant les arts décoratifs français. Avec la complicité de sa compagne Claude, il a en effet aboli la frontière entre art et design. Leurs œuvres bravent le ralentissement du marché en explosant leurs fourchettes d’estimations depuis l’hiver 2008. Le 09 décembre 2008, au lendemain du décès de François Xavier Lalanne, un siège-Mouton présenté chez Christie’s Paris quintuplait son estimation pour s’arracher à 110 000€. Deux mois plus tard, un fantastique Bar YSL s’envolait au décuple de son estimation à 2,4M€, sous la nef du grand Palais pour la vente YSL-Pierre Bergé (Christie’s, 23-25 février). Le souvenir de cette dernière vacation planait donc sur la vente du 27 mai, d’autant que Christie’s cédait un portrait d’Yves Saint-Laurent par Andy WARHOL à un marchand asiatique pour 620 000€ au marteau, dans sa fourchette d’estimation. Chez Christie’s, la meilleure enchère pour Lalanne fut par ailleurs frappée à 340 000€ le 27 mai 2009 (près du double de l’estimation basse) pour La Dame Blanche, une chouette monumentale taillée dans le marbre. Sotheby’s fit mieux en dispersant le jour même à Paris une grande sauterelle transformable en bar à 450 000€ (esti. 250 000 – 350 000€). Il existe une deuxième version de ce bar-Sauterelle dans les collections de la Reine Elisabeth II d’Angleterre. Niki DE SAINT-PHALLE a profité de l’engouement du moment pour les meubles-sculptures avec Le Banc décuplant son estimation basse pour un coup de marteau à 460 000€. Rappelons qu’un banc de dimensions similaires se vendait l’équivalent de 73 000€ en février 2006 chez Sotheby’s (50 000£, Londres).Le chiffre d’affaires de Christie’s pour cette cession d’art contemporain de mai est tout de même amputé d’un tiers par rapport à celle de l’année dernière (6,7M€ en 2009 contre 9,6M€ en 2008 pour un nombre de lots vendus quasi inchangé). Contrairement aux années précédentes où les auctioneers couraient après des pièces très haut de gamme susceptibles d’engranger des enchères millionnaires, les ventes 2009 ont d’autres atouts. Notamment lorsqu’une maison de ventes se voit confier partie ou totalité d’une collection cohérente.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK