Top du Nouveau Réalisme : Yves Klein

[21/11/2013]

 

Le vendredi, c’est Top ! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications par thème. Cette semaine : le Top du Nouveau Réalisme : Yves Klein

Top du Nouveau Réalisme : Yves Klein
Rang Artiste Adjudication Oeuvre Vente
1 Yves KLEIN 32 699 100$ « Le Rose du bleu (RE 22) » (1960) 27/6/2012 (Christie’s Londres)
2 Yves KLEIN 32 500 000$ FC1 (Fire Color 1) 8/5/2012 (Christie’s , New York)
3 Yves KLEIN 21 000 000$ MG 9 14/5/2008 (Sotheby’s, New York)
4 Yves KLEIN 19 500 000$ Sculpture Éponge Bleue Sans Titre, Se 168 14/5/2013 (Sotheby’s, New York)
5 Yves KLEIN 19 000 000$ Archisponge (RE 11) (1960) 11/11/2008 (Sotheby’s, New York)
6 Yves KLEIN 15 500 000$ IKB 1 (1960) 14/5/2008 (Sotheby’s, New York)
7 Yves KLEIN 11 000 000$ Anthropométrie Le Buffle (ANT 93) (1960-1961) 11/5/2010 (Christie’s , New York)
8 Yves KLEIN 10 588 280$ Rélief éponge bleu (RE 51) (1959) 27/6/2012 (Christie’s , Londres)
9 Yves KLEIN 828 6300$ RE 49 (1961) 28/6/2010 (Sotheby’s , Londres)
10 Yves KLEIN 814 3720$ Relief éponge or (RE 47 II) (1961) 11/2/2010 (Christie’s , Londres)

Ce Top du Nouveau Réalisme pourrait-être intitulé « le Top d’Yves KLEIN » tant cet artiste – qui a accédé au rang des artistes du XXème siècle les plus mythiques au même titre que Marcel DUCHAMP ou Andy WARHOL – devance ses complices nouveaux réalistes. Il s’impose comme le seul artiste du mouvement capable de décrocher des enchères supérieures à 10 m$… et en affiche huit à son palmarès. Aucun autre nouveau réaliste ne lutte aujourd’hui face à cette cote flamboyante. Les seuls dont les enchères atteignent des sommets millionnaires hormis Klein sont Martial RAYSSE (qui détient cinq enchères millionnaires dont un sommet équivalent à 5,79 m$ avec L’année dernière à Capri (titre exotique) (Last Year in Capri (Exotic Title), enregistré le 16 février 2011 chez Sotheby’s Londres), Jean TINGUELY (Métamatic No.7 (1959), cédée l’équivalent de 1,8 m$ le 1er juillet 2008 chez Sotheby’s Londres) et CÉSAR (record avec son Pouce monumental en bronze vendu l’équivalent de 1,5 m$ le 20 octobre 2007 par Cornette de Saint Cyr, Paris).

Yves Klein tient l’ensemble du TOP
Le plus coté des Nouveaux Réalistes et l’un des artistes français les plus cotés toutes périodes de création confondues. Ses sommets atteints aux enchères flirtent avec ceux des plus beaux Nymphéas de Claude Monet et quelques toiles phares de Pablo Picasso. Le record d’Yves Klein s’est établi en juin 2012 à 32,6 m$ avec Le Rose du bleu (RE 22), cédé chez Christie’s Londres, un résultat qui amenait l’artiste à la 17ème place du classement mondial cette année là et qui lui permettait de se mesurer à quelques-unes des meilleures enchères 2012, dont celle d’Andy WARHOL, qui ne passait pas les 33 m$ (Double Elvis [Ferus Type], vendu chez Sotheby’s New York le 9 mai 2012) ou de Roy LICHTENSTEIN qui atteignait alors un record de 40 m$ avec Sleeping Girl (le 9 mai 2012 chez Sotheby’s, record par ailleurs enterré lors des dernières ventes de mai où Woman with Flowered Hat atteignait 50 m$ au marteau de Christie’s).

Les spécialistes d’Yves Klein ont recensé un peu moins de 200 monochromes peints en sept ans de carrière (il décède prématurément à l’âge de 34 ans), des toiles recouvertes d’une unique couleur – bleu, or ou rose – sans nuance de ton ou de valeur, qui imprègnent l’atmosphère. Chez Klein, le rôle de la couleur est ambitieux, c’est elle qui investit l’espace réel et mental et traverse le temps. Rares, ses monochromes sont bien sûr chers mais l’on constate que chacune des explorations artistiques de Klein est capable d’arriver au plus haut niveau de prix. Les dix meilleures enchères récompensent en effet tant des Reliefs éponges (techniques mixtes ou des éponges imprégnées de couleurs sont collées sur la surface d’une toile elle-même imprégnée), des oeuvres anthropométriques (avec des empreintes de corps féminins imprégnés de bleu) parfois travaillées au feu, des monochromes et, désormais, une sculpture.

Le dernier sommet en date, enregistré en mai 2013, porte en effet pour la première fois une sculpture à plus de 10 m$. Historique, cette pièce de 1959 imprégnée du fameux bleu IKB fut exposée l’année de sa création chez la galeriste Iris Clert. Elle s’est vendue 19,5 m$ au marteau de Sotheby’s, soit 22 m$ frais inclus le 14 mai 2013, ce qui en fait sa quatrième meilleure enchère (Sculpture Éponge Bleue Sans Titre, Se 168).

Klein est le seul artiste français de l’époque si bien vendu à l’échelle internationale. L’essentiel de son marché se partage entre Londres (48 % des recettes) et New York (45%). La France représente un peu moins de 5 % de son produit des ventes mais elle regorge de collectionneurs avertis. Avec une cote en hausse de +208 % sur la décennie, il s’avère de plus en plus délicat de trouver des pièces abordables pour moins de 5 000 $. En avril dernier, l’antenne bruxelloise de Cornette de Saint Cyr adjugeait même un timbre imprégné de bleu (2,5 x 2 cm) l’équivalent de 2 611 $. Pour le même prix (peu ou proue), il était possible d’acheter cinq de ces timbres dans le même lot en 1999 (cinq Timbres Bleus sont adjugés l’équivalent de 2 833 $ le 17 juin 1999 chez Cornette de Saint Cyr Paris). Désormais, ces petits objets signifiants peuvent dépasser les 4 000 $ en salles (vente Versailles Enchères du 1er juillet 2012).