Top des expressionnistes abstraits américains

[03/01/2014]

 

Le vendredi, c’est Top ! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications par thème. Cette semaine : les dix plus belles enchères des expressionnistes abstraits américains.

Top des expressionnistes abstraits américains
Rang Artiste Adjudication Oeuvre Vente
1 Mark ROTHKO 77 500 000$ Orange, Red, Yellow (1961) 08/05/2012 (Christie’s NEW YORK NY)
2 Mark ROTHKO 67 000 000$ « No. 1 (Royal Red And Blue) » 13/11/2012 (Sotheby’s NEW YORK NY)
3 Mark ROTHKO 65 000 000$ White Center (1950) 15/05/2007 (Sotheby’s NEW YORK NY)
4 Clyfford STILL 55 000 000$ « 1949-A-No . 1 » (1949) 09/11/2011 (Sotheby’s NEW YORK NY)
5 Jackson POLLOCK 52 000 000$ Number 19, 1948 (1948) 15/05/2013 (Christie’s NEW YORK NY)
6 Mark ROTHKO 45 000 000$ « No.15 » (1952) 13/05/2008 (Christie’s NEW YORK NY)
7 Mark ROTHKO 41 000 000$ No. 11 (Untitled) (1957) 12/11/2013 (Christie’s NEW YORK NY)
8 Barnett NEWMAN 39 000 000$ Onement VI 14/05/2013 (Sotheby’s, NEW YORK NY)
9 Franz KLINE 36 000 000$ Untitled (1957) 14/11/2012 (Christie’s NEW YORK NY)
10 Jackson POLLOCK 36 000 000$ Number 4 (1951) 13/11/2012 (Sotheby’s NEW YORK NY)

 

L’expressionnisme abstrait nait officiellement en 1948, au cours d’une exposition à New York. Il est considéré depuis comme le premier grand mouvement artistique des États-Unis. Deux courants sont à distinguer : l’action painting (peinture gestuelle) et la colorfield painting (champ coloré), le premier désigne l’importance de la gestualité chez certains artistes (énergie vitale), tandis que le second se décline en champs colorés propices à la méditation.
Fermement soutenu par le gouvernement américain et par de riches mécènes dès la fin des années 40, l’expressionnisme abstrait s’est rapidement imposé comme l’un des mouvements artistiques les plus importants du XXème siècle. Une première exposition itinérante, réalisée avec l’aide de la Fairfield Foundation, et intitulée « La Nouvelle Peinture américaine » fit découvrir cette peinture neuve en 1958 au Museum of Modern Art (MoMA) de New York et Outre-Manche pour rejoindre la Tate Gallery (17 peintres sont sélectionnés dont Sam Francis , Arshile Gorky, Adolph Gottlieb, Philip Guston, Franz Kline, Willem de Kooning, Robert Motherwell, Barnett Newman, Jackson Pollock, Mark Rothko et Clyfford Still).

Avec un ticket d’entrée à hauteur de 36 m$ et un sommet de 77,5 m$, la cote des expressionnistes abstraits témoigne encore de l’hégémonie du marché américain aujourd’hui. Les enchères flamboyantes de ce Top ont été enregistrées sans surprise à New York, et force est de constater qu’elles sont particulièrement récentes : la plus ancienne remonte à 2007, tandis que sept enchères gagnantes ont été frappées entre 2012 et 2013.

 

Mark Rothko
C’est Mark ROTHKO qui a donné le ton en 2007, avec une adjudication qui fit grand bruit à l’époque, celle de la toile White Center vendue 65 m$ chez Sotheby’s. A l’époque, White Center (1950) devenait l’oeuvre d’après-guerre la plus chère du marché des enchères et la plus forte adjudication de l’année 2007. Ce record a été dépassé à deux reprises depuis ; la première fois en mai 2012 avec Orange, Red, Yellow vendue 77,5 m$ (8 mai 2012, Christie’s New York) – le plus beau coup de marteau jamais enregistré en Occident pour une oeuvre d’après-guerre – puis six mois plus tard avec No. 1 (Royal Red And Blue) adjugée 67 m$. La vente de dix oeuvres de Rothko en 2012 suffisaient à dégager quelques 166,7 m$.
Le maître du champ coloré méditatif tient la moitié de ce Top 10, dont un résultat fraîchement signé en 2013 à hauteur de 41 m$ avec une œuvre de 1957 aux vibrations orange (No. 11 (Untitled)). Ce chef-d’oeuvre de deux mètres de hauteur a stimulé les enchères 6 m$ au delà de l’estimation haute fournie par Christie’s… la détermination et le niveau de compétition sont parmi les plus intenses du marché pour cet artiste. Cependant, la surenchère dont bénéficient certains de ses compatriotes est parfois plus remarquable encore.

 

Clyfford Still
Comme Rothko, Clyfford STILL travaille essentiellement sur la confrontation violente de grandes surfaces de couleurs pures. Il oblige le spectateur à une immersion visuelle totale par l’usage exclusif de grands formats et évite toute anecdote, avec des oeuvres dépourvues de titres. Avant son installation à New York en 1950, ou il travaille avec Pollock et De Kooning, Still passe près de dix ans à San Francisco, en tant que professeur à la California School of Fine Arts. Son influence et son rayonnement comme enseignant s’avèrent alors capitale pour sa carrière. Still est l’expressionniste américain le plus rare en salles de ventes : seules 35 oeuvres ont été mises en ventes depuis la fin des années 80. A l’époque, ses toiles se vendaient pour moins de 100 000 $… mais n’espérez pas acquérir aujourd’hui une toile à moins d’un million. Son record de 55 m$ lui offre la quatrième place des toiles expressionnistes abstraites américaines les plus cotées.

 

Jackson Pollock
Mieux connu du grand public que Still, Jackson POLLOCK doit sa célébrité à l’invention d’une nouvelle façon de peindre. Pollock est en effet resté célèbre pour ses compositions abstraites impulsives : des drippings (to drip : égoutter) constitués de coulures réalisées à l’aide d’un bâton ou directement avec le pot de peinture préalablement percé de trous.
La cote de Pollock flambe littéralement : en 2013, la toile Number 19, un dripping historique de 1948, fit grimper les enchères jusqu’à 52 m$, enterrant de 17 m$ l’estimation haute espérée par Christie’s, qui avait pourtant basé son estimation sur le précédent record de l’artiste (Number 4, 76,5 cm x 63,5 cm, adjugée 36 m$, le 8 mai 2012). Number 19 fait partie des grands records de l’année 2013.

 

Barnett Newman et Franz Kline
Le nouveau record de Barnett NEWMAN s’avère plus impressionnant encore que celui de Pollock en terme de surenchère. L’inventeur des fameux « zips » (coupures verticales qui séparent les plans de couleurs) culmine à 39 m$ depuis mai 2013 et déclasse de 19 m$ son précédent record !
A en juger par les records, les paliers de prix atteints par Newman ces dernières années sont littéralement spectaculaires : l’artiste est passé de 4,6 m$ en 2008 (Untitled, 1969, 13 mai 2008, Christie’s), à 20 m$ en 2012 (Onement V, 8 mai, Christie’s) puis à 39 m$ en 2013. Le record de l’artiste affiche ainsi 34,4 m$ de plus au compteur en l’espace de cinq ans… Le dernier artiste du Top, Franz KLINE, confirme cette envolée des prix : son record d’enchère s’est hissé de 30,3 m$ sur la même période……