Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Top 10 œuvres de l’abstraction

[16/11/2018]

Le vendredi, c’est Top ! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications pour vous permettre de décrypter les grandes tendances du Marché de l’Art. Cette semaine, Artprice vous livre les 10 œuvres abstraites les plus chères du monde, tout en revenant sur la forte valorisation dont fait actuellement l’objet l’ensemble de l’abstraction.

L’abstraction a plus d’un siècle. Cette tendance essentielle de l’art est née au début du XXe siècle en révolutionnant l’histoire de la peinture et n’a pas cessé de se renouveler depuis. De nos jours encore, des artistes de premier plan tels que Pierre Soulages, Christopher Wool, Tauba Auerbach ou Cy Twombly mènent leur cheminement artistiques à travers diverses voies abstraites. Si les historiens considèrent que la première œuvre abstraite de l’histoire est l’aquarelle que réalisa Vassily Kandinsky en 1910 ou 1913 (les experts divergent malgré la date apposée au dos de l’oeuvre), le Marché de l’Art n’a pas fait de ce pionnier l’artiste abstrait le plus cher du monde. Le record de Kandinsky – établi à hauteur de 42,2 m$ depuis juin 2017 (avec Painting with white lines, Sotheby’s, Londres) – est en effet deux fois moins élevé que celui de l’immense artiste américain Marc Rothko, pour une œuvre exécutée un demi-siècle après le dessin de Kandinsky. D’abord expressionniste, puis méditatif avec ses champs colorés, Rothko est indubitablement l’artiste le plus performant du marché en matière d’abstraction. La moitié de ce Top 10 lui appartient, dont un record porté à près de 87 m$ en mai 2012, pour sa toile Orange, Red, Yellow (1961) faisant autrefois partie de la collection de David Pincus. Rothko domine, portée par la fascination et la spéculation américaine. Il est vrai qu’il est devenu l’un des plus éminents représentants du premier grand mouvement de l’histoire de l’art des Etats-Unis…

Rang Artiste Adjudication ($) œuvre Vente
1 Mark ROTHKO (1903-1970) 86 882 500$ Orange, Red, Yellow 08/05/2012 Christie’s New York
2 Kasimir Sevrinovitch MALEVICH (1878-1935) 85 812 500$ Suprematist Composition 15/05/2018 Christie’s New York
3 Mark ROTHKO (1903-1970) 81 925 000$ No. 10 13/05/2015 Christie’s New York
4 Mark ROTHKO (1903-1970) 75 122 500$ « No. 1 (Royal Red And Blue) » 13/11/2012 Sotheby’s New York
5 Mark ROTHKO (1903-1970) 72 840 000$ White Center 15/05/2007 Sotheby’s New York
6 Cy TWOMBLY (1928-2011) 70 530 000$ Untitled (New York City) 11/11/2015 Sotheby’s New York
7 Cy TWOMBLY (1928-2011) 69 605 000$ Untitled 12/11/2014 Christie’s New York
8 Willem DE KOONING (1904-1997) 66 327 500$ Untitled XXV 15/11/2016 Christie’s New York
9 Mark ROTHKO (1903-1970) 66 245 000$ Untitled 13/05/2014 Christie’s New York
10 ZAO Wou-Ki (1921-2013) 65 204 489$ Juin-Octobre 1985 30/09/2018 Sotheby’s Hong Kong
copyright © 2018 artprice.com

Abstrait, expressionniste… et américain

L’Expressionnisme Abstrait est sans doute la valeur la plus sûre du Marché de l’Art américain actuellement, d’abord pour des raisons historiques puisque les grands peintres que sont Rothko, Pollock, Kline, de Kooning marquent l’avénement du premier grand mouvement artistique américain – l’Expressionnisme abstrait – qui se développe dans les années 1950-1960. Que les œuvres soient représentatives de l’abstract painting ou du colorfied (les deux grandes tendances du mouvement), la valeur des œuvres n’a cessé d’augmenter ces dernières années et les records de s’enchainer : record de Clyfford Still porté à 61,7 m$ en 2011, de Rothko à 86,8 m$ en 2012, de Pollock 58,3 m$ en 2013, de Motherwell à hauteur de 12,7 m$ le 17 mai dernier chez Phillips, de Willem de Kooning à 66,3 m$ en 2016, puis à 69 m$ cette semaine avec Woman as Landscape vendue par Christie’s dans le cadre de la dispersion de la collection Barney A. Ebsworth.

L’engouement et la hausse des prix se manifestent aussi pour les expressionnistes abstraits dits de « seconde génération ». En premier lieu avec l’américain Cy Twombly dont Larry Gagosian a fait la pierre angulaire de sa galerie depuis les années 1980. En 2015, le record de l’artiste s’est établi à 70,5 m$, avec Untitled (New York City) vendue chez Sotheby’s (le 11 novembre 2015). Un bond spectaculaire considérant que l’artiste culminait à 19,2 m$ en 2013 (avec Poems to the Sea, vendus chez Sotheby’s New York). Tout récemment, deux femmes, Joan Mitchell et Helen Frankenthaler, se sont faites remarquer sur le terrain des enchères. Leurs nouveaux records ont été enregistré tous deux le 17 mai 2018, chez Christie’s pour Mitchell, chez Sotheby’s pour Frankenthaler. La revalorisation de ces deux artistes est considérable. Dans le cas de Frankenthaler, le nouveau a été établi avec la toile Blue Reach vendue au double de l’estimation haute, pour 3m$. Dans le cas de Joan Mitchell, la toile Blueberry (1969) s’est envolée bien au-delà des estimations (5 m$ – 7 m$) pour établir un record personnel à 16,6 m$. Quelques jours avant ce nouveau sommet, la galerie puissante David Zwirner avait annoncé publiquement qu’elle représenterait désormais en exclusivité la Fondation Joan Mitchell. Une première exposition solo de l’artiste a été prévue à New York en 2019 mais le marché n’a pas attendu pour réagir à cette annonce. L’indice des prix de Joan Mitchell a progressé de +24 % depuis début 2018. Sur les quinze dernières années, la valeur de ses toiles s’est envolée : 100 $ investis en 2003 valent en moyenne 1 600 $ aujourd’hui. En cette année historique, la vente de ses œuvres aux enchères a déjà généré près de 50 m$.

Une année de records

Les records de Willem de Kooning, Motherwell, Frankenthaler ou Mitchell ne sont pas isolés. L’année 2018 s’avère un excellent cru pour plusieurs autres artistes abstraits, qu’ils soient contemporains ou historiques. Le résultat le plus important de 2018 est celui de Kasimir Malevich (second sur notre classement), propulsé sur le devant de la scène au prix de 85,8 m$ pour une composition suprématiste de 1916, vendue le 15 mai 2018 chez Christie’s à New York. La valeur de cette toile, acquise pour 60 m$ en novembre 2008, a progressé de +43 % au cours des 10 dernières années, soit un retour sur investissement annuel de +4,5 %. C’est un nouveau record pour Malevitch, et pour l’ensemble de l’abstraction russe.

Autre résultat marquant avec Richard Diebenkorn, qui compte parmi les grandes signatures de l’abstraction américaine. Fortement influencé par le cubisme synthétique puis par les œuvres abstraites de Willem de Kooning, Richard Diebenkorn est particulièrement prisé avec la série d’oeuvres Ocean Park, comprenant 150 toiles. La 126e toile de cette série – Ocean Park #126, 1984 – s’est envolée pour 24 m$ en mai dernier chez Christie’s, doublant presque le précédent record de l’artiste (13,5 m$ en 2012 pour Ocean Park # 48, 1971 chez Christie’s). Fort d’un résultat annuel de plus de 54 m$, Richard Diebenkorn se positionne parmi les 30 artistes les plus performants du monde en terme de produit de ventes annuel, dans le classement provisoire de 2018.

En début de semaine, Zao Wou-Ki clôturait ce Top 10 dédié à l’abstraction avec un record de 65,2 m$, planté en septembre dernier chez Sotheby’s. Mais les dernières ventes new-yorkaises ont changé la donne, récompensant Willem de Kooning à près de 69 m$. Zao Wou-ki n’en est pas moins en très bonne position dans le classement mondial provisoire de 2018, selon les résultats globaux obtenus en salles de ventes cette année. Il est aussi le peintre « expressionniste » le plus performant de 2018 après de Kooning, avec 267 m$ d’oeuvres d’art déjà vendus aux enchères entre janvier et mi-novembre.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK