Top 10 : artistes contemporains indonésiens

[26/10/2012]

 

Le vendredi, c’est Top ! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications par thème. Cette semaine : les dix plus belles enchères réalisées ces douze derniers mois par des artistes contemporains indonésiens.

Face à la suprématie de la Chine sur la place de marché mondiale, les artistes issus des pays asiatiques voisins voient, ces dernières années, leurs enchères décoller à vitesse grand V. Si les vacations en Chine se sont, dans un premier temps, concentrées sur la création nationale, les maisons de ventes Sotheby’s puis Christie’s ont su petit à petit ouvrir leurs catalogues aux pays limitrophes. Grâce à la vivacité de sa scène artistique contemporaine et à des prix plus abordables que la création chinoise, le marché indonésien a rapidement été stimulé par les velléités d’achats. Fermement soutenues par d’influents collectionneurs locaux, les ventes d’art contemporain indonésien ont ainsi connu une hausse spectaculaire des prix au cours de ces quatre dernières années et ont, par la même occasion, attiré les plus grands acteurs du marché de l’art. Une maison de ventes comme Sotheby’s ne s’y est d’ailleurs pas trompée en choisissant d’ouvrir en 2009 un bureau à Jakarta (qui est également un port franc).
L’Indonésie comptant désormais parmi les bénéficiaires de la bonne santé du marché asiatique, quelles ont été ces douze derniers mois les meilleures ventes pour un artiste contemporain de l’archipel ?

Top 10 : Artistes Indonésiens

Rang Artiste Adjudication Oeuvre Vente
1 I Nyoman MASRIADI 359240$ « Blekik Jones and Soekarno’s Treasure » (2011) 26/11/2011 (Christie’s HONG KONG)
2 Christine AY TJOE 257600$ « Langit – Langit Merah (Red Ceiling) » (2009/10) 02/04/2012 (Sotheby’s HONG KONG)
3 I Nyoman MASRIADI 231300$ « Are you sure? » (2010) 03/10/2011 (Sotheby’s HONG KONG)
4 I Nyoman MASRIADI 192750$ Mr. Universe (Manusia Batu) (2002) 03/10/2011 (Sotheby’s HONG KONG)
5 Christine AY TJOE 192750$ Layers for the Circles (2011) 03/10/2011 (Sotheby’s HONG KONG)
6 Rudi MANTOFANI 179620$ Sudut Bumi #3, the corner of the Earth #3 (2007-2008) 27/11/2011 (Christie’s HONG KONG)
7 Christine AY TJOE 167440$ Bertujuh #1 (The Seven #1) (2006) 02/04/2012 (Sotheby’s HONG KONG)
8 Rudi MANTOFANI 154820$ Cakrawala Warna (Colorful Horizon) (2004/07) 12/01/2012 (Borobudur Auction Ptd.Ltd. SINGAPORE)
9 I Nyoman MASRIADI 153960$ Uang segar (Fresh money) (2007) 27/11/2011 (Christie’s HONG KONG)
10 Christine AY TJOE 141680$ « Please… Adopt this One… » (2007) 02/04/2012 (Sotheby’s HONG KONG)

Toujours première place de marché mondiale, selon le rapport Artprice 2011/2012, la Chine grâce à Hong Kong est à l’origine de neuf adjudications sur les dix de ce top ! Du côté des artistes, un duo et une cuvée sortent gagnants : Nyoman Masriadi et Christine Ay Tjoe tous deux nés en 1973.

Né à Bali, I Nyoman MASRIADI a étudié à l’Institut Indonésien des Arts de Yogyakarta. Ses peintures représentent le plus souvent des archétypes de supers héros, de cowboys, de soldats ou encore d’athlètes et portent avec humour un regard critique sur la société contemporaine et la culture de masse. L’artiste a signé sa première exposition individuelle en 2008 au musée d’art de Singapour. Depuis, il a exposé un peu partout dans le monde : aux Pays-Bas, en Australie, en Chine, en France, aux États-Unis… Ses premiers pas aux enchères datent, eux, de 2003 avec la mise en vente de l’œuvre Cuci tangan. Adjugée près de 5 000 $ par Sotheby’s Singapour, elle double d’emblée son estimation basse. D’abord discrets en salle, les lots de Nyoman Masriadi se multiplient à l’encan à partir de 2005 et 2006, au rythme de 3 par an) jusqu’à atteindre en 2008 un pic de 76 lots incluant la signature de son actuel record à plus de 830 000 $ pour l’œuvre impressionnante The Man From Bantul (The Final Round) cédée chez Sotheby’s Hong Kong, le 6 octobre. Il est le grand vainqueur de ce classement avec six places à son compteur dont la première marche du podium grâce à Blekik Jones and Soekarno’s Treasure cédée à près de 360 000 $ chez Christie’s Hong Kong, le 26 novembre 2011. Bien qu’il n’ait pas dépassé la barre des 500 000 $ depuis 2010 avec les ventes de I’m Still Lucky et Sok Ngirit (Pretending to be Prudent), acquérir une œuvre emblématique en salles en 2012 n’est pas envisageable en dessous de 120 000 $ (suivant les résultats enregistrés entre janvier et octobre) ! Néanmoins ses enchères, bien qu’importantes, demeurent largement sous les niveaux de prix des stars de l’art contemporain chinois.

Diplômée d’art graphique et d’estampe du Bandung Institut of Technology, Christine AY TJOE débute sa carrière dans le stylisme textile avant de reprendre sa pratique artistique.
L’artiste a fait l’objet de nombre d’expositions mais celle à la Saatchi Gallery de Londres en 2011 a sans aucun doute eu un effet de levier sur sa carrière. Et pour preuve, depuis le début de l’année 2011, les ventes d’œuvres de Christine Ay Tjoe ont connu une envolée sans précèdent : plus de 15 lots ont été cédés entre 50 000$ et 257 000 $ dont son record signé grâce à l’oeuvre Langit – Langit Merah (Red Ceiling) frappée à plus de 257 000 $ chez Sotheby’s Hong Kong. Il fallait avoir le nez fin lors de son entrée en salles en 2006, à l’exemple de l’heureux acquéreur qui est reparti avec la toile Generation 01 pour moins de 3 400 $ (Christie’s Hong Kong, le 26 novembre). Le 2 avril 2012 une peinture de la même année et de mêmes dimensions, Bertujuh #1 (The Seven #1) s’est envolée pour environ 168 000 $  chez Sotheby’s Hong Kong. Avec une offre et une demande en plein boom, la jeune artiste trouve aisément sa place dans ce classement aux côtés de Nyoman Masriadi en raflant les quatre places restantes.

En plus d’être au cœur d’un marché asiatique en pleine ébullition, de bénéficier du puissant soutien des collectionneurs locaux et d’afficher des prix plus abordables que leurs homologues chinois, les artistes indonésiens ont le bel atout de savoir s’exporter. Les expositions « carte blanche » ne cessent de fleurir depuis quelques années un peu partout dans le monde et ne font qu’accroître leur visibilité et de surcroît la demande. Une scène à suivre donc de près, où la très jeune génération commence déjà à faire des émules à l’instar de Ariadhitya PRAMUHENDRA (né en 1984) qui vient de rentrer dans l’écurie de la galerie Perrotin et a déjà signé en 2010 un record à près de 93 000 $ pour le monumental fusain sur toile Holy Mass (150 x 700 cm) chez Sotheby’s Hong Kong, le 4 octobre 2010.