Sotheby’s, une semaine à plus d’un milliard de dollars

[23/11/2021]

Une semaine après que Christie’s ait écoulé l’ensemble des chefs-d’oeuvre proposés au catalogue de la collection Cox – dont un tableau de Gustave Caillebotte au prix record de 53 millions de dollars – Sotheby’s dispersait, lundi dernier, une partie de la très attendue collection Macklowe. La société américaine braqua à nouveau les projecteurs sur elle le lendemain avec un extraordinaire autoportrait signé Frida Kahlo avant d’achever sa semaine sur les grands “maîtres” contemporains.

Résultat global de la semaine : plus de 1,1 Mrd$, en cumulant la vente de la collection Macklowe (676 m$), la  vente moderne du 16 novembre (282,86 m$) et les ventes contemporaines du 18 novembre (191m$).

Collection Macklowe : 676 millions de dollars en 35 lots

Challenge réussi pour Sotheby’s qui avait apporté sa garantie à la totalité des lots de la collection Macklowe, et qui enregistre le meilleur résultat de son histoire pour une vente de soirée.

La collection Macklowe cumulait des chefs-d’œuvre réalisés par les plus grands noms de l’art contemporain. Le premier volet de sa dispersion tant attendue – 35 pièces sur les 65 de la collection –  a généré 676 millions de dollars le 15 novembre. La totalité des 35 pièces ont été vendues, avec quatre œuvres cédées au-delà des 50 millions de dollars, pour lesquelles les collectionneurs asiatiques se sont montrés particulièrement actifs.

Cette vente exceptionnelle était consécutive au divorce prononcé en 2018 entre le promoteur immobilier Harry Macklowe et son épouse Linda Burg, administratrice honoraire du Met Museum. L’ancien couple ne parvenant pas à se mettre d’accord sur la valeur de leur incroyable collection, la justice en a imposé la vente.

Quatre œuvres vendues à plus de 50 millions, dont un nouveau record pour Jackson Pollock.

Quatre œuvres de la collection Macklowe se sont vendues à plus de 50 millions de dollars chacune. L’œuvre la plus cotée est une peinture de l’expressionnisme américain Mark ROTHKO, avec 82,4m$ pour N°7, devant Le Nez d’Alberto GIACOMETTI (78,4m$). Cette sculpture énigmatique de Giacometti est un impressionnant bronze suspendu, dont il existe deux plâtres peints et six exemplaires en bronze. Les deux œuvres les plus chères de la soirée ont été achetées par des collectionneurs asiatiques, enchérissant à distance.

Un nouveau record est à signaler pour Jackson POLLOCK à plus de 61m$. Number 17 (1951) renouvelle le précédent sommet de l’expressionniste abstrait américain, qui avait été établi à 58,4m$ chez Christie’s il y a huit ans. Quatrième œuvre à dépasser les seuil des 50 millions le soir du 15 novembre, une toile monumentale de Cy TWOMBLY devient la troisième œuvre la plus coûteuse du peintre abstrait, à 58,8 m$.

Une série de neuf visages en noir et blanc de Marylin Monroe par Andy WARHOL(Nine Marylins, 1962) a été vendue pour 47,3 millions de dollars, tandis que son Sixteen Jackies, portrait démultiplié de Jackie Kennedy, a trouvé preneur pour 33,8 millions de dollars.

Considérée comme la plus chère jamais mise aux enchères, la collection Macklowe ne s’arrête pas aux 35 lots dispersés le 15 novembre. Trente œuvres supplémentaires seront mises aux enchères au printemps 2022 par Sotheby’s. Si le marché se maintient d’ici là, l’ensemble des 65 lots pourrait dépasser le record atteint par une collection privée, à savoir celui détenu par la collection Peggy et David Rockefeller, vendue en 2018 chez Christie’s pour 835 millions de dollars.

Nouveau record pour Frida Kahlo 

Parti – dans sa fourchette d’estimation – au seuil des 35m$ le 16 novembre, le magnifique  Diego y yo signe le nouveau record d’adjudication de Frida KAHLO. Ce petit autoportrait témoigne d’une forte revalorisation de l’artiste mexicaine, dont le précédent record culminait à 8m$ (Dos desnudos en el bosque (La tierra misma), Christie’s 12/05/2016).

Entre 2016 et 2021, le record de Frida Kahlo a gagné 27 millions de dollars !

Diego y yo est un autoportrait magnétique autour de la relation de l’artiste avec Diego : Frida fait apparaître sur la toile le nom de son cher Diego avant le sien et fait allusion à elle-même comme à un simple « je ». Elle peint le visage de Diego sur son propre front le pourvoyant d’un troisième œil. Diego domine le visage comme le nom de Frida.

De son vivant comme après sa mort, le travail de Frida restait moins valorisé que celui de son protecteur et mentor. Mais la vente de cet autoportrait vient de renverser la vapeur. Aucune œuvre de Diego RIVERA n’a en effet atteint le seuil de 10 millions, lorsque la toile de 30 x 22 centimètres de Frida montre – à 34,883 m$ – la passion du marché pour son œuvre comme pour le personnage qu’elle incarne.