Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Sotheby’s a dominé le marché londonien

[15/07/2015]

 

Sotheby’s a emporté son pari : faire de sa vente d’art contemporain du 1er juillet 2015 la plus belle réussite de son histoire européenne. La société de ventes américaine l’a largement emporté sur sa concurrente, avec un résultat de 209,6 m$ frais inclus, contre 150 m$ pour la même vacation thématique chez Christie’s le 30 juin. Sotheby’s fait fort, certes, mais aurait pu faire beaucoup mieux sans ravaler un Francis Bacon majeur, issu de sa fameuse série des Papes, deux Warhol phares et le grand Peter Doig, Pelican. Ces quatre œuvres auraient ajouté 90 ou 100 millions de plus au résultat de la soirée.

Sotheby’s a donc essuyé plusieurs déconvenues, à commencer par la mévente de son lot phare – Study for a Pope I, de Francis BACON… Un grand silence se fit dans la salle lorsque l’oeuvre phare de cette grande vacation ne parvint pas à atteindre les 39 m$ de son estimation basse. L’estimation était trop agressive pour ce portrait rouge et vert de 1961, déjà vendu aux enchères pour 10 m$ il y a 10 ans (chez Christie’s New York, le 8 novembre 2005). Une plus-value de 29 m$ paraissait donc beaucoup… même aux plus gros acheteurs de la planète. C’est ici peut-être la preuve que les prix de Bacon commencent à se stabiliser, mais en aucun cas le signe d’une désaffection pour l’artiste, qui a tout de même rapporté près de 27 m$ à Sotheby’s (23,9 m$ payés pour Self-portrait et 23 m$ pour Three studies for self-portrait).
Autres déconvenues importantes avec deux œuvres majeures d’Andy WARHOL, accumulant des billets sérigraphiés. Front And Back Dollar Bills et Two Dollar Bills (Back) auraient pu rapporter 40 m$ de plus à la maison de ventes… Andy Warhol n’en fut pas moins la star incontestée de cette vacation, grâce au Dieu dollars : Dollar signs et Dollar Sign se sont respectivement vendues 10,8 m$ et 7,3 m$ frais inclus, mais surtout, One Dollar Bill (Silver Certificate), grande toile de 1962, a changé de mains pour 32,8 m$ frais inclus, plantant le meilleur résultat de la soirée et enterrant de 4,5 m$ son estimation haute.
Pour conclure le triumvirat habituel de ces grands ventes, force est de constater que les prix de Jean-Michel BASQUIAT grimpent toujours. C’est ce dont témoigne la vente de Orange Sports Figure (1982) pour 8,8 m$ frais inclus. Cette même œuvre vaut 2,4 m$ de plus qu’il y a trois ans (vendue 6,4 m$ frais inclus, Sotheby’s Londres, le 15 février 2002). Au début des années 90′, elle ne coutait que 66 000 $…

Christie’s met un coup de fouet aux YBA

Le meilleur score de Christie’s (le 30 juin) fut emporté pour Francis Bacon a 19,1 m$ : Study for Head of Isabel Rawsthorne, un diptyque de portraits présentant l’un a coté de l’autre la grande amie de l’artiste Isabel Rawsthorne et son amant George Dyer, a légèrement passé son estimation haute. Mais la société de ventes a surtout enregistré six nouveaux records, pour Chris Ofili, Malcolm Morley, R.H Quaytman, Jeff Elrod, Brent Wadden et les frères Chapman…. Or, ces records ne sont pas anodins puisqu’ils remettent sur le devant de la scène les Young British Artists portés par Charles Saatchi à la fin des années 90′. Trois nouveaux records sur six en effet témoignent de l’influence des choix de Saatchi :

Chris OFILI – 4,5 m$ pour Holy Virgin Mary (1996)
Vendue 4,5 m$ frais inclus, Holy Virgin Mary est une œuvre au pedigree sans faute, qui fut exposée lors des expositions Sensation de Londres (1997) et de New York (2000). Rappelons que l’exposition Sensation, organisée autour de la collection des Young British Artists de Charles Saatchi, a lancé une nouvelle vague d’artistes britanniques flamboyantes dont Damien Hirst et Sarah Lucas.
Malcolm MORLEY – 1,8 m$ pour SS Amsterdam in Front of Rotterdam (1966)
Cette œuvre, qui a fait partie de la Collection de Charles Saatchi, est un des premiers exemples du style hyper-réaliste caractéristique de Morley. L’artiste n’avait encore jamais passé le million aux enchères.
Dinos & Jake CHAPMAN – 665 000 $ pour Great Deeds Against the Dead (1994)
La sculpture en fibre de verre inspirée des Désastres de la guerre de Goya fit scandale lors de l’exposition Sensation à Londres. Cette pièce majeure de la fratrie britannique était attendue pour un record. C’est chose faite, alors que le duo fut particulièrement discret en salles depuis 2007.

Les artistes cités dans cet article : Francis BACONAndy WARHOLPeter DOIGJean-Michel BASQUIATIsabel LAMBERTGeorge DYERChris OFILIMalcolm MORLEYRebecca QUAYTMANJeff ELRODBrent WADDENDinos & Jake CHAPMANDamien HIRSTSarah LUCASMalcolm MORLEYFrancisco José DE GOYA Y LUCIENTES

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK