Salvator Mundi de Leonardo Da Vinci au Louvre Abu Dhabi et bientôt exposé au Louvre Paris consacre le modèle de l’Industrie Muséale(R) conçue par Artprice

[08/12/2017]

Artprice qui avait en exclusivité donné le montage sophistiqué pour l’acquisition du Salvator Mundi de Leonardo Da Vinci au JDD et repris par l’AFP ce jour permet de mettre en lumière un schéma économique très élaboré.

Ce schéma s’inscrit parfaitement dans l’Industrie Muséale® telle que conceptualisée et enseignée par Artprice dès 2005.

thierry Ehrmann: « Artprice détient en grands comptes l’intégralité des musées mondiaux et bien évidemment le Louvre. De même les Emirats Arabes Unis, capitale Abu Dhabi, se situent dans les 10 premiers pays générateurs de logs (requêtes) chez Artprice, ce qui se passe de tout commentaire. »

En effet la grille de lecture nous donne une franchise du Louvre France au Louvre Abu Dhabi pour une concession sur le nom jusqu’en 2037 qui rapporte 400 millions d’euros au Louvre Paris. Ce dernier accompagné de 13 musées français a déjà prêté plus de 350 œuvres, par une dizaine de musées français.

Le montage final montre la mise en réseau de l’Industrie Muséale® avec des véhicules d’investissement et des opérations juridiques complexes.

Ces derniers démontrent sans ambiguïté un nouveau système économique, l’Industrie Muséale® , émergeant au XXIe siècle telle qu’Artprice l’a définie en 2005.

En effet nous avons bien une logique de flux entrants (billetterie et autres produits dérivés) et une logique de flux sortants par licences d’exploitation du nom et le coût d’acquisition du Salvator Mundi de Leonardo Da Vinci, prix annoncé 3 mois avant par Artprice.

Ce prix de 450 millions de dollars résulte d’un savant pricing basé in fine sur l’EBITDA du bilan muséal et non, comme certains l’ont écrit, d’un non-sens absolu ne voulant pas admettre que l’Industrie Muséale® est désormais l’armature principale du Marché de l’Art mondial.

Cette dernière tire les prix vers le haut, en créant une pénurie sur les 3 secteurs de l’Art, ancien, moderne et contemporain, car une éventuelle revente d’un élément d’actif corporel d’une structure muséale en affecterait immédiatement sa billetterie.

Artprice qui sort son indice Artmuseum100® début 2018 met en évidence la mutation du musée, où le public en moins de 30 ans s’est multiplié par 10.

Artprice et son département d’économétrie travaillent d’ailleurs avec Twitter depuis 2 ans sur un panel élargi et strictement identifié de 39 millions de followers attachés aux 100 principaux musées Fine Art du Monde.

thierry Ehrmann: « Ce soft power entre les grandes puissances, que sont la Chine et les USA, et les pays du Golfe, est un moteur géopolitique puissant pour le développement exponentiel de l’industrie muséale®, avec donc inexorablement de nouvelles ventes spectaculaires à venir, avec en ligne de mire le franchissement du cap du milliard de $ pour une œuvre d’ici 2020. »

Artprice, en tant que Leader mondial de l’Information sur le Marché de l’Art, ne peut que profiter de cette croissance du Marché de l’Art, avec la montée en puissance de l’Industrie Muséale®.

Rappel de l’industrie muséale® telle que conceptualisée par Artprice dans ce communiqué:

https://www.actusnews.com/fr/ARTPRICE/cp/2017/11/19/artprice-le-record-pour-salvator-mundi-de-leonardo-da-vinci-demontre-que-l_industrie-museale-reg-revolutionne-le-modele

www.artprice.com Copyright thierry Ehrmann 1987/2017