Plus d’un milliard d’oeuvres vendues à New York cette semaine

[14/05/2021]

Le marché haut de gamme a repris sa pleine puissance : avec 691 millions d’œuvres vendues du côté de Christie’s et 677 millions chez Sotheby’s, cette semaine renoue avec le faste d’avant la pandémie. Les deux maisons de ventes ont ainsi dispersé pour près de 1,4 milliards de dollars d’œuvres impressionnistes, modernes et contemporaines entre le 11 et le 13 mai. Le point sur les moments forts et les œuvres ayant permis de dépasser le milliard.

691 millions pour Christie’s

Avec plus de 481 millions pour sa vente d’art du 20 siècle (13 mai) et 210,4 millions pour celle du 21e (11 mai), Christie’s domine cette semaine exceptionnelle avec, à l’acmé des prix, la Femme assise près d’une fenêtre (Marie-Thérèse) de PICASSO vendue plus de 103,4m$, et un superbe Jean-Michel BASQUIAT parti pour 93,1m$.

Lors de sa première apparition aux enchères, en 1997, le tableau de Picasso avait obtenu 7,5m$ (Christie’s), puis près de 45m$ en février 2013, chez Sotheby’s Londres. Il permet cette fois de renouer avec le seuil symbolique des 100 millions de dollars, qui n’avait plus été atteint depuis deux ans.

La grande toile de Basquiat – In This Case – fait quant à elle partie d’une série de trois vanités, dont l’une a dépassé les 110m$ en 2017 chez Sotheby’s. Il n’est donc pas étonnant que la toile proposée cette semaine se soit envolée à plus de 93 millions. C’est désormais le deuxième prix le plus élevé pour une œuvre de Basquiat vendue aux enchères.

Autre magnifique résultat pour le pont Waterloo Bridge, effet de brouillard (1899-1903) de Claude MONET: à plus de 48,4m$ (contre 9,3m$ chez Sotheby’s en 1999), l’oeuvre enterre le précédent record de Monet pour une toile de la série “Waterloo bridge”.

Le Pont de Trinquetaille (1888) de Vincent VAN GOGH est rapidement monté pour finir à plus de 39m$.

Christie’s enregistre par ailleurs des nouveaux records pour 15 artistes dont certains témoignent du réajustement de cote des artistes femmes. Si Barbara Hepworth et Grace Hartigan n’avaient jamais grimpé si haut, Alice NEEL, actuellement exposée Metropolitan Museum of Art, double son précédent sommet (3m$ pour Dr. Finger’s Waiting Room).

Pour leur première apparition dans une vente du soir, les NFT de LARVA LABS (9 Cryptopunks) obtiennent le résultat impressionnant de 16,9m$ – au double de l’estimation moyenne – grâce à “des enchères passionnées entre deux enchérisseurs au téléphone, l’un depuis New York et l’autre au Canada” précise la maison de ventes.

« Les deux maisons de ventes ont ainsi dispersé pour près de 1,4 milliards de dollars d’œuvres impressionnistes, modernes et contemporaines entre le 11 et le 13 mai. »

 

677 millions pour Sotheby’s

Forte d’un résultat de 677 millions les 12 et 13 mai, Sotheby’s réalise elle aussi une très belle performance : 221,3 millions d’art impressionniste et moderne et 375,4 millions pour la vente d’art contemporain incluant la collection de l’américaine John L. Marion.

Très attendu, le Versus Medici peint à la meilleure époque de Basquiat, en 1982, alors que l’artiste n’avait que 22 ans, a atteint son estimation haute en partant pour 50,8m$. Cette grande toile (214 par 137.8 cm) surpasse ainsi le Warrior vendu 41,6m$ chez Christie’s Hong Kong fin mars et devient la quatrième toile la plus cotée de Basquiat sur le marché mondial des enchères.

L’Untitled (Rome) de Cy TWOMBLY est parti dans son estimation pour 41,6m$.

La vente d’art impressionniste et moderne était dominée par un très désirable Bassin aux nymphéas de Claude Monet. Annoncée autour de 40 millions, l’œuvre a pulvérisé les pronostics en s’envolant pour 70,3m$. Un tel niveau de prix était néanmoins attendu par Artprice compte tenu de l’envergure de la toile présentée, d’autant que le marché a déjà récompensé des nymphéas à hauteur de 84,7m$ par le passé (Nymphéas en fleur, Christie’s New York en 2018).

Après avoir appartenu au célèbre producteur américain Ray Stark, ce Bassin aux nymphéas avait atteint 16,8m$ en 2004 (Sotheby’s) et il était resté dans la même collection depuis. Mais en l’espace de 20 ans ou presque, la cote de Monet a pris une autre envergure, six œuvres ayant dépassé le seuil des 50 millions aux enchères depuis.

Un spectacle très suivi

Le spectacle des grandes ventes aux enchères n’a peut-être jamais été aussi suivi qu’aujourd’hui grâce au live et aux réseaux sociaux. Dans son communiqué de presse, Christie’s avance le nombre de 1 390 270 téléspectateurs ayant suivi les ventes diffusées en direct sur 11 plates-formes différentes, depuis le site internet de Christie mais aussi à travers divers canaux de médias sociaux, dont YouTube, Facebook et WeChat.

L’impératif de digitalisation du marché en 2020 aura finalement considérablement ouvert le marché de l’art au monde. Pour conquérir toujours plus d’amateurs en ligne, Christie’s a signé un partenariat innovant avec Brioni et Microsoft. Elle a pu proposer une expérience de visionnage améliorée des enchères en direct, sous une forme plus immersive en offrant, pour la première fois, une vue dynamique à 360 degrés de la salle des ventes.