Place au design

[14/12/2010]

 

La troisième semaine de décembre vibre au rythme du design avec près de 900 lots dispersés entre Chicago (Important Design de Wright le 14 décembre), New York (Design Masters de Phillips de Pury et Company le 15 décembre et 20th Century Decorative Art & Design de Christie’s le même jour) et Bruxelles (Pierre Bergé & associés, Arts décoratifs, Design des XXe et XXIe siècles / Design for kids).

Test pour le marché
Wright ouvre le bal le 14 décembre avec une offre d’une belle diversité mêlant les signatures phares de la modernité (Harry BERTOIA, Roger TALLON, Serge MOUILLE, Maria PERGAY) aux plus inventifs des années 80 (Alchimia, Ettore SOTTSASS, Michelangelo PISTOLETTO).
Pour nombre des objets présentés chez Wright comme chez les autres opérateurs, ces ventes vont permettre de tester un marché du design en dents de scie depuis deux ans.
L’étonnant cabinet « Strata » en acier de Mattia BONETTI par exemple, présenté chez Wright, devrait trouver preneur dans sa nouvelle fourchette d’estimation de 50 000 – 70 000 $, puisqu’il était ravalé le 9 juin 2010 dans une fourchette d’estimation de 80 000 – 120 000 $ (Phillips de Pury & Company). Il en va de même pour le buffet « Strata », dont l’estimation s’est trouvée divisée par deux entre juin et décembre 2010. Quant à des pièces plus « classiques » comme la Table à trois plateaux mobiles de Maria Pergay, atteindra-t-elle sa fourchette d’estimation de 30 000 – 40 000 $ alors qu’un modèle similaire peinait à se vendre l’équivalent de 28 000 $ à paris en juin 2008 (Piasa) ?

Christie’s reste classique…
Christie’s mise pour sa part sur Emile-Jacques RUHLMANN. L’idole de l’art décoratif français emportait une enchère de 510 000 $ le 17 juin 2010 à New York pour un bijou de commode (Lasalle) en noyer ivoire et bronze. La vacation du 15 décembre 2010 est dépourvue d’une pièce aussi belle et Christie’s prend peu de risque en mettant à l’encan un modèle de suspension en albâtre et bronze argenté des années 20, généralement très apprécié des collectionneurs. De dimensions modestes (53.4 cm de diamètre), la pièce est estimée entre 180 000 $ et 240 000 $ quand des modèles plus imposants s’échangent entre 250 000 et 400 000 $ sur le marché des enchères.
Avec trois lots signés Rulhmann, Christie’s espère plus de 500 000 $ de produit de ventes sous cette seule signature. Une paire de fauteuil avec leurs ottomans (150 000 $ – 200 000 $) et une commode (100 000 $ – 150 000 $) de l’artiste font partie de ces lots phares.

Et Bruxelles excentrique
A Bruxelles, Pierre Bergé & associés annonce à la fois des œuvres abordables entre 80 et 1 000 € dans sa section Design for kids et des pièces plus expérimentales pour adultes faisant la part belle à la jeune création belge et au design contemporain. Ron ARAD est l’une des signatures phares de la vente avec cinq lots qui pourraient rapporter entre 141 000 et 177 000 €. Le fameux fauteuil Big easy mixed en acier et acier patiné noir (numéroté 13/20) est notamment attendu entre 40 000 et 50 000 €. Mais la vente repose aussi en partie sur le succès du designer Maarten BAAS dont pas moins de 13 lots sont offerts. C’est surtout la série Smoke en bois brûlé qui est privilégiée et bien que les prix de ces pièces n’excèdent pas habituellement 18 000 € (ou 24 000 $), Pierre Bergé et associés espère enregistrer un record en annonçant un piano droit « Smoke » entre 25 000 et 35 000 €. A suivre également, les premiers pas en salles de Werner Neumann  (commode « Birchwood », est. 8 000 – 12 000 €) et de Francis Chabloz (prototype de suspension « Requin » en métal perforé et LEDs, édition 12 ex., 7 000 – 9 000 €)

Le plus cher du design chez Phillips
Phillips offre la vente la plus diversifiée de la semaine avec 57 lots. Le 15 décembre, elle soumet non seulement des pièces importantes sous des signatures classiques comme Rulhmann (rare fauteuil “Elephant”, est. 180 000-240 000$) et Charlotte PERRIAND avec un impressionnant bahut long de six mètres (220 000-280 000 $) mais encore la plus spéculative des signatures du design contemporain, alias Marc NEWSON. La pièce proposée est la fameuse Orgone Stretch Lounge issue de la collection Halsey Minor qui était ravalée le 13 mai 2010 chez Phillips dans une fourchette d’estimation de 400 000 – 600 000 $. Elle est cette fois présentée entre 350 000 et 450 000 $.
Phillips prend un autre risque en offrant un canapé Sushi des frères Campana. Ce type de pièce pouvait atteindre 200 000 $ avant la chute des prix (cf vente Phillips de Pury & Company du 13 décembre 2007) mais ne se vendait pas à une estimation basse équivalente à 130 000 $ en 2009 (vente Christie’s, Londres du 27 octobre 2009). La maison de ventes la propose cette fois dans une estimation raisonnable de 100 000-150 000 $, soit un prix révisé de moitié par rapport au sommet atteint trois ans plus tôt. Les estimations sont également retombées pour Zaha HADID dont la table « Aqua » est annoncée entre 90 000 et 110 000 $ contre des enchères grimpant à 180 000 $ pour le même objet en 2008 (vente Phillips de Pury & Company le 12 juin 2008).
Une autre pièce phare du design contemporain va tester le marché : le Tree Trunk Bench de Jurgen BEY annoncé entre 15 000-20 000 $. Phillips de Pury & Company révise certes les estimations à la baisse en regard des récents déboires du design en salles de ventes, mais prend aussi des risques, celui par exemple de proposer dans une fourchette d’estimation de 60 000-90 000 $ un ensemble de porcelaines créé par Edmund DE WAAL (A “Cargo” of Pots).