Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

New York : capitale de la photographie.

[23/09/2014]

 

Après sa semaine asiatique, la Grosse Pomme prépare sa déferlante photographique : plus de 1 400 lots entièrement dédiés au genre sont attendus entre fin septembre et début octobre. Pendant trois jours, les valeurs « classiques » de la photographie prennent le pas sur les contemporains, dont la représentation est minoritaire sur les sept sessions de ventes annoncées : trois chez Christie’s le 29 septembre, deux chez Sotheby’s le 30 et autant chez Phillips le 1er octobre.

Les lots phares

Outre de nombreux clichés accessibles à partir de 5 000 $ pour des signatures aussi prestigieuses qu’Ansel Easton ADAMS, Edward STEICHEN, William WEGMAN ou Walker EVANS, chacune des trois sociétés de ventes ont déniché quelques perles rares pour lesquelles sont attendues des adjudications à six chiffres.

Commençons avec le lot phare de la vente Photographs de Christie’s : un Nautilus Shell d’Edward Henry WESTON réalisé en 1927, sujet aussi sensuel et apprécié que ses Nus, attendu entre 300 000 et 500 000 $. La photographie du nautile marque un tournant photographique où Weston s’éloigne du pictorialisme pour se concentrer sur la forme pure.
On retrouve cette approche moderniste avec l’oeuvre phare de Sotheby’s le 30 septembre : les marches d’un amphithéâtre sous l’objectif d’Imogen CUNNINGHAM, autre grand exemple de la photographie des années 20, où l’artiste quitte la botanique et se concentre sur le rythme concentrique des marches. Seules deux autres épreuves de ce même Amphitheatre (Mills College) ont été mises aux enchères (une en 1979 et une autre en 2004).
Quatre tirages similaires sont localisés dans des collections institutionnelles et privées (Musée d’art de Monterey, en Californie; Fogg Museum de Harvard, collection Lane au Musée des Beaux-Arts de Boston; collection Gary B. Sokol de San Francisco). Amphitheatre (Mills College) est une rareté estimée entre 120 000 et 180 000 $. Sotheby’s base ici sa fourchette d’estimation sur l’adjudication du même cliché il y a 10 ans. A l’époque, les marches de l’amphithéâtre s’arrêtaient à 180 000 $, mais elles devraient battre ce score aujourd’hui, d’autant qu’une autre vue de ces mêmes marches obtenait 290 000 $ en 2007 (Amphithéâtre N.2, le 24 avril 2007 chez Sotheby’s).

Du côté de chez Phillips, le fameux Candy Cigarette de Sally MANN est mis à l’honneur. Ce « souvenir de vacances » où la fille pose devant la mère tenant une cigarette (en chocolat) est un tirage argentique sur 25 exemplaires, ici proposé entre 80 000 et 120 000 $. Il peut néanmoins atteindre 220 000 $, Phillips en a fait l’expérience en 2012, signant là le record mondial de l’artiste (l’oeuvre est adjugée 220 000 $, donc valorisée 266 500 $ chez Phillips de Pury & Company, le 4 avril 2012).

Quels sont les artistes favoris des enchères new-yorkaises ?

Le nombre de clichés proposés par artiste indique quels sont les favoris du moment, car les sociétés de ventes accordent naturellement leur offre à la demande pour asseoir la réussite de leurs vacations. Pas moins de 58 clichés d’Irving PENN sont dispersés à New York entre le 19 septembre et le 1er octobre ; 31 clichés d’Edward Henry WESTON ou 29 d’Ansel Easton ADAMS (dont 17 lors de la vacation Sotheby’s du 30 septembre). Par ailleurs, Sotheby’s consacre toute une vente à Weston avec un ensemble de 548 photographies imprimées et signées par son fils, Cole Weston (la plupart imprimées entre 1958 et 1988, aucune après 2003). L’ensemble est estimé entre 2 et 3 m$.Suivent 26 tirages de Richard AVEDON ; 25 de Robert MAPPLETHORPE ; 24 de Robert ADAMS ; 18 de Berenice ABBOTT (la plupart proposée entre 5 000 et 10 000 $) ; 16 de Peter BEARD ; 14 d’André KERTÉSZ.

Mais le photographe le mieux représenté en salles prochainement est incontestablement MAN RAY dont 270 lots sont attendus le 15 novembre chez Sotheby’s Paris, soit l’ensemble le plus dense de cet artiste depuis 20 ans. Il ne s’agit pas uniquement de photographies, mais aussi de films, peintures et objets surréalistes, tous en provenance directe de la succession de l’artiste, dont le record photographique fut établi à 1 m$ en 2013 (Untitled Rayograph, 1922, Christie’s New York, 4 avril). La cote des photographes modernes est au plus haut.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK