Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

En Bref ! Munich : Paper Positions s’étend et Highlights fête ses 10 ans – Olafur ELIASSON à la Tate Modern

[11/10/2019]

3_paper positions munich 2018_Bayerische Staatsbank_Copyright Positions Berlin

Munich : Paper Positions s’étend et Highlights fête ses 10 ans

La première édition de la nouvelle POSITIONS Munich Art Fair aura lieu du 17 au 20 octobre 2019 à Reithalle Munich. Victime de son succès, la foire s’agrandit pour inclure des œuvres d’Art Moderne et Contemporain tous médiums confondus et une plus petite section restera consacrée aux œuvres papiers avec toutes ses spécificités, sa fragilité et sa grande polyvalence.
L’édition inaugurale de cette nouvelle foire mettra en vedette 38 galeries internationales présentant un panel d’artistes d’envergure comme Gerhard ALTENBOURG ou Markus LÜPERTZ avec des œuvres d’artistes moins connus, dont les compositions abstraites et colorées de Rita ALIMA et celles de Mojé ASSEFJAH.
En simultané et à quelques encablures, la fameuse Highlights International Art Fair Munich célèbrera son 10e anniversaire du 16 au 20 octobre au Munich Residenz. La foire internationale d’art et d’artisanat créée en 2009 présentera des chefs-d’œuvre de l’Antiquité à l’Art Moderne.
Sa particularité réside dans le fait qu’il propose non seulement de présenter les objets d’art de chaque secteur du marché, mais également de les exposer dans un espace spécialement construit autour des œuvres. Conçu par le célèbre architecte et scénographe néerlandais Tom Postma, le design reste minimaliste et non intrusif, permettant ainsi aux œuvres d’être le centre de toutes les attentions.

La ville de Munich fait le pari réussi d’accueillir plusieurs grands rendez-vous annuels qui s’inscrivent dans le temps et s’agrandissent, preuve de leur attractivité et de leur intégration effective dans un calendrier de foires toujours plus dense.

Olafur ELIASSON à la Tate Modern

L’artiste islando-danois s’était déjà fait remarquer en 2003 avec The weather project, ce fameux soleil rougeoyant installé dans le Turbine Hall du célèbre musée londonien, attirant plus de deux millions de personnes. Seize ans après cette impressionnante installation, la Tate Modern lui consacre une rétrospective – la plus importante à ce jour – qui réunit une trentaine d’œuvres et d’environnements réalisés au cours de ces 30 dernières années dont les dispositifs illustrent son engagement écologique.

Chacune des galeries du musée se penche sur une thématique explorée par l’artiste où l’espace, le mouvement et les phénomènes naturels sont sublimés. In real life comprend de nouvelles peintures et sculptures mais surtout les installations cultes qui ont fait sa renomée comme Your spiral View (2002), tunnel qui démultiplie les jeux kaléidoscopiques de reflets jouant avec notre façon d’évoluer et de percevoir le monde, ou l’installation géante Din blinde passager (2010), constituée d’un corridor de brume de 90 mètres qui évoque la relativité des sens. La dernière partie de l’exposition The Expanded Studio, traite des préoccupations sociales et environnementales de l’artiste basé à Berlin, qui a notamment animé des ateliers artistiques avec des demandeurs d’asile. L’extérieur du musée accueille aussi Room for one colour (1997) ainsi qu’une nouvelle sculpture monumentale issue de la série des cascades, caractéristique de sa fusion entre nature et technologie et de son enquête en cours sur la façon dont nous pensons et réagissons à notre environnement.

Fraîchement nommé ambassadeur des Nations Unies pour le climat, son engagement passionne autant que son talent. Pourtant familier des salles de ventes, son dernier record ne date que de 2007 avec Fivefold Eye, sculpture vendue plus d’1,5 m$ chez Christie’s Londres. Les grandes ventes d’Art Contemporain le comptent toujours parmi leur sélection d’œuvres exceptionnelles et pour cause, Colour Experiment No. 72 a été adjugée plus de deux fois son estimation basse à plus de 263 000$ chez Sotheby’s Londres le 3 octobre dernier.

spring puddle series

Olafur ELIASSON (1967), Spring Puddle Series, 2004

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK