Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Maîtres anciens : quid du 1er mai ?

[14/05/2019]

Une grande vente de Maîtres anciens s’est tenue début mai à New York. Certaines œuvres ont largement outrepassées les estimations et d’importants records sont à signaler. Ce domaine exigeant de l’art ancien bénéficierait-il d’un regain d’intérêt depuis la vente du Salvator Mundi ?

Face à l’immense succès de l’art contemporain à travers la planète, le domaine plus confidentiel de l’art ancien – qui repose en premier lieu sur la qualité et sur la rareté des œuvres – pourrait bénéficier d’un regain d’intérêt un an et demi après les 450 m$ obtenus pour le Salvator Mundi de Leonard de Vinci. Ce record mondial a-t-il donné un coup de projecteur sur des Maîtres anciens échappant aux effets de mode mais forts d’une immense valeur artistique et historique ? C’est possible, à observer les résultats obtenus chez Christie’s le 1er mai dernier.

Un record du jour tempéré face aux prix des Modernes

Le résultat le plus attendu portait sur le double portrait d’un mari et de son épouse, réalisé en 1532 par Jan Sanders VAN HEMESSEN (1500/04-1566/75) : une rareté de belles dimensions (111 x 129 cm), dont on savait qu’elle pouvait doubler le record historique de cet artiste flamand de la Renaissance du Nord. En plus de remporter son pari premier – renouveler le record – Christie’s a vendu cette œuvre pour plus de 10 m$. La rareté et la qualité de ce bijou a donc porter les enchères au double de l’estimation moyenne. Mais le prix du chef-d’oeuvre n’est finalement pas si élevé face aux résultats obtenus pour l’art moderne. Il y a quelques semaines, des œuvres de Signac, Magritte ou Caillebotte partaient pour plus de 20 m$, portées par une demande bien plus large. Moins populaire que les stars modernes, les maîtres anciens appellent à une autre curiosité.

Quelques sommets renouvelés

La grande huile sur panneau de Jan Sanders Van Hemessen est l’oeuvre la plus couteuse de ce 1er mai. La seconde sur le podium est une admirable scène religieuse d’un peintre italien parmi les plus emblématiques du XVIème siècle : Annibale CARRACCI (1560-1609). 6 m$ furent obtenus pour une composition complexe rassemble la vierge à l’enfant, Saint Jean-Baptiste et Sainte Lucy. C’est un nouveau record pour Carrache qui culminait jusqu’alors à 3,4m$, avec une Annonciation vendue en 2013 chez Christie’s. La scène religieuse vendue le 1er mai eut beau être de dimensions plus modestes que L’Annonciation de 2013, l’audace de la composition et la qualité psychologique des personnages ont rendu cette œuvre désirable trois millions au-dessus de son estimation basse.

Ces deux records témoignent de la détermination des acheteurs dès lors que la qualité est au rendez-vous. Ils ne sont pas isolés. Le grand artiste florentin né à la fin du XIVème siècle Lorenzo MONACO rafraichit aussi son record, il double même le précédent ; et l’artiste Michaelina WAUTIER (révélée au public par une rétrospective qui s’est tenue l’an dernier au Museum aan de Stroom à Anvers) passe un nouveau cap avec la vente, pour 759 000 $, d’un portrait de jeune homme fumant une pipe.

Finalement, les 33 lots vendus ce jour ont généré près de 33 millions de dollars. Un résultat honorable mais sans excès, surtout comparé aux produits de ventes des sessions contemporaines, générant des montants 10 fois plus élevés (selon les résultats des ventes de mai et de novembre 2018 de Christie’s et Sotheby’s à New York).

Mis en perspective avec les sommets de l’art moderne ou contemporain, les records du 1er mai paraissent bien modérés… Le budget de la vente – 33 m$ – suffit à construire une collection d’art ancien de premier plan, mais il est insuffisant pour acquérir un Ballon Dog géant de Jeff KOONS, dont le record se porte à 58,4 m$ (Christie’s New York, 12 novembre 2013). Artiste phare du marché contemporain, Koons est par ailleurs un collectionneur avisé affichant sur ses murs des œuvres signées Memling, Courbet ou Fragonard. Ce sont peut-être ces grands artistes contemporains qui braquent le mieux le projecteur sur l’importance des chefs-d’oeuvre historiques…

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK