Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

L’extraordinaire Top du premier semestre 2018

[08/06/2018]

Le vendredi, c’est Top ! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications par thème. A l’amorce du sixième mois d’enchères de l’année : retour sur les coups de marteau les plus impressionnants de ce premier semestre.

816 millions de dollars : tel est le résultat cumulé des 10 meilleurs coups de marteau enregistrés au cours du premier semestre 2018. Il fallait, pour atteindre un tel score, toute la démesure des ventes new-yorkaises du mois de mai, au cours desquelles huit de ces 10 meilleurs résultats furent atteints. Entre la fin du premier trimestre et la fin du mois de mai, le top enchères s’est vu sérieusement révisé à la hausse avec les dispersions new-yorkaises, si bien que la Femme au béret et à la robe quadrillée de Picasso, en première position du classement il y a un mois, se voit désormais reléguer à la septième place.

Ce Picasso est déclassé par d’autres œuvres majeures de l’Art Moderne occidental sous les signatures de MALEVICH, Claude MONET, Henri MATISSE, Constantin BRANCUSI, Amedeo Modigliani et par un autre Picasso plus précoce, Fillette à la corbeille fleurie (1905). Cette Fillette à la corbeille fleurie, réalisée en 1905 et d’échelle humaine (155 cm de hauteur), présentait tous les atouts pour décrocher l’une des meilleures enchères de tous les temps. Peinte par un Picasso âgé de 24 ans, cette œuvre constitue un jalon entre les périodes bleue et rose, soient les périodes de création les plus rares sur le marché. D’abord propriété de l’écrivain et Gertrude Stein avant de gagner la collection Rockefeller pour y rester pendant 50 ans, cette toile en parfait état de conservation est partie pour 115 m$, soit quelques millions au-dessus du célèbre Garçon à la pipe, un chef-d’oeuvre de la même période vendu pour 104 m$ en 2004 (Sotheby’s, New York). Le Garçon à la pipe devenait à l’époque la première œuvre vendue au-dessus du seuil des 100 millions dans l’histoire des enchères. La Fillette à la corbeille fleurie ne signe pas de nouveau record absolu pour Picasso, mais elle plante la seconde meilleure enchère de l’artiste le plus demandé du marché de l’art mondial. Si Picasso demeure l’artiste le plus prisé de la planète, toutes ses oeuvres ne se vendent pas pour autant : 12 œuvres du maître furent ravalées pendant les grandes ventes de printemps.

Rang Artiste Adjudication ($) œuvre Vente
1 Amedeo MODIGLIANI (1884-1920) 157 159 000$ Nu couché (sur le côté gauche) 14/05/2018 Sotheby’s New York
2 Pablo PICASSO (1881-1973) 115 000 000$ Fillette à la corbeille fleurie 08/05/2018 Christie’s New York
3 Kasimir Sevrinovitch MALEVICH (1878-1935) 85 812 500$ Suprematist Composition 15/05/2018 Christie’s New York
4 Claude MONET (1840-1926) 84 687 500$ Nymphéas en fleur 08/05/2018 Christie’s New York
5 Henri MATISSE (1869-1954) 80 750 000$ Odalisque couchée aux magnolias 08/05/2018 Christie’s New York
6 Constantin BRANCUSI (1876-1957) 71 000 000$ La jeune fille sophistiquée (Portrait de Nancy Cunard) 15/05/2018 Christie’s New York
7 Pablo PICASSO (1881-1973) 68 702 214$ Femme au bére et à la robe quadrillée (Marie-Thérese Walter) 28/02/2018 Sotheby’s Londres
8 Pablo PICASSO (1881-1973) 57 829 046$ La Dormeuse 08/03/2018 Phillips Londres
9 Francis BACON (1909-1992) 49 812 500$ Study for Portrait 17/05/2018 Christie’s New York
10 Jean-Michel BASQUIAT (1960-1988) 45 315 000$ Flexible 17/05/2018 Phillips New York
copyright © 2018 artprice.com

Flambée des prix

La Fillette à la corbeille fleurie, comme la plupart des œuvres majeures de ce classement, se trouvait vierge d’enchère avant la dispersion de la collection Rockefeller. Mais deux œuvres de ce Top n’en étaient pas à leur premier passage en salle. Leurs reventes illustrent la formidable flambée des prix pour des oeuvres considérées comme fondatrices dans l’Art Moderne occidental.

Ainsi, la composition suprématisme de Malevich gagne 25,8 millions en 10 ans, puisqu’elle atteignait, le 3 novembre 2008, 60 m$ (chez Sotheby’s New York), contre 85,8m$ payés le 15 mai dernier. Il est vrai que cette œuvre peinte en 1916 est considérée comme l’un des plus importantes toiles de l’artiste, dont le marché s’avère par ailleurs particulièrement ténu… Mais 2018 est une année faste pour le marché de Malevich, Christie’s présentant une autre oeuvre de l’artiste le 20 juin prochain à Londres. Il s’agit cette fois d’un dessin de 1911, dont les dimensions importante (106 x 106 cm) justifient une fourchette d’estimation comprise entre 9 et 13m$.

Autre cas de revente avec le Nu couché (sur le côté gauche) (1917) de Modigliani, une œuvre vendue 26,8 m$ lors d’une vente Impressionniste et moderne de Christie’s à New York en novembre 2003 et revendue pour 157,1 m$ le 14 mai dernier chez Sotheby’s. Si cette oeuvre n’a pu dépasser le record de l’artiste établi en novembre 2015 chez Christie’s, avec 170 m$, pour un autre Nu couché, elle marque tout de même le quatrième meilleur coup de marteau de l’histoire des enchères, tout en affirmant une extraordinaire plus-value de 130,3 millions de dollars en l’espace de 15 ans.

On le voit, le marché très haut de gamme n’en finit pas de passer de nouveaux paliers de prix dès lors que les œuvres constituent des jalons dans l’histoire de l’art du XXème siècle. En témoignent encore le renouvellement de quatre importants records mondiaux : Henri Matisse améliore son précédent sommet de près de 32 millions, Malevich de 25,8 millions, Constantin Brancusi de 13,7 millions et Claude Monet de 4 millions.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK