Les temps forts de l’année 2021 aux enchères et les NFTs décryptés par Artprice

[11/01/2022]

« NFT » a été élu par le Collins English Dictionnary comme le « mot » de l’année 2021 (toutes langues confondues) . Cette technologie blockchain est officiellement née en 2017 mais c’est au cours des dix derniers mois qu’elle a attiré l’attention du grand public en s’invitant dans les salles de ventes aux enchères. Aujourd’hui, les NFTs sont sur toutes les lèvres…

Bientôt ce nouveau marché fusionnera pleinement avec le Marché des enchères publiques, au sein duquel il représente déjà 8 % du produit des ventes mondiales. A moins que ces deux univers ne se développent parallèlement, avec de brèves incursions l’un dans l’autre, comme le Ying et le Yang : le monde physique d’un côté et le Metaverse de l’autre.

.

L’arrivée des NFTs dans les salles de ventes est une véritable révolution dont l’intensité s’explique à la fois par une demande trop longtemps contenue et une conjoncture particulièrement favorable. Le record originel de Beeple symbolise ce phénomène dont Christie’s n’avait elle-même pas prévu l’envergure. Les NFTs remettent en question le fonctionnement traditionnel du Marché de l’Art, puisque des artistes sans cote aux enchères publiques (mais avec une immense communauté sur les réseaux sociaux) peuvent en quelques heures se hisser entre René Magritte et Willem de Kooning. thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice

.

Artprice revient sur les moments clefs de l’année 2021, trimestre par trimestre.

T1 : Boticelli contre Beeple

Dévoilée en septembre 2020, juste avant une seconde vague planétaire de Covid, Portrait of a young man holding a roundel, attribué au peintre florentin Sandro BOTTICELLI (c.1445-1510), a été mis en vente par Sotheby’s à New York le 28 janvier 2021. Malgré une pandémie toujours incontrôlable, ce rare portrait a récolté 92 m$, soit la deuxième meilleure enchère de tous les temps pour un Maître Ancien.

Cependant, la plus grande surprise de l’année est arrivée le 11 mars 2021, lorsque Christie’s a adjugé en ligne ce qui ressemblait, à première vue, à un simple jpeg, pour 69,3 m$. L’artiste BEEPLE est alors absolument inconnu sur le Marché de l’Art mais il ses millions de followers sur Instagram connaissent déjà l’ensemble de 5 000 images digitales vendu par Christie’s sous forme d’un unique NFT. Pour la première fois de son histoire, face à l’enthousiasme inattendu de nouveaux enchérisseurs, la prestigieuse maison de ventes de François Pinault accepte un paiement en crypto-monnaie.

.

T2 : Pluie de records au printemps

Il faudra quelque temps pour que le Marché de l’Art prenne pleinement conscience de ce que sont ces jetons non-fongibles et des implications qu’ils peuvent avoir. Au cours du mois d’avril 2021, deux autres grandes maisons de ventes se lancent à leur tour dans la vente des NFTs : Sotheby’s avec The Fungible Collection by PAK et Phillips avec l’œuvre Replicator de MAD DOG JONES.

En mai 2021, les traditionnelles ventes new-yorkaises sont de retour et une œuvre bien physique repasse pour la première fois depuis deux ans le seuil des 100 m$. Femme assise près d’une fenêtre (Marie-Thérèse) (1932) de Pablo PICASSO est achetée 103 m$ chez Christie’s le 13 mai 2021. Dans son sillage, à peu près toutes les signatures phares du Marché de l’Art enregistrent des enchères très rassurantes : Basquiat, Monet, Van Gogh, Warhol… De nombreux artistes voient leur record personnel s’envoler.

.

Top 5 nouveaux records artistes enregistrés en mai 2021 à New York

  1. Richard Diebenkorn : Ocean Park #40 (1971) – 27,265,500 $ – 12/05/2021, Sotheby’s

  2. Larva Labs : 9 Cryptopunks – 16,962,500 $ – 11/05/2021, Christie’s

  3. Robert Colescott : George Washington […] (1975) – 15,315,900 $ – 12/05/2021, Sotheby’s

  4. Childe Hassam : Flags on 57th Street, Winter (1918) – 12,328,500 $ -12/05/2021,Sotheby’s

  5. Barbara Hepworth : Parent II (1970) – 7,110,000 $ – 13/05/2021, Christie’s

    .

T3 : Les ventes en ligne ne s’arrêtent plus durant l’été

Habituellement, les salles de ventes observaient une trêve durant les mois de juillet et d’août, en même temps que les galeries et les foires. Mais en 2020, le retard causé par la pandémie et la mise en place de nouvelles plateformes en ligne ont encouragé les maisons de ventes aux enchères à poursuivre une partie de leurs activités au cœur de l’été. L’opération à été renouvelée en 2021 avec des ventes en ligne qui ont assuré la circulation des œuvres aux quatre coins du monde.

Au total, 121 000 lots fine art ont été adjugés sur le troisième trimestre 2021. Cette intensité de transactions historique pour la période estivale a été en grande partie portée par le marché asiatique, avec des sessions à Hong Kong, mais aussi en Chine continentale, en Corée du Sud et au Japon.

.

Top 3 ventes aux enchères Fine Art en Asie en juillet et août 2021

  1. Yayoi Kusama (1929) : Pumpkin (1981) – 4 290 000 $ – 31/07/2021, Mainichi Tokyo

  2. Fu Baoshi (1904-1965) : Spring (1963) – 4 400 000 $ – 25/07/2021, Xiling Yinshe Hangzhou

  3. Whan-Ki Kim (1913-1974) : 1 -VII 71 #207 (1971) – 4 152 720 $ – 24/08/2021, Seoul Auction

    ..

T4 : Tous les voyants au vert

Les mois d’octobre et de novembre furent le théâtre d’innombrables records pour des artistes de toutes les périodes : Jackson Pollock, Gustave Caillebotte, Peter Doig, Frida Kahlo, Banksy, Pierre Soulages, Agnes Martin, etc. Les ventes de deux prestigieuses collections américaines – la collection impressionniste Cox chez Christie’s et la collection d’après-guerre Macklowe chez Sotheby’s – ont fait de la fin de l’année 2021 la plus faste de l’histoire du Marché de l’Art aux USA.

Artprice étudie ce retournement de situation attendu, après une année 2020 marquée par la pandémie de Covid-19, dans son prochain rapport du Marché de l’Art.

Dans ce contexte, l’importance de la place de marché hongkongaise s’est révélée décisive, non seulement avec l’arrivée d’oeuvres majeures de Jean-Michel Basquiat en Asie, mais aussi avec de nouveaux records obtenus pour des superstars occidentales (Richard Prince) comme asiatiques (Yayoi Kusama).  Enfin et surtout, Hong Kong s’impose en tant que nouvelle plaque tournante pour les red chips, ces jeunes signatures qui affolent les enchères, dont l’américaine Avery SINGER et le ghanéen Amoako BOAFO ; Hong Kong est aussi l’une des nouvelles grandes capitales pour les ventes de NFT.