Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Les premières tendances du Marché de l’art contemporain

[19/03/2019]

Depuis Londres, les premiers résultats des ventes d’art d’après-guerre et contemporain sont encourageants. Christie’s et Sotheby’s enregistrent de très bonnes performances, doublant leur produit de ventes 2018.

145 m$ les 5 et 6 mars pour Sotheby’s. 140 millions pour Christie’s en incluant la très attendue collection de Georges Mickael. Le tout sans compter les ventes online… Les résultats des premières ventes contemporaines de prestige de Londres progressent nettement face aux performances de mars 2018. Les deux grandes sociétés de ventes généraient 143 m$ les 6 et 7 mars 2018 contre 285 m$ cette année.

Quelques résultats à retenir

Les résultats les plus forts reviennent à Hockney, De Staël, Cecily Brown, Gerhard Richter, Jenny Saville et Lucian Freud, et le coup de marteau le plus spectaculaire de la semaine fut pour David HOCKNEY chez Christie’s: une toile majeure, Henry Geldzahler and Christopher Scott (1969) – aussi grande que Pool of an artist (1972) – a enregistré le deuxième meilleur résultat de l’artiste aux enchères, à 49,3 m$. La toile valait 1,1 m$, lors de sa vente en 1992, chez Sotheby’s à New York.

Les résultats de la dispersion de la collection George Mickael ont parfois été décevant. La notoriété du chanteur n’a pas enflammé les enchères et deux œuvres importantes de Damien HIRST, parties sous leurs estimations. La plus attendue, The Incomplete Truth présentant une colombe aux ailes déployées dans un bain de formol, est partie pour 1,2 m$ contre 2 m$ espérés. Tracey EMIN a reçu un meilleur accueil avec sa toile Hurricane qui double largement son estimation haute en partant pour 572 000 $. Au total, la dispersion George Mickael récolte 14,6 m$, une somme reversée à des associations de bienfaisantes afin d’honorer l’engagement philanthropique de l’artiste au cours de sa vie.

Les peintres Kerry James Marschall, Adrian Ghenie et Cecily Brown continuent de séduire les grands collectionneurs. Le premier a connu un nouveau succès retentissant avec la vente de la toile Untitled (Painter) (2008). Estimée entre 1,8 m$ et 2,5 m$ par Sotheby’s, l’oeuvre a atteint 7,3 m$ le 1er mars (soit une semaine avec les grandes ventes de Londres). Le même jour, deux petit dessins ont également dépassés les estimations. Le jeune peintre roumain Adrian GHENIE a lui aussi dépassé toutes les attentes : deux grandes toiles réalisées en 2009 ont totalisées plus de 9 m$ ; tandis que chez Phillips, Armed and Fearless (2014) de Cecily BROWN a doublé les estimations, pour atteindre 2,3 m$.

De façon plus inattendue lors des ventes d’Après-Guerre et Contemporain, Nicolas de Staël revient sur le devant de la scène. Les trois huiles sur toile mises en ventes chez Christie’s le 6 mars ont engrangé 13 m$.

En revanche, la décote de Jeff KOONS continue. Sa Box Car (1986) (Ed. 1/3) est passée pour la troisième fois aux enchères, affichant une baisse des prix inquiétante :

  • 1 945 000$ le 13 mai 2008 (Sotheby’s Londres)
  • 845 000$ le 11 novembre 2015 (Christie’s New York)
  • 485 000$ le 6 mars 2019 (Christie’s New York)

La scène afro-américaine

Emmenée par la Nigérienne Njideka Akunyili Crosby (1983), une nouvelle génération d’artistes issue de la diaspora africaine est en train de s’imposer sur le Marché de l’Art. Les premières belles ventes d’Art Contemporain confirment cette tendance.

  • x 2 – La prise de valeur de l’oeuvre sur papier Selective histories (2016) de Toyin Ojih ODUTOLA (1985). Exposée au Musée de la Diaspora Africaine à San Francisco en 2017, elle a atteint 291 000 $, deux fois les estimations de Sotheby’s, le 5 mars 2019.
  • 394 000 $ – La meilleure enchère pour un artiste de moins de 40 ans revient cette année à la très jeune Jordan CASTEEL (1989). Son double portrait de Patrick and Omari (2015) a affolé les enchères le 6 mars dernier chez Christie’s.
  • DEUX – Le nombre d’œuvres d’Eddy Ilunga KAMUANGA (1991) mises aux enchères à Londres au cours des prochaines semaines. Révélé par la galerie Saatchi en 2015, il est la figure de proue de la nouvelle peinture congolaise.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK