Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Les grands formats (Janvier 2011 – Mai 2012)

[11/06/2012]

 

Le vendredi, c’est Top ! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications par thème. Cette semaine : les dix plus grandes toiles vendues aux enchères entre janvier 2011 et mai 2012.

A l’heure du Classicisme, c’est au « Grand genre », celui de la peinture d’Histoire, que l’Académie réservait les grandes tailles. Les formats surdimensionnés, représentations en gloire, mises en scène imposantes, relèvent d’un souci de propagande et de spectacle, et se veulent en premier lieu un témoignage pour le présent et la postérité. Néanmoins, si traditionnellement le Classicisme réservait les grands formats aux peintures d’Histoire, la modernité, en rendant caduques les genres, a renversé l’utilisation conventionnelle de la monumentalité. Actuellement, seuls les obstacles de moyens font barrage à la tentation de l’immensité et ses limites sont sans cesse repoussées. Mais qu’en est-il du marché? La démesure est elle un gage de vente record?
Afin d’y voir plus clair, voici quelles ont été les plus grandes œuvres adjugées entre janvier 2011 et mai 2012.
Le Top ne révèle pas un unique spécialiste de la démesure : 10 artistes nés entre 1921 et 1981 se partagent les marches de ce classement. Le format, qui a d’ordinaire une influence sur la valeur d’une oeuvre, conduit au double record de certaines, qui en plus d’être les plus grandes œuvres vendues aux enchères correspondent aussi aux plus belles adjudications d’artistes. Concernant les tailles, elles atteignent des sommets : la plus petite oeuvre du classement mesurant tout de même 2 x 10 mètres !!

Top 10 : Les dix plus grandes toiles vendues aux enchères (janvier 2011 – mai 2012)

Rang Artiste Surface Adjudication Oeuvre Vente
1 Alexandru BUNESCU 900000cm² 50561$ Princess / 32 panels 13/04/2011 (Artmark SRL BUCHAREST)
2 SU Xinping 480000cm² 2926000$ Landscape (2007) 24/05/2011 (China Guardian Auctions Co., Ltd.)
3 Sue WILLIAMS 450444cm² 60000$ Orange and blue sentinel frocks (1998) 13/05/2011 (Phillips de Pury & Company NY)
4 FANG Lijun 354002cm² 257000$ 1999.6.1 (1999) 29/05/2011 (Christie’s HONG KONG)
5 Andy WARHOL 299314cm² 2200000$ Camouflage (1986) 10/05/2011 (Sotheby’s NY)
6 Jean DEWASNE 288000cm² 46605$ Muralenkit (c.1990) 04/10/2011 (Sotheby’s AMSTERDAM)
7 Barnaby FURNAS 251612cm² 218778$ Flood (Red Sea) (2006) 12/10/2011 (Phillips de Pury & Company LONDON)
8 Eugenio DITTBORN 205800cm² 16125$ One, airmail Painting no.157 (2003/04) 18/02/2011 (Phillips de Pury & Company LONDON)
9 Mark BRADFORD 205201cm² 450000$ The Devil Is Beating His Wife (2003) 11/05/2011 (Christie’s NY)
10 Yayoi KUSAMA 200000cm² 1367300$ INFINITY-NETS WHXOTLO (2006) 25/02/2012 (SBI Art Auction Co, Ltd TOKYO)

Avec l’œuvre Princess / 32 panels , le jeune artiste roumain, Alexandru BUNESCU (1988) détient de loin le record de la plus grande œuvre passée en vente : composée de 32 panneaux Princess/32 panels ne mesure pas moins de 20 mètres de long ! La maison de vente Artmark, qui soutient l’artiste, a bien saisi l’intérêt commercial et publicitaire de ce format record en mettant la toile en vedette de sa vente avec une estimation très optimiste de 70 000 – 85 000 $. Cet immense pastel représentant un train grandeur nature a tout de même trouvé preneur (mais bien en-dessous de son estimation) pour 50 000 $ ! L’évènement n’a pas remporté le succès escompté. Néanmoins, avec seulement 5 adjudications à son actif et des résultats oscillant entre 580 et 2 000 $ uniquement réalisés dans son pays natal, Alexandru Brunescu a signé un record qui sera difficilement détrônable dans un futur proche… à moins qu’il ne réalise une œuvre de 40 mètres de long !

SU Xinping atteint la 2ème place de ce classement grâce à l’adjudication de son œuvre Landscape (2007). Les 3 x 16 mètres de cet immense paysage sont loin d’être des dimensions courantes. Néanmoins, elles prouvent à quel point Su Xipping aime expérimenter ce genre. Très attaché à sa terre natale, la tentation de la monumentalité était inévitable pour rendre l’immensité des paysages mongols. Comme pour Princess/32 panels d’Alexandru Bunescu, Landscape est la plus grande œuvre de Su Xinping passée en vente mais aussi sa plus belle enchère. Et pas des moindres puisqu’elle a été adjugée en mai 2011 à 2,92 m $ (chez China Guardian)! Landscape est son unique œuvre ayant atteint le seuil millionnaire et ses autres résultats sont loin derrière, sa deuxième meilleure adjudication ayant été frappée en 2008 pour 445 000 $ avec Sea of Desire.

Essentiellement reconnue au Royaume-Uni et aux Etats-Unis (son pays natal), Sue WILLIAMS creuse depuis plusieurs années des questions qui l’obsèdent : celles du corps et de la sexualité. Marquée par les violences qu’elle a subies durant son adolescence, elle aborde la sexualité comme un moyen de communication brutal entre deux êtres. Le corps est fréquemment représenté de manière fragmentaire jusqu’à se trouver simplement suggéré dans ses œuvres abstraites. Habituée aux formats imposants, c’est donc tout naturellement qu’elle arrive à la 3ème place de ce Top avec Orange and blue sentinel frocks. Mesurant plus de 5 x 8 mètres, cette grande abstraction colorée a trouvé preneur pour 60 000 $ le 13 mai 2011 (Phillips de Pury & Company New-York). Malgré ce beau résultat, Orange and blue sentinel frocks est un premier contre-exemple puisqu’elle ne représente pas l’enchère record de Sue Williams. Les collectionneurs lui ont préféré des œuvres plus suggestives telle que New Flooby Yellow (adjugée 70 000 $ chez Phillips de Pury & Company, New York, le 16 novembre 2007) ou encore sa plus belle enchère depuis 2007, Dripping with Love (1999) (80 000 $ chez Phillips de Pury & Company, New York, le 18 mai).

Appartenant à la jeune génération d’avant-garde chinoise, FANG Lijun est l’un des principaux protagonistes du Réalisme Cynique. Ce mouvement majeur de l’art contemporain chinois est apparu après deux évènements marquants de l’année 1989 : le massacre de Tiananmen et la fermeture par les autorités de l’exposition « China Avant Garde » (China Nationnal Gallery, Beijing). Figure caractéristique de ses œuvres, son personnage chauve à l’air abattu symbolise la désillusion, la moquerie et la rebellion envers la société chinoise. A l’égard d’autres artistes de sa génération, les oeuvres de Lijun Fang atteignent régulièrement des enchères millionnaires depuis 2007. Ce sont les 5 x 7 mètres de 1999 6.1 qui permettent à Lijun Fang de rejoindre la 4 ème place de ce Top. Issue de sa fameuse série d’immenses impressions réalisées grâce à une technique asiatique ancestrale, 1999 6.1 a trouvé preneur à 250 000 $ en mai 2011 (Christie’s Hong Kong). Bien loin de son enchère record plafonnant depuis 2007 à 3,6 m $ (Série 2, No 6, Sotheby’s New York le 14 novembre).

A la 5ème place, l’oeuvre Camouflage d’Andy WARHOL, est sans doute la plus singulière. Seulement 2ème plus grande oeuvre répertoriée en vente publique pour cette série datant de 1986/87, elle ne mesure quoi qu’il en soit pas moins de 3 x 10 mètres ! Adjugée 2,2 m $, elle est loin du record de cette série détenu par Self-portrait Green Camouflage avec 11 m $ (Sotheby’s New York, 14 novembre 2007). Le camouflage est un motif récurrent durant ces deux années dans l’oeuvre de Warhol. Par-delà son abstraction, il offre aussi un motif immédiatement reconnaissable et riche en évocation. Comme Warhol en raffole, le symbole est simple et efficace ! Associé à son autoportrait, il prend tout son sens quant à la volonté de Warhol de conserver malgré sa notoriété sa vie privée à l’abri des regards… camouflée.

Grand maître de l’abstraction constructive, le français Jean DEWASNE est moins populaire et pourtant de la même génération qu’un Hans HARTUNG, Nicolas DE STAËL, Serge POLIAKOFF ou encore Hans ARP, avec lesquels il a d’ailleurs farouchement milité pour l’abstraction. Aficionado des oeuvres monumentales, il s’est confronté tout au long de sa carrière aux grands formats et réalisa de nombreuses commandes in situ à travers le monde. L’imposante Muralentkit appartient à ses Maxi-tableaux dont la structure composée de muraux de 3 x 4 m à l’avantage d’être entièrement démontable. Si 90% de ses oeuvres sont accessibles à moins de 15 000 $, c’est que Jean Dewasne fait partie des ces artistes majeurs délaissés par le marché. Ainsi adjugée à 47 000 $, Muralentkit est la deuxième plus belle vente de l’artiste. Son record, signé lui aussi en 2011 pour 93 000 $ (La Jeune Garde, Artcurial, le 30 mai), démontre un récent regain d’intérêt, bien mérité.

Lorsque l’oeil du spectateur rencontre les oeuvres de Barnaby FURNAS, l’image paraît hors de contrôle. La spontanéité et l’expérimentation sont parties prenantes de son travail dont les thématiques abordées sont autant de scènes chaotiques et violentes. Néanmoins, il envisage ses compositions de sorte que la surface de la toile, telle une caméra, fasse écran aux éclaboussures de sang. Reconnaissables grâce à l’omniprésence du sang, les oeuvres de Barnaby Furnas tendent à flirter avec l’abstraction, voir à l’épouser. L’oeuvre Flood (Red Sea), qui lui vaut la 7ème place de ce Top, est une immense abstraction de plus de 7 mètres de long. Frappée par une déferlante de rouge dont la texture engloutit et efface la sérénité du ciel bleu, cette oeuvre au titre biblique évocateur a trouvé preneur pour près de 219 000 $ (Phillipps de Pury, Londres, le 10 octobre 2011). Sans pour autant rivaliser avec son record de 2006 (450 000 $, Heartbreak Ridge (2002), Sotheby’s, New York le 14 novembre), en 2011 les ventes de ses peintures ont eu le vent en poupe en s’échangeant entre 177 000 et 236 000 $.

Depuis 1984, l’artiste chilien Eugenio DITTBORN crée des peintures aéropostales. La genèse de son art vient du contexte dictatorial politique de l’époque. Il a alors envisagé ce système de création transportable tel un acte de résistance. Le principe est simple : en choisissant de créer des oeuvres sur de larges feuilles de papier brun, l’artiste peut facilement plier ses oeuvres et les envoyer, les transporter dans le monde entier. L’oeuvre prend tout son sens façonnée des stigmates de son voyage. Une fois dépliée, le vécu accumulé renforce leur caractère spectaculaire. Entre histoires fragmentées, réelles ou inventées, les oeuvres se racontent aux spectateurs. Malgré de nombreuses expositions dans des institutions prestigieuses (Tate Britain, Saatchi Gallery…), Eugenio Dittborn est peu présent sur la place de marché. Seules 7 enchères ont été réalisées depuis 1999 comprenant l’oeuvre One, airmail Painting no.157 qui lui vaut sa présence dans ce Top. Plus belle enchère pour une oeuvre d’Eugenio Dittborn, ses 2 x 10 mètres ont été adjugés 16 000 $.

Les abstractions combinant collages et peintures de Mark BRADFORD incorporent généralement des références historiques, des allusions aux relations entre les cultures et les classes aux Etats-Unis. En anthropologue de son environnement, Mark Bradford s’intéresse spécialement à ces phénomènes dans la ville où il est né et vit : Los Angeles. Incorporant des éléments de sa vie quotidienne : restes d’affiches, pochoirs, logos…la texture de ses abstractions dégage une sensualité et une beauté univoques. Adjugés 450 000 $, les pixels colorés de The Devil is Beating His Wife s’étendent sur 3 x 6 mètres. Avec un nouveau record récemment signé pour 720 000 $ (Sotheby’s, New York, le 9 mai 2012), le marché de Mark Bradford est en pleine ascension.

A la 141ème place des artistes ayant réalisé les meilleurs chiffres d’affaires en 2011,l’incontournable Yayoi KUSAMA est aussi l’auteur depuis 2008 d’un record à 5,1 m $ (No.2, Christie’s New York, le 12 novembre) soit la plus belle enchère réalisée pour une œuvre d’artiste féminine vivante. Elle rejoint ce Top grâce à l’oeuvre INFINITY-NETS WHXOTLO, sa meilleure enchère 2012 adjugée à Tokyo pour 1,4 m $ (SBI Art Auction, le 25 février 2012). Même s’il s’agit d’une immense œuvre de 2 mètres sur 10 et que Kusama n’avait pas signé d’enchère millionnaire depuis 2010, elle connaît un immense succès sur le marché des enchères.

Si la monumentalité ne rime pas nécessairement avec record, le caractère spectaculaire de l’oeuvre a tout de même tendance à tirer les enchères vers le haut. Même si elle peut être synonyme d’un beau coup de pub façon « Guiness des records » comme pour Alexandru Bunescu, il n’est pas donné à tous les artistes d’apprivoiser de telles surfaces.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK