Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Les derniers éclats new-yorkais

[17/05/2016]

 

Traditionnellement, le mois de mai est un mois crucial pour les majors du marché l’art. Tous les grands marchands et collectionneurs se retrouvent à New York pour la Frieze (5-8 mai 2016), prélude aux grandes ventes d’art moderne et contemporain chez Christie’s et Sotheby’s, qui tiennent en haleine le marché. Les ventes de mai nous ont habitué au théâtre des meilleures surprises, des records les plus spectaculaires. Cette année, les enchères ont certes été plus mesurées que l’an passé, mais non sans quelques coups d’éclats. Christie’s fit d’abord grand bruit le 8 mai avec sa vente Bound to fail (Voué à l’échec), au cours de laquelle la sculpture de Hitler en prière (Him) par Maurizio Cattelan s’envolait pour un record absolu à 17,1 m$… soit près de 10 m$ au-delà du précédent record de l’artiste. Cette vacation thématique attira des enchérisseurs depuis 36 pays différents pour un taux de réussite de vente exceptionnel (97% des lots vendus), un résultat global de 78 m$, et d’autres records annoncés pour Paola Pivi, Neil Jenney, Olivier Mosset, Daniel Buren, Rebecca Horn et John Armleder. Deux jours plus tard s’ouvraient les autres ventes de prestige…

Basquiat au firmament

Christie’s annonce 318,3 m$ de résultats pour l’art d’après-guerre et contemporain vendu le 10 mai (87% des lots vendus), 83 m$ récoltés pour les mêmes ventes thématiques le lendemain, et surtout un nouveau record mondial pour Jean-Michel Basquiat, dont une œuvre muséale de 1982 s’est vendue pour 57,2 m$, alors qu’elle n’en coutait que 4,5 m$ en 2004 (chez Sotheby’s Londres, le 23 juin 2004). La plus-value est donc de 53 millions de dollars en 12 ans ! Un montant plus important que le résultat d’une année d’enchères en Inde, douzième place du marché mondial (avec un produit de ventes de 48,9 m$ en 2015). Ce nouveau record de Jean-Michel BASQUIAT enterre de presque 10 millions son précédent sommet, celui de la toile Dustheads (1982) vendue 48,8 m$ en 2013 (chez Christie’s New York). Il rappelle non seulement que Basquiat est l’artiste le plus puissant du secteur contemporain, mais aussi que le marché très haut de gamme occidental est soutenu par de grands acheteurs asiatiques, puisque le nouveau propriétaire s’avère être le Japonais Yusaku Maezawa, qui est l’adjudicataire d’autres chefs-d’oeuvre…
Cet impressionnant record ne fut pas seul lors de la vente du 10 mai. Cinq autres sommets ont été atteint par Agnes Martin, Mike Kelley, Richard Prince, Kerry James Marshall et Barry X Ball. Agnes MARTIN passe pour la première fois le seuil des 10 m$ (avec Orange Grove vendue plus de 10,6 m$ contre un précédent record à 6,5 m$), tandis que Richard PRINCE flirte avec ce pallier de prix (sa Runaway Nurse est partie pour 9,6 m$). Quant à l’américain Kerry James MARSHALL, remarqué depuis 20 ans par les grandes instances de l’art contemporain (il a participé à la Documenta en 1997 et en 2007, et à la Biennale de Venise en 2003), il explose désormais. Sa toile Plunge (1992) s’est arrachée pour 2,1m$, au double de son précédent record.

Du côté de chez Sotheby’s, la vente d’art contemporain du 11 mai a rapporté 242,1 m$ contre 472,4 m$ pour la même cession de l’an dernier. Le produit de ventes chute de façon drastique, prouvant que nous ne sommes plus dans une vague d’euphorie mais dans une phase de maturité. L’année dernière, les lots phares de Sotheby’s comprenaient une toile de Mark ROTHKOUntitled (Yellow and Blue) de 1954, vendue 46,5 m$ et The Ring de Roy LICHTENSTEIN vendue 41,7 m$. Cette année, les lots phares ont emporté quelques millions de moins mais ils sont clairs quant aux préférences des grands collectionneurs.

1 m$ le centimètre pour Bacon : Le lot phare de la soirée, un double autoportrait de Francis BACON a atteint… un million par centimètre, soit près de 35 m$ pour cette petite œuvre de 25 cm. Achetée au sein de la galerie Marlborough en 1970, Two studies for a self-portrait était restée dans la même collection depuis.

Près de 52 m$ pour Twombly : en vendant deux œuvres majeures de Cy TWOMBLY, Sotheby’s s’est assuré 51,95 m$ de produit de ventes. L’oeuvre la plus chère du 11 mai est le chef-d’oeuvre Untitled New York City, vendu 36,65 m$, tandis qu’une toile rouge est partie pour 15,3 m$ (Untitled [Bacchus 1st Version V]). La promotion de ses deux œuvres avaient été assurée par le réalisateur John Waters via un petit film en ligne sur le site Internet de la société de ventes.

Adrian GHENIE x10 : L’autoportrait de Adrian Ghenie en Vincent Van Gogh était à priori l’oeuvre la plus abordable de cette vente Sotheby’s, pourvue d’une estimation de 200 000 $. Le jeune artiste roumain (né en 1977) a finalement décuplé l’estimation initiale et la toile achevée en 2012 s’est arrachée pour 2,59 m$ ! Ce résultat arrive deuxième dans le palmarès de l’artiste, dont le record fut frappé, rappelons-le, 10 février dernier pour une autre toile rendant hommage à Van Gogh (The Sunflowers In 1937, vendue 4,5 m$ chez Sotheby’s à Londres).

Moins-value de 4,9 m$ pour ZHANG Xiaogang : cet artiste majeure de l’art contemporain chinois a refait surface dans une vente new-yorkaise après quelques années d’absence. Sa toile Bloodline: Big Family No.1 renoue avec les niveaux de prix de 2007 en partant pour 4,9 m$… le prix payé reste une affaire comparé aux 8,4 m$ payés en 2011 à Hong Kong pour cette même œuvre (Sotheby’s Hong Kong, le 3 octobre 2011).

Au final, les artistes contemporains atteignent des prix aussi forts, et parfois plus importants même, que les grandes signatures impressionnistes et modernes… Christie’s donnait d’ailleurs sa vente de prestige impressionniste et moderne le 12 mai 2016 (141,5 m$ de résultat), réalisant un très beau score pour Mandoline à la partition de Georges BRAQUE, partie pour 10,245 m$ (la seconde meilleure enchère pour Braque) et pour Frida KAHLO. Son Dos desnudos en el bosque (La tierra misma) s’est vendue 8 m$ du haut de ses 30 centimètres, signant un nouveau record mondial (le précédent culminait à 5,6 m$ depuis la vente de Roots (Racines) il y a 10 ans chez Sotheby’s New York). C’est le prix de la rareté : seules 19 peintures de l’artiste ont été mises en ventes depuis 1989…

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité OK