Les artistes du Moyen-Orient

[16/09/2011]

 

Le vendredi, c’est Top : un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications par thèmes. Cette semaine : les dix meilleures enchères frappées pour des artistes contemporains du Moyen-Orient.

Le dynamisme actuel au Moyen-Orient permet aux artistes les plus jeunes d’émerger aux enchères. C’est le cas du jeune Abdulnasser Gharem (né en 1973) qui décrochait en avril 2011 une enchère à 700 000 $ pour Message/Messenger (Christie’s Dubaï). Il rejoint la nouvelle scène orientale déjà fortement présente aux enchères depuis les années 2000 : Shirin NESHAT (née en 1957), dont les œuvres se vendent à Londres et New York au-delà des 70 000 $ dès 2001 ou encore Farhad Moshiri qui signait une enchère à 900 000 $ dès 2008.

Top 10 : les dix meilleures enchères frappées pour des artistes contemporains du Moyen-Orient

Rang Artiste Adjudication Oeuvre Vente
1 Abdulnasser GHAREM 700 000$ Message/Messenger (2010) 19/04/2011 (Christie’s Dubaï)
2 Ahmed ALSOUDANI 289 512$ Untitled (2008) 16/02/2011 (Christie’s London)
3 Ahmed ALSOUDANI 287 658$ Untitled (2008) 29/06/2011 (Sotheby’s London)
4 Farhad MOSHIRI 280 000$ 8N619VT (2005) 19/04/2011 (Christie’s Dubaï)
5 Farhad MOSHIRI 190 000$ Choc Line (from the Sweet Dreams series) 19/04/2011 (Christie’s Dubaï)
6 Farhad MOSHIRI 175 560$ « 14S8 » (2004) 28/06/2011 (Phillips de Pury & Company London)
7 Ayman BAALBAKI 170 000$ Let A Thousand Flowers Bloom 19/04/2011 (Christie’s Dubaï)
8 Reza DERAKSHANI 100 000$ Silent Jingle Bells (from the Mirror of Times series) 19/04/2011 (Christie’s Dubaï)
9 Farhad MOSHIRI 98 964$ Untitled (2003) 01/06/2011 (Bonhams London)
10 Ahmed AL-ASKALANY 95 000$ Thinker (2010) 19/04/2011 (Christie’s Dubaï)

Le marché dubaoïte
La vente Modern and Contemporary Arab, Iranian and Turkish Art orchestrée le 19 avril par Christie’s Dubaï, affichait comme meilleur résultat une enchère à 700 000 $ pour la sculpture Message/Messenger du jeune saoudien Abdulnasser GHAREM contre une estimation initiale de 70 000 – 100 000 $. Les recettes de la vente de cette œuvre, offerte par l’artiste sont destinées à soutenir le programme d’éducation de Edge of Arabia, un organisme créatif investi dans la promotion de l’art contemporain arabe à l’échelle internationale (qui compte déjà des expositions à Londres, Venise, Berlin et Istanbul).
Parmi les plus belles réussites de la vente, on compte les Iraniens Farhad Moshiri et Reza Derakshani, le Libanais Ayman Baalbaki et l’Egyptien Ahmed Al-Askalany.

Plus aguerri au second marché que ses contemporains, Farhad MOSHIRI enregistre pourtant en 2011 des enchères nettement en deçà de celles obtenues entre 2007 et 2010. Lors de la vente du 19 avril, Moshiri signe une enchère à 280 000 $ pour la technique mixte 8N619VT (est. 180 000 – 240 000 $) et une enchère à 190 000 $ pour l’installation Choc Line (from the Sweet Dreams series) faite de 97 petites pâtisseries peintes à l’acrylique (estimée 200 000 – 300 000 $).
On est loin des 900 000 $ obtenus pour de la vente de Eshgh (Love) le 3 mars 2008 chez Bonhams, Dubaï, une œuvre constituée de milliers de cristaux Swarovski partie au sextuple de son estimation.

Reza DERAKSHANI signe lors de cette vente sa plus belle enchère et atteint pour la première fois sur le second marché les 100 000 $ pour Silent Jingle Bells (from the Mirror of Times series), alors estimée 60 000 – 80 000 $. Cette œuvre en 2D de 180 cm de diamètre représentant une scène de danse de la période de Safavid, donne pourtant l’impression d’une sphère.

Le Libanais Ayman BAALBAKI enregistre également sa plus belle enchère lors de la vente du 19 avril avec Let A Thousand Flowers Bloom cédée 170 000 $. Cette œuvre basée sur une citation de Mao Zedong (Let a hundred flowers blossom) s’est arrachée 100 000 $ au-delà de son estimation haute. C’est une première pour l’artiste, qui passe pour la première fois la barre des 100 000 $.

Enfin, l’Egyptien Ahmed AL-ASKALANY vient clôturer ce Top 10, avec une enchère à 95 000 $ pour le bronze Thinker (2010) (est. 22 000 – 28 000 $). Ce bronze unique, rappelle très largement le célèbre « Penseur » de Rodin. Cette enchère vient doper une cote encore très jeune, car Askalany n’a fait son apparition sur le second marché qu’en 2010 et compte trois adjudications à son actif.

Le marché londonien
En 2011 le jeune Ahmed ALSOUDANI âgé de 35 ans, signe deux enchères à 180 000 £ pour deux techniques mixtes sans titre de 2008 (16 février 2011 chez Christie’s Londres, puis le 29 juin chez Sotheby’s Londres). Les toiles partent toutes deux 20 000 £ sous leur estimation basse (est. 200 000 – 300 000 £). Les deux auctionneers avaient été optimistes suite à l’enchère record de 240 000 £ frappée le 15 octobre 2010 chez Sotheby’s Londres pour Untitled (2007).

Lors de la vente du 28 juin 2011 orchestrée par Phillips de Pury à Londres, « 14S8 » de Farhad Moshiri s’envolait pour 110 000 £ (175 560 $) contre une estimation de 40 000 – 60 000 £ (à la sixième place du Top). Bonhams Londres proposait également une toile de Moshiri, Untitled, lors de sa vente du 1er juin 2011 : Modern & Contemporary Middle Eastern Art & South Asian Art. L’œuvre partait dans sa fourchette d’estimation à 60 000 £ (98 964 $), la troisième plus belle enchère de la vente.

Désormais, les artistes contemporains arabes sont portés par des forces sans précédent au Moyen-Orient, comme le prouvent les ventes spécialisées (Compagnie Marocaine des Œuvres & Objets d’Art de Casablanca, Beyaz Pazarlama ve Muzayedecilik et Antik AS à Istanbul, Christie’s Dubaï depuis 2006, Bonham’s Dubaï depuis 2008, Sotheby’s Doha depuis 2009), l’énergie déployée sur les foires d’art contemporain de Marrakech et de Dubaï, les alliances entre le Qatar et l’Europe (création d’un prix des curators entre le Qatar et l’Italie), les événements orchestrés par Edge of Arabia ou encore l’émulation des grands travaux culturels menés sur l’île de Saadiyat d’Abu Dhabi : un Louvre par Jean NOUVEL, un Guggenheim conçu par Frank Owen GEHRY, un centre d’art et de Design imaginé par Zaha HADID, un musée maritime pensé par Tadao ANDO.