Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.
Page d´accueil Artprice
LEADER MONDIAL DE L'INFORMATION SUR LE MARCHE DE L'ART
Inscrivez-vous gratuitement et suivez toute l'actualité de vos artistes favoris avec notre alerte email !

Le Top estampes modernes de 2015

[20/11/2015]

 

Le vendredi, c’est Top ! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications par thème. Le classement révèle cette semaine les 10 estampes modernes les plus valorisées aux enchères au cours de l’année.

Le Top estampes modernes de 2015
Rang Artiste Adjudication Oeuvre Vente
1 Pablo PICASSO 4 645 000$ La femme qui pleure, I (1937) 2015-05-14 Christie’s NEW YORK NY
2 Henri MATISSE 1 090 000$ Jazz (Portfolio of 20) 2015-11-06 Sotheby’s NEW YORK NY
3 Pablo PICASSO 910 000$ La Femme au Tambourin (1939) 2015-11-05 Sotheby’s NEW YORK NY
4 Pablo PICASSO 465 176$ Buste de Femme au Chapeau (1962) 2015-03-18 Christie’s LONDRES
5 Henri MATISSE 425 000$ Jazz 2015-10-28 Christie’s NEW YORK NY
6 Edvard MUNCH 412 592$ Melancholie III (1902) 2015-06-19 Galerie Kornfeld Auktionen AG BERNE BE
7 Erich HECKEL 348 843$ Fränzi liegend (1910) 2015-05-12 Auktionshaus im Kinsky GmbH VIENNE
8 Edvard MUNCH 335 831$ The Girls On the Bridge (1918) 2015-09-29 Sotheby’s LONDRES
9 Edvard MUNCH 328 269$ Vampire II (vampyr II) (1895-1902) 2015-06-04 Bukowskis STOCKHOLM
10 Henri DE TOULOUSE-LAUTREC 287 684$ La Clownesse assise (Mademoiselle CHA-U-KA-O) (1886) 2015-03-18 Christie’s LONDRES
copyright © 2015 artprice.com

 

Trois Pablo Picasso

Picasso a réalisé plus de 2 000 estampes, qui représentent aujourd’hui plus de 58 % de ses œuvres vendues aux enchères en densité, et 5,6 % en terme de recettes.

Non, Le Repas frugal de 1904, gravure la plus populaire de Picasso, n’est pas aujourd’hui sa planche la plus cotée. Celle qui remporte la palme est La femme qui pleure (1937), tenant les trois meilleures enchères du maître moderne dans la catégorie « estampes ». Cette planche fameuse est issue d’une huile sur toile portant le même titre, pour laquelle Picasso a représenté sa muse et compagne de l’époque Dora Maar, le visage douloureusement déformé, et les yeux en larmes. Réalisée en 1937, après les bombardements allemands sur Guernica, La femme qui pleure est la métaphore de l’extrême souffrance de ces femmes venant de perdre un mari ou un fils. La planche 11/15 s’est arrachée pour 4,6 m$ frais inclus chez Christie’s New York le 14 mai 2015, mais elle peut passer les 5 m$ aux enchères. Ce fut le cas en février 2014 chez Sotheby’s, à Londres.
Par contre, la planche intitulée La Femme au Tambourin (1939) a bel et bien signé un record à 910 000 $, soit plus de 100 000 $ au-dessus de l’estimation haute. Jusqu’à présent, les meilleures épreuves de cette eau-forte oscillaient entre 600 000 et 700 000 $. Le thème d’une femme au tambourin est récurrent dans l’oeuvre de Picasso depuis les années 1920 or, c’est un thème que l’on retrouve aussi chez son ami Henri Matisse, y compris sur une lithographie de 1926 dont on connait 40 exemplaires. Une Odalisque au tambourin de Matisse valait moins de 3 400 $ en 2003.

 

Trois Edvard Munch

La gravure constitue l’essentiel de l’oeuvre de Munch que l’on puisse trouver sur le marché des enchères : plus de 90% des lots vendus sous sa signature sont des gravures, qui tiennent plus de 26% du marché en terme de chiffre d’affaires. Munch pratique la gravure sur bois dès 1896, retouchant souvent ses tirages à l’aquarelle, à l’encre ou au crayon. L’oeuvre par définition multiple devient ainsi un véritable original de la main de l’artiste. Son record absolu fut établi par Young Woman on the Beach, un travail à l’aquatinte et à la pointe sèche de 1896, qui explosait une estimation d’un million pour partir à 3,2 m$ en 2013. A ce niveau de cote, les prix des meilleures planches de Munch tutoient ceux de Picasso…
A défaut de battre des records cette année, les estampes de Munch vendues à Bern, Vienne et Stockholm rappellent la vitalité d’un marché local face à la demande américaine qui vend seulement 11 % des ses œuvres soumises à enchères. C’est sur l’ensemble des places de marché européennes que l’offre est la plus dense, en particulier en Norvège, son pays natal (près de 43 % des œuvres vendues).

 

Deux Henri Matisse

Les estampes constituent le cœur des œuvres de Matisse aux enchères : 79 % des lots vendus, pour 4,4 % des recettes globales de l’artiste en salles de ventes. Comme Munch et Picasso, Matisse peut passer le million dans ce domaine, mais le fait est rare. C’est pourtant arrivé le 6 novembre 2015 avec le portfolio Jazz. Composé de 20 pochoirs, Jazz a atteint cette année son prix record, sans être le record absolu de Matisse en estampe. Cet ensemble de 20 planches au pochoir constitue un livre illustré réalisé entre 1943 et 1947. Il en existe 250 exemplaires sur vélin d’Arches.
Jazz est le livre le plus important de Matisse, le seul dont il est à la fois auteur et artiste. Cet ouvrage est incontestablement une valeur sûre, dont le prix varie en fonction de l’état de conservation, de la provenance et de la santé du marché haut de gamme : en l’occurrence, un portfolio se payait moitié moins cher en octobre 2014 à New York.
Un autre exemplaire de Jazz sera mis aux enchères le 24 février 2016 chez Christie’s à Londres. Celui-ci fait partie de la collection du chanteur Sting (collection Sting et Trudie Styler), une provenance « star » susceptible de stimuler une fourchette d’estimation comprise entre 380 000 et 532 000 $.

 

Un Toulouse-Lautrec

Remarquable lithographe, Henri de Toulouse-Lautrec a réalisé au moins 369 lithographies (dont 31 affiches), soit un plus grand nombre que de dessins. Cet oeuvre représente près de 86 % de ses lots vendus et 18 % de son chiffre d’affaires aux enchères. Toulouse-Lautrec est l’une des grandes figures de la lithographie moderne, pour laquelle il inventa même une technique proche du Dripping de Pollock, en grattant une brosse à dents chargée d’encre ou de peinture avec un couteau.
Son meilleur coup de marteau de l’année est emporté sans surprise par La Clownesse assise (1886), sa feuille la plus prisée du portfolio Elles (10 planches). La Clownesse assise représente Mademoiselle CHA-U-KA-O, danseuse et clownesse dans des spectacles parisiens, en l’occurrence au Nouveau Cirque et au Moulin Rouge. Ce nom de scène – Cha-U-Ka-o – est la transcription phonétique des mots français « chahut » et « chaos », laissant deviner l’ambiance que pouvait mettre ce personnage dans ses spectacles. Face à ces feuilles très cotées, signalons que certaines affiches monogrammées de Toulouse-Lautrec, éditées à plus de 250 exemplaires, sont accessibles pour quelques centaines de dollars sur le marché des enchères.

 

 

 


En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialitÉ OK