Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Le Top des sculptures contemporaines

[20/07/2018]

Le vendredi c’est top! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement thématique afin de découvrir les plus importantes pièces adjugées en salles de ventes. Cette semaine, le classement fait le point sur les sculptures contemporaines les plus cotées des 12 derniers mois.

Rang Artiste Adjudication ($) œuvre Vente
1 Jeff KOONS (1955) 22 812 500$ Play-Doh 17/05/2018 Christie’s New York
2 Robert GOBER (1954) 7 287 500$ Untitled 17/05/2018 Christie’s New York
3 Antony GORMLEY (1950) 6 911 977$ A Case for an Angel I 06/10/2017 Christie’s Londres
4 Jeff KOONS (1955) 6 437 500$ New Hoover Celebrity IV 16/11/2017 Sotheby’s New York
5 Jeff KOONS (1955) 5 487 500$ Lobster 17/05/2018 Christie’s New York
6 Felix GONZALEZ-TORRES (1957-1996) 5 195 600$ Untitled 16/11/2017 Sotheby’s New York
7 Damien HIRST (1965) 4 412 500$ Away from the Flock 17/05/2018 Christie’s New York
8 Antony GORMLEY (1950) 3 971 342$ Angel of the North 07/03/2018 Sotheby’s Londres
9 Thomas SCHÜTTE (1954) 3 511 715$ Bronzefrau Nr. 7 06/03/2018 Christie’s Londres
10 Thomas SCHÜTTE (1954) 3 375 000$ Großer Geist Nr. 9 16/11/2017 Phillips New York
copyright © 2018 artprice.com

La domination de Jeff Koons

Jeff Koons maintient son statut de star du marché de l’art et démontre, par ce classement, que ses sculptures millionnaires sont toujours activement demandées. A observer les résultats des douze mois écoulés, sa production tridimensionnellement aux accents kitsch séduit toujours autant, surtout si les œuvres s’avèrent exceptionnelles. L’artiste domine absolument le Top 10, fort d’un résultat de 22,8 m$ pour sa sculpture Play-Doh (1994-2014), une oeuvre jamais vue sur le marché des enchères, achetée par son ancien propriétaire auprès de la galerie Gagosian en 2005. Play-Doh, qui mime un amoncellement de pâtes à modeler colorées (aluminium polychrome, plus de trois mètres de hauteur) devient la neuvième meilleure adjudication de l’artiste américain. Cette vente lui permet par ailleurs d’afficher un résultat global de 30 m$ à l’issue du premier semestre 2018. Premier artiste contemporain dans ce classement dédié aux sculptures, Koons est aussi le huitième contemporain le plus performant du marché depuis le début de l’année, bien que son produit de ventes soit presque quatre fois moindre qu’il y a quatre ans (S1 2014. L’année 2014 fut un cru exceptionnel pour Koons avec quatre sculptures vendues plus de 20 millions de dollars chacune).

Si l’actualité de l’artiste est entachée de quelques polémiques (notamment autour du Bouquet de tulipes offert à la France qui divise l’opinion et d’un défaut de livraison d’oeuvres au collectionneur Steven Tananbaum), elle a aussi été marquée par une exposition à Amsterdam face à des maîtres anciens, et par la célébration des vingt ans du vase Puppy, un vase en porcelaine en forme de chien proposé au prix de 10 000$ sur le site de la galerie Gagosian et dans les mêmes sphères en salles des ventes, soit un prix multiplié par dix en 15 ans pour cette œuvre éditée sur 3 000 exemplaires plus 50 épreuves d’artistes. Même dilué sous une large édition, le label Koons reste un investissement gagnant.

En seconde position de ce Top, voici un artiste de la même génération que Koons mais, contrairement à lui, rare aux enchères: Robert GOBER, qui a représenté les États-Unis à la Biennale de Venise de 2001, vient de passer un cap important cette année, avec un nouveau record absolu à plus de 7,2m$ pour une œuvre emblématique du début des années 90. Le record de l’artiste a tout simplement doublé depuis 2014 (année d’une rétrospective au MOMA), signe d’un ré-ajustement en cours.

Antony GORMLEY arrive en troisième place des sculptures les plus onéreuses sur les 12 derniers mois avec une œuvre aussi emblématique que monumentale : plus de 8 mètres cinquante toutes ailes déployées pour A Case for an Angel I, vendue au prix record de 6,9m$ frais inclus. Cette œuvre datée de 1989 annonce une sculpture qui a rendu l’artiste célèbre, Angel of the North, la plus grande sculpture d’Angleterre – 200 tonnes, 20 mètres de haut et 54 mètres de large (1994-1998) – installée à Gateshead. Cet impressionnant Ange du Nord lui valu notamment d’être reçu au sein de l’Ordre de l’Empire britannique pour services rendus à la sculpture.

Deux résultats millionnaires de plus ont été enregistré en 12 mois pour l’artiste américain d’origine cubaine Felix GONZALEZ-TORRES, mort peu avant ses 40 ans (en 1996). Pour près de 5,2m$, un collectionneur s’est offert une installation-lumière composée d’une guirlande d’ampoules. Une œuvre fragile, composée d’un matériau obsolescent tourné en outil de mélancolie. La force de la disparition fait toujours partie des œuvres de cet artiste mais pour un tel coût d’achat, il est probable que son nouveau propriétaire change les ampoules amenées à s’éteindre…

Ce Top révèle également un résultat rassurant pour Damien Hirst dont la cote est, somme toute, en berne comparé aux années 2007-2008. Christie’s a en effet vendu une œuvre puissante, Away from the Flock (1994), un mouton conservé dans un bain de formol, pour 4,4m$. Damien Hirst emporte deux enchères millionnaires en 12 mois, c’est peu en regard de ses performances passées : en 2008, au pic de son marché, 65 résultats millionnaires avaient résonné en 12 mois…

Enfin, Thomas Schütte clos le classement avec deux beaux résultats, dont un à 3,5 m$. Cet ancien élève de Gerhard Richter et de Joseph Beuys, récipiendaire du Lion d’or à la Biennale de Venise en 2005, est l’un des artistes les plus demandés en terme d’exposition (souvent collectives) et l’un des plus performant aux enchères. Contrairement à la cote de Damien Hirst, celle de l’artiste allemand affiche une superbe progression, avec un indice de prix en hausse de +525% sur la décennie.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK