Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Le Top des portraits

[01/07/2016]

 

Le vendredi c’est top! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement thématique afin de découvrir les plus importantes pièces adjugées en salles de ventes. Cette semaine, le classement fait le point sur les plus chers portraits de l’histoire des enchères.

Le portrait est en peinture le sujet le plus apprécié des collectionneurs occidentaux. Porteur de la plus puissante humanité, il vient gratter l’âme d’un sujet ouvert au génie d’un peintre. Pensez à l’oeuvre la plus célèbre de l’histoire de l’art : la Joconde, mystérieux portrait du grand Léonard de Vinci… Tous les grands artistes se sont confrontés à la figure humaine, ce n’est donc pas un hasard si plusieurs portraits se sont relayés dans l’histoire des enchères pour s’imposer, à un moment donné, comme faisant partie des œuvres les plus emblématiques et les plus couteuses du monde…

Le Top des portraits
Rang Artiste Adjudication Oeuvre Vente
1 Francis BACON 127 000 000$ Three Studies of Lucian Freud (1969) 2013-11-12 Christie’s NEW YORK
2 Pablo PICASSO 93 000 000$ Garçon à la pipe (1905) 2004-05-05 Sotheby’s NEW YORK
3 Pablo PICASSO 85 000 000$ Dora Maar au chat (1941) 2006-05-03 Sotheby’s NEW YORK
4 Gustav KLIMT 78 500 000$ Portrait of Adele Bloch-Bauer II (1912) 2006-11-08 Christie’s NEW YORK
5 Vincent VAN GOGH 75 000 000$ Portrait du Docteur Gachet 1990-05-15 Christie’s NEW YORK
6 Andy WARHOL 73 000 000$ Triple Elvis [Ferus Type] (1963) 2014-11-12 Christie’s NEW YORK
7 Francis BACON 72 000 000$ Studies for a Portrait of John Edwards (1984) 2014-05-13 Christie’s NEW YORK
8 Vincent VAN GOGH 65 000 000$ Portrait de l’artiste sans barbe (1889) 1998-11-19 Christie’s NEW YORK
9 Francis BACON 62 043 759$ Portrait of George Dyer Talking (1966) 2014-02-13 Christie’s LONDRES
10 Andy WARHOL 62 000 000$ Four Marlons (1966) 2014-11-12 Christie’s NEW YORK
copyright © 2016 artprice.com

 

Quel est le portrait le plus cher de la planète ?

Eh bien, contre toute attente, il ne s’agit pas du fameux Garçon à la pipe de Pablo Picasso, payé 104 m$ en 2004 chez Sotheby’s, mais d’un portrait de Lucian Freud par Francis Bacon. Le Garçon à la pipe, célèbre œuvre de la fameuse Période Rose d’un Picasso alors âgé de vingt-quatre ans, se payait 30 000 $ en 1950 et intégrait alors la collection de John Hay Whitney, ancien président de l’International Herald Tribune. Après sa revente par la fondation philanthropique Greentree en 2004, le Garçon est resté le référent absolu pendant neuf années, en tant que record pour un portrait, et il a tenu ce rang malgré la flambée des prix constatée sur les œuvres de prestige entre temps. Déclassé il y a trois ans, le célèbre Picasso a cédé sa place à un portrait de l’immense artiste Lucian Freud, peint par un autre immense artiste, à savoir, Francis Bacon. Cette œuvre de 1969 s’est vendue plus de 142,4 m$ en 2013 chez Christie’s, à New York. Elle devenait alors, en cette année 2013, la meilleure adjudication de toute l’histoire des enchères fine art ! Three Studies of Lucian Freud, œuvre dont les trois éléments se trouvaient enfin réunis, est un ensemble majestueux (trois toiles de 198 cm x 147,5 cm chacune), ayant ouvert une bataille d’enchères sans précédent : 60 téléphones furent mobilisés lors du passage de l’œuvre, avec des premières enchères à 5 m$ chacune, puis à 1 m$ jusqu’à atteindre 127 m$ cinq minutes plus tard au marteau (soit 142,405 m$ frais inclus). Le triptyque fut acheté par la galerie new-yorkaise Acquavella pour le compte d’une acheteuse américaine. Par la suite, Bacon fut de nouveau devancé par Picasso et Modigliani en terme de record absolu, mais il demeure aujourd’hui la référence pour un portrait aux enchères. Deux autres œuvres œuvres majeures de Bacon se hissent à ce classement : Studies for a Portrait of John Edwards (1984) vendu 80,8 m$ en 2014, et le Portrait of George Dyer Talking (1966) vendue 69,6 m$ la même année. Par la puissance de ses prix et sa récurrence dans ce Top, Bacon devance très largement les autres rois du marché : Picasso, Warhol, Van Gogh et Klimt.

 

Notons aussi que Vincent Van Gogh est le seul artiste parvenu à se maintenir dans un tel Top avec des résultats enregistrés il y a une trentaine d’années. Van Gogh est, incontestablement, l’artiste qui fit le mieux monter l’adrénaline en salles des ventes dans les années 1980 et 90 ‘. Aujourd’hui, seule la pénurie d’oeuvres muséales est responsable de son manque d’éclat sur le marché, car il demeure un mythe absolu de l’histoire de l’art. Il le devint en mars 1987, lorsque Christie’s cédait Les Tournesols pour 39,9 m$. Le marché était alors électrique. Jamais le monde de l’art n’avait connu un tel prix auparavant. Quelques mois plus tard, Sotheby’s vendait Les Iris pour 53,9 m$ au magnat australien Allan Bond. Puis, le Portrait du Docteur Gachet, œuvre acquise 300 francs en 1897, puis passée par Hermann Göring et le Metropolitan Museum of Art, arriva enfin dans les mains de l’homme d’affaires Japonais Ryoei Saito, qu’il se payait pour 82,5 m$ en 1990. Le Portrait du Docteur Gachet n’est pas réapparu depuis, bien que Ryoei Saito soit décédé il y a 20 ans. Peut-être resurgira-t-il en salles des ventes un jour. Peut-être alors reprendra-t-il le flambeau du portrait le plus cher de l’histoire. Son aura et son mythe le précède suffisamment pour rendre possible un nouveau record…

 

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité OK