Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Le Top des nouveaux records en sculpture

[27/01/2017]

Le vendredi, c’est Top ! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications par thème. Cette semaine, concentrons-nous sur les 10 nouveaux records signés en 2016 pour des œuvres en trois dimensions.

Rang Artiste Adjudication œuvre Vente
1 Henry MOORE (1898-1986) 33 125 678$ Reclining Figure: Festival 2016-06-30 Christie’s Londres
2 Auguste RODIN (1840-1917) 20 410 000$ L’éternel printemps 2016-05-09 Sotheby’s New York
3 Maurizio CATTELAN (1960) 17 189 000$ Him 2016-05-08 Christie’s New York
4 Jean DE CAMBRAI (c.1374-1438) 5 653 185$ Pleurants provenant du cortège funéraire du tombeau de Jean de France (1340-1416), duc de Berry 2016-06-15 Christie’s Paris
5 Pino PASCALI (1935-1968) 3 348 294$ Coda di delfino (Tail of a Dolphin) 2016-10-06 Christie’s Londres
6 Lynn Russell CHADWICK (1914-2003) 2 211 505$ Back to Venice 2016-06-30 Christie’s Londres
7 Laurent DELVAUX (1696-1778) 1 328 914$ Caritas Romana (Roman Charity) 2016-12-06 Sotheby’s Londres
8 Georges SAUPIQUE (1889-1961) 1 319 072$ “L’Afrique du Nord”/”Les Antilles”/”L’Afrique noire”/”L’Indochine” 2016-11-22 Artcurial Paris
9 Richard ORLINSKI (1966) 1 291 468$ Gold Tiger lace 2016-03-26 Louiza Auktion Bruxelles
10 Jacobus AGNESIUS (c.1590-?) 1 204 417$ Flagellation of Christ 2016-12-06 Christie’s Londres
copyright © 2016 artprice.com

Un premier constat s’impose à la lecture des nouveaux records de 2016 : aucun artiste américain ne figure sur la liste, malgré des niveaux de prix bien supérieurs, atteint les années précédentes, au prix le plus haut inscrit sur la liste (les 33,1m$ d’Henri Moore). Ce Top 10 témoigne ainsi du ralentissement du rythme des records pour les artistes américains stars, tout en révélant la très bonne tenue d’une création européenne d’une grande diversité. Loin de récompenser en premier lieu l’art des XIXème et XXème siècles, toutes les époques de création sont ici représentées.

Le second constat porte sur la nature des œuvres portées aux meilleurs prix : outre deux artistes contemporains à la mode locale (Orlinsky) et internationale (Cattelan), le classement met en évidence la prestige et la rareté des œuvres. La sculpture de L’Eternel printemps de Rodin par exemple, vendue au prix record de 20,4 m$, se trouve être l’unique sculpture de marbre mise aux enchères au cours de l’année, contre plus de 120 sculptures en bronze de l’artiste.

Le critère de rareté emporte aussi les suffrages en matière d’art ancien : la présence de Jacobus Agnesius est une véritable surprise, puisque l’on sait peu de choses de cet artiste actif dans la seconde moitié du XVIIème siècle (il serait d’origine allemande et aurait travailler en France et en Italie), sinon sa virtuosité à travers la sculpture d’un Saint Sébastien conservée au Musée du Louvre. Les 1,2m$ payés pour sa Flagellation du Christ en décembre dernier honore l’un des plus bel ensemble sculpté connu de ce maître confidentiel. Il en va de même pour Jean de Cambrai. Sculpteur de la fin du XIVe siècle, Jean de Cambrai reste célèbre pour sa réalisation du gisant du duc de Berry conservé dans la cathédrale de Bourges, ainsi que pour un ensemble de quarante pleurants en albâtre, la plupart réalisé par les sculpteurs Etienne Bobillet et Paul Mosselmann après sa mort. Deux “chefs-d’oeuvre de la statuaire médiévale” selon Christie’s, conservés dans la même famille depuis 1807, firent une entrée remarquée aux enchères en juin 2016 à Paris, s’agissant des deux derniers pleurants du cortège funéraire du tombeau du duc de Berry. L’ensemble est parti pour 5,6 m$… constituant le premier résultat de vente de cet artiste, dont aucune œuvre n’était apparue aux enchères au cours des trente dernières années au moins.

Moins ancien mais presque tout aussi rare, l’oeuvre du Français Georges Saupique est récompensée pour la première fois au million, avec un ensemble de quatre sculptures commandé en 1927 pour décorer le hall du siège de la « Compagnie Financière Française et Coloniale ». L’artiste travailla deux ans pour achever cet ensemble typique de l’Art Déco, constitué de matériaux nobles (marbres divers et bronzes). Vendues une première aux enchères en 2000 pour 643 000 $, son record à l’époque, le prix actualisé de ce lot témoigne d’une demande active sur les signatures originales de la période Art Déco.

Rares encore sont les sculptures en circulation de l’artiste belge Laurent Delvaux (10 œuvres seulement furent soumises à enchères en 30 ans) et de l’artiste italien Pino Pascali. Brutalement décédé d’un accident de moto en 1968 à Rome, à l’âge de 33 ans, Pascali s’est néanmoins inscrit d’emblée dans les grands mouvements du XXème siècle, amorçant une œuvre dense et éclectique en partie liée au mouvement de l’Arte Povera (il a participé à la première exposition du mouvement en 1967). Défendu par la galerie italienne Tornabuoni, Pascali bénéfie d’une demande soutenue en Europe. Il passait le million de dollars à plusieurs reprises ces dernières années, mais voici son premier résultat à plus de 3 m$, pour une œuvre de 1966, désormais aussi cotée qu’un Concetto Spaziale de Lucio Fontana

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK