Le Top des français

[04/01/2013]

 

Le vendredi, c’est Top ! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications par thème. Cette semaine : les dix meilleures enchères frappées pour des artistes français vivants.

S’ils sont généralement moins performants que d’autres Européens comme les Anglais ou les Allemands, les artistes français ne sont pas oubliés pour autant du marché de l’art haut de gamme. Leur cote est de plus en plus dynamique en France, auréolée de quelques enchères millionnaires à Paris sur les dix dernières années, et certains artistes comme Pierre Soulages et Martial Raysse intéressent de plus en plus les collectionneurs étrangers. Jugés sur leurs résultats en ventes aux enchères sur l’année 2012, quels sont les artistes français vivants les plus performants aux enchères ?

Top 10 : les dix meilleures enchères frappées pour des artistes français vivants

Rang Artiste Adjudication Oeuvre Vente
1 Pierre SOULAGES 1298800$ Peinture 130 x 162 cm, 20 juin 1957 (1957) 03/12/2012 (Christie’s PARIS)
2 Pierre SOULAGES 1170000$ Peinture 116 x 89 cm 22 mai 1958 (1958) 12/11/2012 (Bonhams NEW YORK NY)
3 Pierre SOULAGES 808665$ Peinture 92 x 65 cm, 1er juin 1953 (1953) 31/05/2012 (Christie’s PARIS)
4 Martial RAYSSE 625680$ La France Orange (1963) 04/12/2012 (Sotheby’s PARIS)
5 Pierre SOULAGES 562088$ Peinture 130 x 97 cm, 4 mai (1960) 14/02/2012 (Christie’s LONDON)
6 Pierre SOULAGES 520000$ Peinture 127 x 96.5 cm, 19 janvier (1962) 15/11/2012 (Christie’s NEW YORK NY)
7 Pierre SOULAGES 508365$ « Peinture 102 X 165 Cm, 21 Avril 1991 » (1991) 04/12/2012 (Sotheby’s PARIS)
8 Pierre SOULAGES 500160$ Peinture 81 x 60 cm, 2 mai 1957 (1957) 09/06/2012 (Ketterer Kunst GmbH MÜNCHEN)
9 Hervé TELEMAQUE 426304$ Portrait de famille (1962) 04/04/2012 (Millon & Associes SAS PARIS)
10 Pierre SOULAGES 312550$ Peinture (2002) 07/06/2012 (Pierre Berge & Associes S.A.S PARIS)

Pierre Soulages : Paris / New York
Il vient de fêter ses 93 ans et domine de façon écrasante le classement des artistes les plus cotés de ce Top : Pierre SOULAGES emporte huit places du classement et se trouve être le seul à avoir remporté des adjudications millionnaires.
Si ses prix ont grimpé en moyenne de 250 % depuis 2000, sa cote s’est véritablement envolée à partir de 2006, à l’occasion d’une cession parisienne de Sotheby’s où le maître décrochait 1,35 m$ au marteau (1,06 m€). D’après Sotheby’s, pas moins de 17 enchérisseurs issus des trois continents – Asie, Europe et États-Unis – se sont battus pour cette toile. Cette œuvre rythmée date de 1959, époque à laquelle les œuvres de Soulages ont déjà intégré la Phillips Gallery de Washington ; le musée Guggenheim et le MoMA de New York, la Tate Gallery à Londres et le Musée National d’Art Moderne de Paris, entre autres. En 2012, deux autres toiles de la fin des années 50 ont allégrement dépassé le million de dollars, l’une à Paris (Christie’s le 3 décembre), l’autre à New York (Bonham’s le 11 novembre). Le marché haut de gamme de Soulages se réveille donc à New York, qui représente aujourd’hui moins de 5 % de son chiffre d’affaires contre près de 65 % en France. A la fin des années 80, on pouvait accéder dans quelques ventes publiques new-yorkaises à des toiles de belles dimensions pour moins de 50 000 $, des prix deux fois moins élevés qu’à Paris. Depuis, la cote s’est lissée de part et d’autre de l’Atlantique. Que se passerait-il aujourd’hui si les collectionneurs américains considéraient l’apport de Pierre Soulages à la hauteur de celui de Franz KLINE ? Ils se rueraient alors littéralement sur cet œuvre dont le record d’enchère culmine à 2,85 m$ pour une toile de 1957 (Peinture 130 x 162 cm, 2 m€, 31 mai 2011, Sotheby’s Paris) quand celui de Kline – dont l’œuvre offre des résonances picturales avec celle de Soulages – culmine à 36 m$ pour une œuvre de la même année 1957 (Untitled (1957), 200,7 cm x 280,39 cm, Christie’s New York le 14 novembre 2012).

Hervé Télémaque et la Figuration narrative
L’année où les peintures de Soulages et Kline atteignent respectivement leur record, Hervé TELEMAQUE quitte Haïti pour New York et s’inscrit à l’Art Student’s League pour y étudier. Il est influencé par les artistes américains, notamment les expressionnistes abstraits, se frotte au surréalisme à son arrivée à Paris en 1961 puis développe son propre langage pictural en se penchant sur les objets quotidiens. Ses sujets populaires, ses couleurs tranchées et la simplification des formes, le rapproche de l’aventure de la « Figuration narrative ».
Il a donc participé à l’un des mouvements les plus importants de l’art contemporain en France. De fait, tout son marché ou presque se joue dans des salles de ventes françaises (97 %) bien que certains acheteurs se manifestent depuis la Belgique, l’Italie, l’Allemagne ou la Suisse. Sa cote a explosé dans le confinement des salles de ventes françaises, mais quelle envolée ! L’indice de prix de Télémaque affiche une hausse de près de 500 % depuis 2000. Cette progression spectaculaire tient à plusieurs facteurs : tout d’abord, un grand nombre de collectionneurs européens se penchent à nouveau sur la Figuration narrative (auquel ont été rattachés des artistes comme Ivan MESSAC, Gérard SCHLOSSER, Bernard RANCILLAC, Peter KLASEN, Jacques MONORY ou ERRO), mouvement très convoité dans les années 80 puis délaissée dans les années 90. Outre son attrait historique, la Figuration narrative est redécouverte au moment où les jeunes collectionneurs s’intéressent de près à des œuvres proches de la culture populaire. Le succès actuel du Street Art et de la bande dessinée démontre en partie cette tendance. Dans ce contexte, Hervé Télémaque, l’un des initiateurs de la Figuration narrative, est naturellement l’un des plus coté du mouvement. Le marché de la Figuration narrative est reparti à partir de 2006 avec la vente de son tableau One of 36000 marines qui réalisait un record mondial du genre en atteignant 333 100 $ (250 000 €, Christie’s Paris le 5 décembre). L’année suivante, la toile Comicscape d’Erro explosait chez Christie’s Paris, emportant les enchères à plus d’un million de dollars (720 000 €), au double des estimations. En 2012, les deux « pères fondateurs » du genre ont signé leur nouveau record : Télémaque avec Portrait de famille, une toile de 1962 vendue l’équivalent de 426 000 $ (320 000 €, gagnant 15 000 € par rapport à son adjudication de 2007, Millon & Associés Paris, 4 avril 2012) et Rancillac, avec Melodie Sous Les Palmes, une toile de 1965 cédée 309 000 $ (235 000 €, le 16 décembre 2012 chez Versailles enchères).

Martial Raysse 
Martial RAYSSE est l’un des artistes français les plus appréciés en Europe et aux États-Unis. Il rompt la monotonie du Top 10 en s’immisçant à la quatrième place suivant trois œuvres de Pierre Soulages et en précédant quatre autres.
En 2011, année ou il emportait trois des quatre enchères millionnaires de son histoire, Martial Raysse était attendu pour un nouveau record avec L’année dernière à Capri (titre exotique), une superbe toile de 1962 estimée 1 m£-1,5 m£. L’œuvre, d’une qualité exceptionnelle, est finalement partie pour 3,6 m£, soit près de 5,8 m$, au triple des attentes ! Nous étions au mois de février 2011. Trois mois plus tard, Sotheby’s vendait à Paris une toile Sans titre de 1964 pour 2,1 m$ (1,5 m€), un record aux enchères pour son œuvre en France. Cette année, son meilleur résultat fut enregistré avec la vente de La France Orange, une œuvre cédée l’équivalent de 625 000 $ le 4 décembre chez Sotheby’s Paris (480 000 €). Cette œuvre est célèbre pour avoir été exposée de nombreuses fois et pour avoir été achetée par Georges Pompidou, Président de la République française (1969-1974) et grand amateur d’art contemporain. Elle fut réalisée en 1963, époque à laquelle le jeune Martial, 27 ans, fréquente Andy Warhol. Il découvrait alors le Pop art aux États-Unis avant de rallier le groupe des Nouveaux Réalistes en France en 1960 puis de s’engager dans une voie toute personnelle et en perpétuelle évolution.
Londres et Paris se disputent âprement ses meilleures toiles, qui intéressent aussi les ventes new-yorkaises (New York représente désormais près de 9 % de ses recettes en salles de ventes). Martial Raysse est, à l’instar de ses compatriotes liés à la Figuration narrative, un grand artiste encore confidentiel à l’échelle mondiale. De fait, les ventes d’art contemporain en France proposent régulièrement des œuvres abordables à moins de 5 000 $… et pas seulement des lithographies ! Gouaches, photomontages, encres de chine et divers assemblages sont proposés.