Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Le Top des dessins en 2014

[13/02/2015]

 

Le vendredi, c’est Top ! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications par thème. Cette semaine, Artprice revient sur les 10 dessins les plus chers de l’année 2014. Au menu: neuf enchères chinoises sur 10 !

Le Top des dessins en 2014
Rang Artiste Adjudication Oeuvre Vente
1 CUI Ruzhuo 20 623 999$ Landscape in Snow (2006) 2014-04-07 Poly Auction Ltd HONG KONG
2 QIAN LONG Emperor 16 483 200$ Calligraphy (1773) 2014-12-02 Poly International Auction Co.,Ltd BEIJING
3 Pablo PICASSO 15 003 360$ Composition (Composition au minotaure) (1936) 2014-02-05 Sotheby’s LONDON
4 CUI Ruzhuo 14 168 000$ Landscape series 2014-10-05 Poly Auction Ltd HONG KONG
5 YANG Yan 10 784 400$ Landscape (2014) 2014-12-16 Beijing Jiuge International Auctions Co., Ltd BEIJING
6 HUANG Binhong 8 839 900$ Landscape (1955) 2014-05-18 China Guardian Auctions Co., Ltd. BEIJING
7 QI Baishi 7 861 850$ Flowers and birds of four pieces (1947) 2014-06-02 Poly International Auction Co.,Ltd BEIJING
8 HONG Ren 7 542 300$ Landscape (1659) 2014-05-17 China Guardian Auctions Co., Ltd. BEIJING
9 ZHANG Daqian 7 476 199$ “La Beauté Antique” (1953) 2014-10-07 Sotheby’s HONG KONG
10 LI Keran 7 294 500$ Landscape (1985) 2014-06-05 Beijing Tranthy International Auction Co BEIJING
copyright © 2014 artprice.com

 

Neuf des 10 dessinateurs les plus chers aujourd’hui sont des artistes chinois, vendus exclusivement ou presque en Chine continentale et à Hong Kong. La montée en puissance de la Chine sur le marché de l’art redonne en effet ses lettres de noblesse au dessin et à la calligraphie, arts d’excellence de la tradition chinoise.

Premier au classement, Cui Ruzhuo est l’un des grands favoris de la scène chinoise contemporaine. Né a Pékin en 1944, Cui a étudié la peinture auprès de Li Kuchan, puis travaillé à l’Académie d’Art et de Design de Pékin, avant de partir aux Etats-Unis en 1981. Il ne revient en Chine qu’en 1996, pour devenir maître auprès des étudiants de l’Académie Nationale Chinoise des Arts. L’artiste est un érudit, un fou de culture chinoise et un grand collectionneur (environ 400 œuvres chinoises). Connus de tous les amateurs de dessins à l’encre, Cui Ruzhuo est ambitieux. Selon lui, le boom économique chinois est un formidable tremplin vers une diffusion internationale de l’art chinois, méconnu et mésestimé. Or, la diffusion internationale de la culture chinoise passe par Hong Kong, l’artiste le sait bien. Il y passe du temps et c’est là, à Hong Kong que se joue l’essentiel de son marché (55 % du chiffre d’affaires en salles de ventes). Les grandes sociétés de ventes implantées a Hong Kong – Christie’s, Sotheby’s et Poly Auction – sont les seules aujourd’hui à vendre ses œuvres plusieurs millions de dollars. Depuis sa première enchère millionnaire en 2011, le marteau est tombé à 13 reprises au-delà du million, dont quatre fois courant 2014. Le nouveau record de Cui s’est alors établi a 20,6 m$, avec un rouleau de dessins à l’encre de 36 mètres de long (23,7 m$ frais inclus, Poly Auction Hong Kong, le 7 avril 2014)… ce qui fait de Cui un artiste plus coté que Pablo Picasso en dessin ! En effet, une Composition au minotaure de Picasso (travail gouaché de 1936) présenté l’année dernière à Londres a planté le record d’enchère pour un dessin de Picasso (5 février 2014 chez Sotheby’s). Cette œuvre, de 50 centimètres de haut sur 65 de long, quadruplait l’estimation de Sotheby’s, pour finir à 15 m$, renouvelant ainsi un record ancien de 1989 (avec Famille de l’Arlequin, 1905, 12,8 m$, Christie’s New York).

Cui Ruzhuo est en train d’accomplir son projet le plus ambitieux, projet qui incarne d’ailleurs l’ambition du marché chinois aujourd’hui : voir prestement le prix de ses œuvres surpasser celles des grands maîtres Occidentaux comme Picasso et Van Gogh. C’est son Chinese Dream, confie-t-il.

Quelques années après la flambée des artistes issus du Political Pop Art et de l’avant-garde, le marché chinois s’est recentré sur son histoire plus traditionnelle, comme en témoigne ce classement ou ne figure aucune huile sur toile ni aucune sculpture, mais uniquement des travaux à l’encre. Parmi eux, signalons le magnifique coup de marteau à plus de 16 m$ pour les calligraphies sur soie de l’Empereur Qian Long (quatrième empereur de la dynastie Qing). L’empereur était aussi poète, maître en calligraphie, collectionneur d’art et de livres. Signalons encore le bond spectaculaire accompli pour Yang Yan (né en 1958), dont la cote vient de passer un pallier supérieur. Sa première adjudication millionnaire culmine d’emblée à 10,7 m$, pour un ensemble de 18 dessins a l’encre vendu fin 2014 (Beijing Jiuge International Auctions). Notons encore le nouveau record de Hong Ren (1610-1663), qui enterre de presque 5 m$ son précédent sommet. Les amateurs ont fait flamber le prix d’un paysage de montage de plus de deux mètres de haut, achevé en 1659. Nouveau record aussi pour un paysage à l’encre réalisé trois siècle plus tard et signé Huang Binhong (1865-1955), une fois encore avec un paysage, parti au quadruple de l’estimation pour finir à 8,8 m$. Sans nouveau coup d’éclat en 2014, Li Keran (1907-1989) reste quant à lui l’un des dessinateurs les plus chers au monde. Il affiche désormais 100 adjudications millionnaires à son palmarès, dont un record de 40,3 m$ pour Moutains in red (3 juin 2012, Poly International, Pékin).

Qi Baishi (1864-1957) et Zhang Daqian (1899-1983) sont toujours attendus dans ce type de classement. Ils emportent invariablement quelques unes des meilleures enchères annuelles pour le dessin. Ces deux maîtres modernes font aussi partie des 10 artistes mondiaux les plus performants en salles depuis quatre ans. Bien que classés parmi les meilleurs résultats, les deux artistes affichent néanmoins des performances bien moindres de celles générées entre 2010 et 2013. Ils signaient chacun leur record absolu en 2011 : à hauteur de 21,8 m$ pour Zhang Daqian (Lotus and Mandarin Ducks, Sothebys’ Hong Kong le 31 mai) et de 57,2 m$ pour Qi Baishi (Eagle Standing on Pine Tree; Four-Character Couplet in Seal Script, China Guardian, Pékin, 22 mai). Déj à parvenus au sommet, ils laissent un peu de place à des compatriotes dont les cotes sont en train de flamber.

C’est par le dessin que la puissance du marché chinois se révèle le mieux. C’est sa reconnaissance sur le marché des enchères qui a permis en grande partie a la Chine de se propulser comme la première place de marché mondiale en terme de chiffre d’affaires, devant les Etats-Unis.

 

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK