Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Le Top des artistes brésiliens contemporains

[11/07/2014]

 

Le vendredi, c’est Top ! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications par thème. Cette semaine : les dix meilleures enchères pour des artistes contemporains brésiliens.

Le Top des artistes brésiliens contemporains
Rang Artiste Adjudication Oeuvre Vente
1 Beatriz MILHAZES 1 800 000$ “Meu Limäo” 14/11/2012 (Sotheby’s NEW YORK NY)
2 Adriana VAREJAO 1 527 980$ “Parede com Incisões a la Fontana II” (Wall with Incisions a la Fontana)” (2001) 16/02/2011 (Christie’s LONDON)
3 Beatriz MILHAZES 1 400 000$ “Palmolive” (2004) 13/05/2014 (Christie’s NEW YORK NY)
4 Beatriz MILHAZES 1 245 680$ “O Elefante Azul (The Blue Elephant)” (2002) 27/06/2012 (Christie’s LONDON)
5 Beatriz MILHAZES 1 153 728$ Dança dos Reis (1998) 12/10/2012 (Sotheby’s LONDON)
6 Adriana VAREJAO 1 000 610$ “O Milagre dos Peixes (Miracle of the Fishes)” (1991) 25/06/2013 (Christie’s LONDON)
7 Adriana VAREJAO 975 000$ Trois Petites Morts (2003) 14/11/2012 (Sotheby’s NEW YORK NY)
8 Beatriz MILHAZES 957 840$ “O Moderno” (2002) 27/06/2011 (Phillips de Pury & Company LONDON)
9 Beatriz MILHAZES 900 000$ “O Mágico” (2001) 15/05/2008 (Sotheby’s NEW YORK NY)
10 Beatriz MILHAZES 896 224$ “Madame Caduvel” (1996) 11/10/2012 (Christie’s LONDON)

 

Les dix meilleures adjudications brésiliennes récompensent deux artistes seulement, et deux artistes femmes, sur un second marché qui gratifie traditionnellement plus promptement la gente masculine. Les meilleurs coups de marteau de Beatriz MILHAZES et Adriana VAREJAO révèlent un Top brésilien à plus de 11,8 m$ en 10 coups de marteau : sept pour la première, incontestablement leader avec un record établi à 18 m$ pour une toile vendue en novembre 2012, et trois pour la seconde, dont le record équivaut à 15,2 m$, depuis en coup de marteau londonien frappé en février 2011.

Ni l’une ni l’autre ne doit son succès au marché intérieur des enchères, qui n’a pas l’assise nécessaire et suffisante pour établir un rayonnement international. C’est véritablement l’engagement des sociétés de ventes leaders de l’art contemporain – Christie’s, Sotheby’s et Phillips – qui ont propulsé ces signatures sur la scène internationale, via des ventes organisées à Londres et à New-York, et via la présentation de leurs oeuvres dans des cessions contemporaines globales, c’est à dire en-dehors des vacations strictement dédiées à la scène latino-américaine.
Plus encore, au-delà des performances attribuées aux artistes brésiliens, les deux femmes comptent dans le trio contemporain le plus coté de toute l’Amérique latine avec Felix GONZALEZ-TORRES (américain d’origine cubaine, né le 26 novembre 1957 à Guáimaro et mort le 9 janvier 1996 à Miami), dont l’installation de bonbons Untitled (Portrait of Marcel Brient) – une métaphore de l’amour, du désir et de l’impermanence – atteignait 4 m$ en 2010 (vente Phillips de Pury & Company, New York du 8 novembre 2010).

L’oeuvre la plus cotée de l’art contemporain brésilien est le monumental Meu Limäo (« Mon citron » en portugais) signée Beatriz Milhazes. Cette acrylique sur toile aux couleurs explosives doublait une estimation déjà haute de 900 000 $, le 14 novembre 2012. Finalement adjugée 1,8 m$, Meu Limäo a changé de mains pour plus de 2 m$ frais inclus. La demande est là, internationale, et d’autant plus déterminée que le nombre d’oeuvres disponible sur le marché est faible (l’artiste produit peu). A l’occasion des récentes cessions de mai 2014, Christie’s est parvenue à présenter l’une de ses toiles. Une garantie de succès désormais, accompagnée d’une estimation gourmande comprise entre 1 et 1,5 m$. Pari gagné pour cette œuvre, intitulée Palmolive (198.7 cm x 250 cm) qui faisait franchir une nouvelle fois le pallier millionnaire à l’artiste, avec un prix final équivalent à 1,685 m$ frais inclus (le 13 mai 2014 à New York).
L’artiste excelle aussi dans la gravure, avec des estampes de grandes dimensions. Bien que nettement plus abordables, celles-ci sont déjà très cotées. Les dernières sérigraphies soumises à enchères se sont vendues entre 8 000 et 25 000 $ en moyenne et l’an dernier, une planche sur 20 exemplaires s’est tout de même envolée à 35 000 $ chez Phillips, soit près de 44 000 $ frais inclus…Sa compatriote Adriana Varejao sera plus abordable dans un travail reproductible : ses photos de grands formats faiblement numérotés, qui sont accessibles autour de 10 000 $ en salles, sont quelquefois proposées à New York et à Londres, parallèlement à Sao Paulo.

 

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK