Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Le Top de Londres

[08/12/2017]

Le vendredi, c’est Top ! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications par thème. Le Top nous amène cette fois à Londres où culmine le meilleur de l’art impressionniste et moderne occidental.

Le marché de l’art londonien est l’un des plus actif du monde. Non seulement des dizaines de milliers d’oeuvres d’art changent de mains via le circuit des ventes aux enchères, mais il s’agit bien souvent des œuvres les plus emblématiques de l’histoire de l’art occidental. L’an dernier, la vente de quelques 50 000 œuvres d’art aux enchères généraient plus de 2 milliards de dollars de transactions à Londres, contre moins de 580 millions de dollars en France, pays pourtant particulièrement bien pourvu en chefs-d’oeuvre. Londres se positionne donc comme la seconde place forte du marché occidental derrière New York et loin devant la France.

Les ventes de prestige de Londres sont toujours des rendez-vous forts. C’est là que s’échangent certaines œuvres parmi les plus cotées de la planète. L’essoufflement du marché constaté l’an dernier (Londres perdait -30% de produit de ventes annuel entre 2015 et 2016) n’a pas atteint les purs chefs-d’oeuvre. Ceux-ci trouvent toujours acquéreurs, à l’image de Loth et ses filles un tableau de Rubens vendu plus de 52 millions de dollars en juillet 2016 chez Christie’s… Voici les meilleures adjudications emportées cette année, selon un découpage mensuel.

Rang Artiste Adjudication ($) Oeuvre Vente
1 Gustav KLIMT (1862-1918) 59 004 638$ Bauerngarten 2017-03-01 Sotheby’s Londres
2 Max BECKMANN (1884-1950) 45 830 765$ Hölle der Vögel 2017-06-27 Christie’s Londres
3 Pablo PICASSO (1881-1973) 44 405 117$ Femme écrivant (Marie-Thérèse) 2017-06-27 Christie’s Londres
4 Wassily KANDINSKY (1866-1944) 42 264 404$ Bild mit weissen linien
2017-06-21 Sotheby’s Londres
5 Francesco GUARDI (1712-1793) 33 877 824$ Venice: the Rialto Bridge with the Palazzo dei Camerlenghi 2017-07-06 Christie’s Londres
6 Joan MIRO (1893-1983) 31 461 029$ Femme et oiseaux (1940) 2017-06-21 Sotheby’s Londres
7 Vincent VAN GOGH (1853-1890) 30 861 460$ Le moissonneur (d’après Millet) 2017-06-27 Christie’s Londres
8 Wassily KANDINSKY (1866-1944) 26 851 589$ Murnau – landschaft mit grünem haus
2017-06-21 Sotheby’s Londres
9 Paul GAUGUIN (1848-1903) 25 229 423$ Te Fare (La maison) 2017-02-28 Christie’s Londres
10 Joseph Mallord William TURNER (1775-1851) 23 940 044$ Ehrenbreitstein, or The Bright Stone of Honour and the Tomb of Marceau, from Byron’s Childe Harold 2017-07-05 Sotheby’s Londres
copyright © 2017 artprice.com

Cette année comme la précédente, l’ouverture du marché londonien s’est faite avec les cessions traditionnelles d’art impressionniste, moderne et surréaliste de février 2017. Le challenge des sociétés de ventes fut, comme toujours, de présenter des œuvres de la plus haute qualité possible. Le clou de ce mois de février fut la vente d’un superbe Gauguin, Te Fare (La maison, 1892), réalisé au cours de la première période tahitienne de l’artiste. Cette toile – qui tient la neuvième place du classement – se vendait un peu plus de 9m$ en 1991 à Paris sous le marteau de la société Ader-Tajan, avant de rejoindre la collection du milliardaire Russe Dmitry Rybolovlev au terme d’une transaction privée. A l’époque, l’homme d’affaires déboursait 85m$ pour cette œuvre (source Katya Kazakina, Russian Billionaire Takes 74% Loss on $85 Million Gauguin, Bloomberg, le 28 février 2017)… il perd 60 m$ sur la revente de cette œuvre, cédée 20,325m£ (25,229m$), au top de l’estimation, le 28 février.

Le mois suivant, un résultat plus important encore que celui de la toile de Rubens vendue l’an dernier advint chez Sotheby’s pour une œuvre majeure de Gustav Klimt. Très convoitée, la toile Bauerngarten a atteint 59 m$… Le chef-d’oeuvre était exposé depuis de nombreuses années à la Royal Academy of Arts de Londres depuis 1994, année de son achat par un collectionneur privé pour 5,3 m$, soit 10 fois moins que sa valeur actuelle.

Un début d’été électrique

Les ventes impressionnistes et modernes de Sotheby’s et Christie’s organisées au mois de juin 2017 ont été le théâtre de résultats hors du commun en réponse à la qualité et la rareté des œuvres mises aux enchères. La plupart des meilleures adjudications annuelles remontent au début de l’été..

Le 21 juin, Sotheby’s enregistrait le nouveau record mondial de Kandinsky : Peinture avec des lignes blanches (Painting with white lines) une œuvre garantie pour plus de 35m$ s’est envolée pour 42,26 m$. Cette toile de 1913 jouant sur les correspondances entre sons et couleurs était revendue par les descendants du collectionneur William Hack, qui l’avait lui-même acquis auprès de galerie Tretyakov à Moscou.

Le même jour, un petit  »bijou » signé de Joan Miro, annoncé en couverture de catalogue, Femme et oiseaux, partait pour 31,46 m$. Cette œuvre de dimension modeste (38 x 46 cm) mais de superbe qualité, était issue de la fameuse série des Constellations qui ne comptent que 23 œuvres dans la production de l’artiste.

Quelques jours plus tard, le 27 juin, Christie’s vendait pour 194,5m$ de chefs-d’œuvre impressionnistes et modernes, dont la Femme écrivant (Marie-Thérèse) de Pablo PICASSO vendue pour 44,4 m$ ; Le Moissonneur de Vincent VAN GOGH annoncé en couverture de catalogue qui doublait presque son estimation basse en se vendant à plus de 30,8m$, et surtout la toile Hölle der Vögel (Les oiseaux de l’enfer), oeuvre majeure dont on ne connait pas d’autre équivalent pour Max BECKMANN, cédée pour 45,8m$. Christie’s avait ici l’honneur d’enregistrer le nouveau record mondial de l’art expressionniste.

Ces résultats tous supérieurs à 25 millions de dollars récompensent en premier lieu des œuvres impressionnistes et modernes européennes au cœur du marché londonien et du marché mondial. Seules deux œuvres plus anciennes se hissent dans ce classement annuel : une toile de Francesco Guardi établie le nouveau record mondial de l’artiste et une autre de William Turner signe la 4ème meilleure adjudication de l’artiste.

Malgré tout, vendre à Londres n’assure pas un taux de réussite absolu. Le 6 octobre dernier par exemple, la toile la plus attendue de la saison, une version de Study of Red Pope par Francis Bacon n’a pas trouvé preneur chez Christie’s. La toile, qui n’avait plus été révélée au public depuis 45 ans, faisait l’objet d’un catalogue indépendant de pas moins de 156 pages, un effort digne d’un morceau d’histoire de l’art attendu entre 80 et 100 millions en moyenne. Mais les enchères n’ont pas grimpé si haut, s’arrêtant nettes à hauteur de 75,8m$.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité OK