Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Le Top 10 des oeuvres sculptées par des grands peintres

[04/12/2015]

 

Le vendredi c’est top! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications par thème. Cette semaine, les 10 sculptures les plus chères de l’année 2015, réalisées par des peintres célèbres, sont passées au peigne fin.

Nombre de peintres de renom se sont essayés à la sculpture sans toutefois toujours parvenir à des résultats concluants. Violons d’Ingres pour beaucoup d’entre eux, la sculpture propose néanmoins pour certains d’entre eux une nouvelle perspective intéressante. Le marché se laisse ainsi de plus en plus souvent charmer par ces expériences. En 2015, les salles de ventes se sont en effet enflammées à plusieurs reprises pour des pièces en trois dimensions signées de la main de grands maîtres de la peinture.

Le Top 10 des oeuvres sculptées par des grands peintres
Rang Artiste Adjudication Oeuvre Vente
1 Paul GAUGUIN 27 500 000$ Thérèse (c.1902-1903) 2015-11-09 Christie’s NEW YORK NY
2 Edgar DEGAS 22 083 600$ Petite Danseuse de Quatorze Ans (c.1879/81) 2015-06-24 Sotheby’s LONDRES
3 Pablo PICASSO 11 742 900$ Tête (1962/64) 2015-02-03 Sotheby’s LONDRES
4 Yves KLEIN 7 800 000$ Accord Bleu (RE 52) (1958) 2015-05-12 Sotheby’s NEW YORK NY
5 Ernst Ludwig KIRCHNER 7 000 000$ Tnzerin mit gehobenem Bein (1913) 2015-11-09 Christie’s NEW YORK NY
6 Joan MIRO 6 200 000$ Personnage (1970) 2015-11-12 Christie’s NEW YORK NY
7 Joan MIRO 4 650 000$ Jeune fille s’évadant (1967) 2015-11-09 Christie’s NEW YORK NY
8 Yves KLEIN 4 000 000$ Untitled blue sponge sculpture (SE 181) (1960-1961) 2015-05-11 Christie’s NEW YORK NY
9 Roy LICHTENSTEIN 2 400 000$ Glass V (1977) 2015-11-10 Christie’s NEW YORK NY
10 Henri MATISSE 2 500 000$ Nu couch II (1927) 2015-11-12 Christie’s NEW YORK NY
copyright © 2015 artprice.com

 

Parmi ceux-ci, l’artiste français Paul Gauguin, aujourd’hui unanimement reconnu comme l’un des plus grands précurseurs de la peinture moderne. Depuis la vente (privée) en février 2015 de Nafea faa ipoipo (1882), à hauteur de 300 m$, les toiles de Gauguin sont considérées parmi les plus chères du marché. Son oeuvre sculptée en revanche est bien moins connue. Or cet automne, l’une des petites statues qu’il tailla dans bois au cours de sa retraite en Polynésie et directement inspirée de l’art indigène, Thérèse, est adjugée 27,5 m$ (soit 31 m$ frais inclus) chez Christie’s New York. Cette enchère, vraisemblablement amorcée par le précédent record, signe le deuxième meilleur résultat de l’année en ventes publiques pour une sculpture, loin toutefois derrière celui, historique, enregistré pour L’homme au doigt d’Alberto Giacometti (126 m$). Avec cette vente, le marché consacre un autre pan de l’oeuvre de Paul Gauguin et en fait un artiste complet.

La Petite danseuse de quatorze ans signée Edgar Degas est un autre exemple remarquable d’une sculpture qui affola les enchères sans que l’artiste ne soit particulièrement connu dans ce domaine. Acquise en juin 2000 pour 10,5 m$ chez Sotheby’s à Londres, la Petite danseuse de quatorze ans est revendue 22,1 m$ le 24 juin 2015 ! En l’espace de 15 ans, le prix de cette oeuvre a ainsi plus que doublé. Tout comme Gauguin, Degas puisa dans le même univers que celui de ses toiles l’inspiration pour des pièces sculptées. Ainsi les jeunes danseuses, douces et gracieuses qui peuplent ses peintures, prirent une nouvelles dimensions dans la production de plusieurs séries de bronzes, que le peintre réalisa essentiellement entre 1879 et 1881.

Tandis que le marché semble donc à présent redécouvrir la qualité des oeuvres en trois dimensions de Gauguin ou de Degas, il continue également d’apprécier le travail sculpté d’autres grands génies de la peinture. Ainsi Pablo Picasso, Henri Matisse ou Yves Klein enregistrent tous les trois chaque année d’importantes enchères pour leurs pièces sculptées. Toutefois, celles-ci constituent toujours un segment somme toute marginal et le produit des ventes aux enchères de ces artistes reste en grandes partie attribuable au commerce de leurs peintures (> 75%).

De la même manière, si l’oeuvre sculpturale de Joan Miro n’est pas tout à fait inconnue du grand public, il faut reconnaître que l’artiste catalan reste tout d’abord célèbre pour son coup de pinceau. Alors que celui-ci utilise une palette puissante (un bleu et un rouge vifs hautement reconnaissables), les sculptures de Miró gardent pour le plupart l’aspect rude du bronze. Si bien que les deux pans de son oeuvres se différencient assez fortement. On ne compte plus désormais le nombre de ses peintures millionnaires aux enchères mais, cette année et comme l’an passé, quatre de ses sculptures dépassèrent également ce seuil symbolique, avec un sommet à 7,1m$ pour l’un des 4 exemplaires de son fameux Personnage (1970).

Probablement en partie parce que leurs chefs-d’oeuvres se font de plus en plus rares sur le marché, les grands peintres des XIXème et XXème siècles assistent à une nouvelle attention pour l’oeuvre sculpturale qu’ils menèrent en parallèle de leur peinture. Ainsi, le record d’adjudication pour une oeuvre du peintre Ernst Ludwig Kirchner est aujourd’hu encore de 34 m$, frappé le 8 novembre 2006 chez Christie’s New York pour la toile Berline Strassenszene (1913/14). Cette année néanmoins, une enchère à 7 m$ établit un nouveau record pour sa sculpture avec la vente de Tänzerin mit gehobenem Bein (1913), enregistré par la même maison le 9 novembre dernier.

Le nom de Ernst Ludwig Kirchner, ou mieux encore celui de Roy Lichtenstein, évoque a priori un style pictural emblématique. Pourtant, leurs oeuvres sculpturales jouissent désormais d’un puissant marché, un marché naturellement secondaire mais qui connaît une croissance remarquable. Peu à peu, les grands maîtres occidentaux assistent à une reconnaissance totale. Ils sont à présent loués tout autant pour leurs peintures, leurs sculptures ou leurs dessins. C’est ce que nous apprend la vente de prestige new yorkaise The artist’s muse, organisée par Christie’s cet hivers 2015, et dans laquelle Gauguin, Kirchner et même Alberto Giacometti avaient tous les trois une peinture et une sculpture mises en vente parmi les 24 lots, sans que l’on puisse voir une différence de qualité entre ces deux médiums.

 

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité OK