Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.
Page d´accueil Artprice
LEADER MONDIAL DE L'INFORMATION SUR LE MARCHE DE L'ART
Inscrivez-vous gratuitement et suivez toute l'actualité de vos artistes favoris avec notre alerte email !

Le Top 10 des introuvables I – Les maîtres anciens

[03/07/2015]

 

Le vendredi, c’est Top ! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications par thème. Le classement révèle cette semaine les 10 artistes anciens les plus rares et les plus performants de l’année aux enchères. Lorsque l’offre frustre la demande, les nouveaux records dépassent de très loin les estimations, notamment pour le prestige d’une signature historique.

En se concentrant sur les introuvables aux enchères, le classement s’avère insolite, hors des courants de mode. Il regarde l’histoire de l’art et célèbre ses maîtres, en priori les artistes européens (7 places au classement). Les italiens actifs entre le XIVe et le XVIe siècle se retrouvent particulièrement bien représentés (Lorenzo Veneziano, Agnolo Bronzino, Vittore Carpaccio, Jacopo Di Cione) au côté de la Belgique, de l’Allemagne, de la France et de trois maîtres asiatiques (les chinois Yang Shen et Kong Shangren, ainsi qu’une attribution au japonais Hasegawa Tohaku). En égrenant signatures célèbres, attribution et artistes confidentiels, ce Top des ‘Introuvables’ prouve que dans le domaine de l’art ancien, la qualité fait toujours la force qui que soit l’artiste derrière l’oeuvre.

Le Top 10 des introuvables I – Les maîtres anciens
Rang Artiste Adjudication Oeuvre Vente
1 Agnolo di C.Allori BRONZINO 8 000 000$ Portrait of a young man with a book 2015-01-28 Christie’s NEW YORK NY
2 YANG Shen 3 312 575$ Calligraphy in Running Script 2015-05-17 China Guardian Auctions Co., Ltd. PÉKIN
3 Ludger Tom II RING 2 600 000$ Still Life with Wild Roses, Peonies and Other Flowers in a White Earthenware Vase 2015-04-22 Sotheby’s NEW YORK NY
4 Vittore CARPACCIO 2 400 000$ The Lamentation, with the Madonna and Saints Joseph of Arimathea and John the Evangelist 2015-01-29 Sotheby’s NEW YORK NY
5 Jean Antoine Th. GIROUST 1 200 000$ Mademoiselle d’Orléans Taking a Harp Lesson 2015-01-28 Christie’s NEW YORK NY
6 LORENZO VENEZIANO 1 100 000$ Saint Catherine of Alexandria and Saint Sigismund of Burgundy (c.1368) 2015-01-29 Sotheby’s NEW YORK NY
7 Jacopo CIONE DI 800 000$ Madonna and Child Enthroned with Saints Anthony Abbot, Mary Magdalene, Catherine of Alexandria, and a Bishop Saint, with Eight Angels 2015-01-29 Sotheby’s NEW YORK NY
8 SHI & HE Lu & Haixia 800 000$ Girl by a clear Stream 2015-03-18 Christie’s NEW YORK NY
9 KONG Shangren 658 400$ Calligraphy in clerical script (1707) 2015-05-18 China Guardian Auctions Co., Ltd. PÉKIN
10 Tohaku HASEGAWA (Attrib.) 500 000$ Willows and Uji River 2015-04-22 Christie’s NEW YORK NY
copyright © 2015 artprice.com

Les quatre maîtres italiens frappés d’un record en janvier 2015

Agnolo di C.Allori Bronzino (Florence, XVIᵉ siècle) – record : 9 125 000 $
Ce peintre italien maniériste (1503-1572) devrait son surnom ‘Bronzino’ à la couleur de sa chevelure ou à celle de sa peau. Fils adoptif et apprenti de Pontormo (vers 1515-1519), il peint ses premiers portraits lorsqu’il est appelé à la cour du Duché d’Urbino par les Della Rovere en 1530. Bronzino entre au service des Médicis en 1539 pour les décorations du mariage de Cosme Ier de Toscane et d’Éléonore de Tolède, pour laquelle il décora toute une chapelle du Palazzo Vecchio. Le magnifique portrait de jeune homme proposé en début d’année chez Christie’s s’est vendu 9,125 m$, dans son estimation. Pourquoi fut-il à ce point prisé ? Peut être parce que le même sujet de Bronzino fait la fierté des collections du Metropolitan museum de New York. Peut être aussi parce que la représentation d’un homme en pleine écriture est un autoportrait sous-jacent de ce grand peintre, qui fut aussi poète.

Vittore Carpaccio (Venise, XV-XVIᵉ siècleᵉ) – record : 2 853 000 $
Emule de Gentile Bellini et de Lazzaro Bastiani, influencé par la peinture flamande, Vittore Carpaccio a tenu une place éminente dans l’histoire et l’originalité de l’école vénitienne. Nous lui devons quelques cycles forts, dont la vie de St Jean et celui de l’école de Saint Giorgio des Schiavoni. Ce célèbre et prolifique artiste n’avait pas atteint le million aux enchères avant la vente d’une huile sur panneau de petites dimensions (43 x 38 cm) fin janvier chez Sotheby’s. Il s’agit d’une scène de Lamentation dont la lumière froide reflète l’apport de l’art flamand. Elle passait de plus de 800 000 $ son estimation optimiste.

Lorenzo Veneziano (Venise, XIVᵉ siècle) – record : 1 325 000 $
Peintre actif dans la deuxième partie du XIVe siècle italien, Lorenzo Veneziano fut probablement l’élève de Paolo Veneziano, premier nom connu de la peinture vénitienne, très influencé par l’art byzantin de l’époque. Lorenzo fut adepte du gothique tout en accordant une importance accrue aux détails naturalistes. Son record millionnaire est emporté pour deux panneaux datés vers 1368. La fraicheur des couleurs de Saint Catherine d’Alexandrie et Saint Sigismund de Bourgogne ont permis à Sotheby’s d’atteindre 1,325 millions frais inclus, 500 000 $ de plus que l’estimation haute.

Jacopo Di Cione (Florence, XIVᵉ siècle) – record : 965 000 $
Jacopo Di Cione est chargé de terminer le Triptyque de Saint Matthieu des Offices en 1368 avec son frère Andrea Orcagna, considéré comme la plus forte personnalité de Florence au XIVᵉ siècle. Le style de Jacopo est marqué par une grande préciosité, un hiératisme des figures et un goût prononcé pour l’architecture gothique. Jamais un retable si beau et si caractéristique n’avait été offert aux enchères avant la vacation Sotheby’s du 29 janvier 2015. L’oeuvre est partie au maximum de l’estimation pour finir à 965 000 $ frais inclus.

 

Parmi les autres grandes surprises de l’année, citons le petit vase de fleurs de l’artiste allemand Ludger Tom II Ring (1522–1584), qui s’est envolé au triple de l’estimation haute le 22 avril chez Sotheby’s, pour un prix record de 3,130 m$ frais inclus. Citons encore le grand portrait néo-classique de Mademoiselle d’Orléans prenant une leçon de harpe par Jean-Antoine Giroust (1753-1817) qui a doublé son estimation haute pour atteindre 1,445 m$ frais inclus, et enfin les 509 000 $ du maître de la légende de Sainte-Ursule. Ce dernier, actif à Bruges à la fin du XVe siècle, a représenté les épisodes de la vie de sainte Ursule pour un retable conservé au musée Groeninge (Bruges) mais on sait peu de choses sur lui. Bien que méconnu, le maître a stimulé un record de 509 000 $ en janvier dernier, pour une œuvre payée l’équivalent de 121 000 $ il y a 10 ans. Un maître ‘anonyme’ peut donc flamber (+320% ici) sur ce segment de marché définit par une qualité aussi rare que prisée, où les effets de mode ont peu de prise.

 


En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialitÉ OK