Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Le point sur l’art contemporain à Londres

[18/07/2017]

Un an après le Brexit (qui advenait rappelons-le pendant les grandes sessions de ventes londoniennes de juin 2016), changement de calendrier pour Christie’s, qui supprimait sa traditionnelle vente d’art contemporain du mois de juin. Tandis que Christie’s se concentre cette année sur le développement de ventes exclusivement en ligne, notamment sur les toutes premières ventes en ligne d’art d’après-guerre, contemporain et d’éditions contemporaines (11-20 juillet 2017), les sociétés concurrentes Sotheby’s, Phillips et Bonhams ont concentré l’attention et la puissance financière des collectionneurs à la fin du mois de juin.

Avec 39 œuvres vendues sur les 41 offertes au catalogue (soit un taux de réussite de 95%), la vente d’art d’après-guerre et contemporain de Sotheby’s du 28 juin atteste d’une belle appétence pour l’art américain – essentiellement – haut de gamme. Des résultats bien enlevés, largement au-dessus des estimations récompensent Josef Albers, Cecily Brown, Wolfgang Tillmans et Louise LAWLER (1947), dont un grand tirage sur cinq exemplaires, Anonymous, s’est envolé pour 208 000$, au double de l’estimation. Sotheby’s signe la troisième meilleure enchère de cette importante artiste américaine à qui le MoMA dédie actuellement une exposition monographique (Louise Lawler: Why pictures now, MoMA New York, jusqu’au 30 juillet 2017). Parmi les résultats les plus spectaculaires de cette session, une imposante oeuvre commune de WARHOL & BASQUIATSweet Pungent (244,5 x 206 cm) issue de la collection de Tommy Hilfiger s’est envolée au double de l’estimation initiale, achevant sa course à 5,7m$… un prix cohérent sachant que la symbiose amicale et créative des deux icônes de l’art américain n’a donné lieu qu’à une soixantaine d’œuvres collaboratives mêlant l’esthétique Pop de l’un à l’expressivité bouillonnante de l’autre. Fait rare, Sotheby’s présentait une seconde toile collaborative des deux stars : New Flame, cette fois vendue pour 3m$. Chacun était par ailleurs représenté par des œuvres solitaires, dont un Autoportrait de Warhol annoncé en couverture du catalogue (vendu près de 7,7m$) et une haute toile sans titre de Basquiat de 1983 cédée pour 8,3m$. Parmi les autres têtes d’affiche, Jean Dubuffet, Richard Prince et Roy Lichtenstein ont emmené les enchères entre 4 et 6 millions de dollars, à l’instar d’un plus jeune météore du marché, Mark GROTJAHN, dont Untitled (White Butterfly Mpg 03) est partie au prix haut : 5,16m$, soit deux millions de plus que la toile New Flame des deux stars « historiques » que sont Basquiat et Warhol… L’élan se confirme donc pour Grotjahn qui réalise déjà une année historique sur le marché des enchères.

Avec un résultat global de 80,2 m$, Sotheby’s annonce une performance en hausse de 16% en dollars et 20% en livres comparé à sa cession d’art d’après-guerre et contemporain de juin 2016.

Dans son sillage, Bonhams et de Phillips donnaient leurs ventes spécialisées les 29 et 30 juin. A l’issue de la première, une toile de l’artiste américain Mark BRADFORD, Dream Deferral, cotée 1,37m$ il y a deux ans (vente Christie’s du 14 octobre 2015) partait pour 2m$. Phillips enregistrait le lendemain plusieurs résultats millionnaires pour Keith Haring, Rudolf Stingel, Gerhard Richter, Sigmar Polke, Peter Doig, Mark Bradford, Bridget Riley, Albert Oehlen, Lucio Fontana ou Michelangelo Pistoletto, ainsi qu’un remarquable résultat pour Wolfgang TILLMANS qui établit un nouveau record à près de 784 000$ avec une photographie monumentale et unique (Freischwimmer #84, 238,8 cm x 181 cm, Edition 1/1)… une nouvelle sanction positive qui porte à huit le nombre de records enregistré pour ses œuvres depuis le début de l’année 2017 !

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK