Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

La scène contemporaine russe

[26/07/2010]

 

Si les artistes russes n’atteignent pas encore les prix exceptionnels de Damien HIRST ou de Jeff KOONS, ils affichent néanmoins un marché dynamique qui ne demande qu’à s’ouvrir encore.

L’indice des prix des contemporains affiche une progression de 65% sur la décennie, même après la violente correction de 2009 (30% de baisse).

L’art contemporain russe est en pleine ébullition, d’autant que les artistes doivent encore faire face à la censure. À Moscou, les deux organisateurs de l’exposition Art interdit 2006, organisée en 2007 sur le thème de la censure dans l’art, ont finalement été condamnés à payer une amende. Un esprit contestataire plane sur la création russe actuelle qui trouve ses collectionneurs non seulement auprès de la jeune génération de compatriotes fortunés mais aussi plus largement en Europe et aux Etats-Unis. Londres et Paris se sont révélées être des places de marché particulièrement dynamiques en la matière.
Parallèlement, Moscou s’est éveillée à l’art contemporain avec la première édition de sa Biennale en 2005, la section contemporaine de la Galerie Tretriakov et le Centre Garage pour la culture contemporaine créé par Dasha Zhukova en septembre 2008. L’art contemporain devenant aussi une affaire de prestige, les galeries ont fleuri dans la capitale russe.

En salles des ventes, une dizaine d’artistes sortent véritablement du lot avec des enchères à plus de 100 000$. Les grands favoris sont Vitalii & Aleksandr KOMAR & MELAMID, un duo subversif détournant l’imagerie de la propagande soviétique, généralement à l’huile sur toile. Ils décrochaient un record de 550 000£ à Londres en avril 2010, quintuplant l’estimation initiale (soit 847 000$, Meeting between Solzhenitsyn and Böll at Rostropovich’s Country House, Phillips de Pury & Company).
Parmi les artistes les plus performants aux enchères se croisent Semyon FAIBISOVICH, récompensé par cinq des dix meilleures enchères de l’art contemporain russe ; Leonid PURYGIN, Grisha BRUSKIN, Serguei VOLKOV, AES, le duo Vladimir & Alexander DUBOSSARSKY & VINOGRADOV, Konstantin ZVEZDOCHETOV, Maxim KANTOR et Vladimir KUPRIANOV.

Hormis Grisha BRUSKIN qui réalisait une extraordinaire performance lors d’une vente new-yorkaise en novembre 2000 avec la toile Logies, Part I frappée 380 000$ (contre une estimation de 15 000-20 000$, Christie’s), les autres artistes ont tous enregistré leurs records à Londres entre 2007 et 2008, pour des enchères allant de 116 000$ (Cast me not away from your Presence de Vladimir KUPRIANOV) à 530 000$ (Soldiers, Train Station Series de Semyon FAIBISOVICH).
Un budget compris entre 20 000 et 30 000$ permet d’accéder à des toiles intéressantes pour chacun de ces artistes. Chez VINOGRADOV & DUBOSSARSKY, quelques huiles sur toiles sont encore abordables entre 8 000 et 10 000$ tandis que certaines estampes changent de mains pour plus de 5 000$ !

Encore peu cotés sur le second marché, d’autres jeunes artistes se démarquent, notamment ceux exposés au pavillon russe de la 53e Biennale de Venise en 2009. Les sept artistes élus étaient : Alexei KALLIMA (une seule enchère pour un dessin, Compréhension mutuelle, vendu 3 800 €, soit 5 423$ en 2007 chez artcurial), Andrei MOLODKIN (ses sculptures au pétrole sont adjugées 20 000 et 40 000$), Pavel PEPPERSTEIN (ses dessins s’échangent entre 2 000 et 5 000 € en moyenne), Anatolij SHURAVLEV dont on n’a pas vu d’œuvres en salles depuis trois ans, Sergey SHEKHOVTSOV qui y a fait son premier pas aux enchères en 2009 (la sculpture Throne estimée 6 000£ chez Macdougall Arts à Londres fut ravalée), Georgy Ostretsov et Irina KORINA qui n’ont pas encore affronté le monde des enchères.

De même, la plupart des artistes russes exposés à la Maison européenne de la photographie de Paris sont novices voire inconnus en salles de ventes. L’exposition Photographie de la nouvelle Russie, 1990-2010 qui se tient jusqu’au 29 août 2010 dans le cadre de l’année France-Russie 2010 offrent l’occasion de découvrir les travaux peu connus de Yevgeny Kondatov, Yuri Kozyrev, Vladimir Mishukov, Georgy Pervov, Valeri Schchekoldin, Vladimir Siomin, Aleksander Sliusarev, Vladimir Viatkin, Mikhail Yevstafiev ou Igor Mukhin.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK