Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

La photographie contemporaine : +35%

[21/03/2005]

 

Au cœur des années 90, les collectionneurs n’entrevoyaient la face spéculative de l’art que sur un seul médium: la peinture. Mais avec une demande accrue et le renouvellement artistique, d’autres supports de création se sont révélés tout aussi rentables, si ce n’est plus que les tableaux. Ainsi, le marché de la photographie, en plein essor depuis cinq ans, est maintenant particulièrement porteur. En 2004, sur les 11 000 clichés proposés, 7 000 ont changé de mains pour 57 millions d’euros, soit dix fois plus qu’il y a douze ans. En moyenne, selon Artprice, les prix de la photographie ont augmenté de 7,6% par an entre janvier 1994 et décembre 2004, contre 4,4% pour la peinture.

20% des transactions sont françaises, 21,5% sont Allemandes. Les Etats-Unis dominent ce marché, avec 37,5% du volume et 80% du produit de ventes mondiale. Sotheby’s et Phillips se sont âprement disputés le leadership du marché de la photographie en 2004. Chacune d’elle a dispersé près d’un millier de lots, rapportant 17,3 millions d’euros à Sotheby’s et 16 millions à Phillips.

Les prix les plus importants ont été atteints par des photographies contemporaines, notamment durant la vente de la collection de la Baronne Lambert chez Phillips le 8/9 novembre 2004. De nombreux artistes ont battu leurs records lors de cette vacation qui rapporta près de 12,5 millions de $ (record absolu pour le produit d’une vente de photographie). Parmi les plus spectaculaires, soulignons ceux de Charles RAY (470 000 $), Cindy SHERMAN (420 000 $ pour «Untitled N°92, 1981») et Mike KELLEY (360 000 $). Chez Sotheby’s, le nouveau record pour un cliché contemporain a été décroché le 9 novembre dernier par l’américain Richard PRINCE, dont « Women looking in the Same Direction », un triptyque de 1980, s’est envolé 650 000 $. Sa cote a progressé de 741% au cours des 10 dernières années. A titre d’exemple, « The Entertainment Series: Russel » s’est échangé 75 000 dollars en 2004 contre seulement 11 500 $ en 1993. Toujours chez Sotheby’s, soulignons les 470 000 $ atteints par Charles RAY en novembre et les 400 000 $ pour Andreas GURSKY en mai.
D’une manière générale, les prix des photographies contemporaines ont progressé de 35% sur l’année 2004.

Exemples de progressions de prix de photographes contemporains en 2004

Artistes
Variations
Tendances
Richard PRINCE
+187%

Louise LAWLER
+61%

Andreas GURSKY
+27%

Nan GOLDIN
+24%

Robert MAPPLETHORPE
+20%

Hiroshi SUGIMOTO
+13%

Larry CLARK
+4%

Vik MUNIZ
-1%

Robert GOBER
-8%

Cindy SHERMAN
-9%

Andres SERRANO
-9%

Thomas RUFF
-14%

Thomas STRUTH
-24%

Gerhard RICHTER
-33%

Manuel ÁLVAREZ BRAVO
-40%

A l’inverse des américains, les stars allemandes du marché de la photographie sont en perte de vitesse depuis 2 ans. Pour Thomas STRUTH la dépréciation sur 2004 est de 24%. Celles de Thomas RUFF et de Bernd & Hilla BECHER sont respectivement de -14% et -32%. Andreas GURSKY, l’un des artistes les plus coté du marché avec « Untitled V », adjugé 560 000 $ chez Christie’s Londres en février 2002, est l’une des rares exceptions. Après une baisse entre janvier 2003 et janvier 2004, ses prix ont depuis progressé.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK