Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

La collection Ullens confirme et signe la puissance de l’art chinois

[12/04/2011]

 

Deux semaines après l’annonce de la domination chinoise sur le marché de l’art mondial, tous les regards étaient braqués sur la fameuse dispersion de la collection Ullens orchestrée par Sotheby’s à Hong Kong le 3 avril 2011.

L’issue de cette vacation reflète l’importance des fondements de l’art contemporain chinois : les œuvres se sont arrachées au triple, au quadruple, au décuple des estimations et parfois plus encore. Le produit de cette vente a généré 46,679 m$ (362,9 mHK$) hors frais en 104 coups de marteau, soit trois fois plus que l’estimation haute initiale (16,7 m$). C’est mieux que les 34 m$ enregistrés par Sotheby’s Hong Kong en trois vacations et 304 coups de marteau lors des mêmes cessions 2010.

Seule une œuvre est restée sur le carreau : Placebo 5-3 de ZHOU Tiehai (est. 200 000 HK$ – 300 000 HK$). Précisons que les amateurs de l’artiste venaient de se rassasier en quintuplant l’estimation de Can’t the Right Make the Left Happy ? (1 mHK$ soit 128 000 $) et décuplant celle de Mademoiselle Rivière devenue à 3 mHK$ le nouveau record de Zhou Tiehai (soit 385 800 $).

Zhang Xiaogang : le Jeff Koons de l’art contemporain chinois
La flambée des prix qui a repris sur l’art chinois est une course permanente aux records.
Le classement des artistes contemporains les plus cotés au monde est à nouveau bousculé par la nouvelle enchère équivalente à 9 m$, venue récompenser le lot phare de la vente « Ullens » chez Sotheby’s, c’est à dire le triptyque Forever lasting Love (1988) de ZHANG Xiaogang.

Zhang Xiaogang peut désormais s’enorgueillir de détenir la plus belle enchère jamais frappée pour un artiste contemporain chinois. Ce score de 9 m$ déclasse en effet des sommets atteints en plein boom de l’art contemporain, soit le lot de quatorze dessins à la poudre de CAI Guoqiang vendu 8,4 m$ en 2007 (Untitled, 66 mHK$, Christie’s Hong Kong, 25 novembre 2007) et le record décroché par ZENG Fanzhi en 2008 pour Mask series 1996 No.6 frappé l’équivalent de 8,6 m$ (67 mHK$, Christie’s Hong Kong, 24 mai 2008).

Sotheby’s misait beaucoup sur ce triptyque de Zhang Xiaogang mais ce résultat est bien au-delà de ses espérances : cette enchère de 9 m$ triple les premières estimations et multiplie largement par six une précédente adjudication enregistrée quatre ans plus tôt. Le 27 mai 2007 en effet, ce même triptyque se vendait l’équivalent de 1,4 m$ sous le marteau de Christie’s Hong Kong.
Zhang Xiaogang, qui devenait en 2008 le quatrième artiste contemporain mondial derrière Jeff KOONS, Damien HIRST et Richard PRINCE se serait vu classé second sur le podium des meilleures enchères 2010. A 9 m$, Forever lasting Love enterre l’installation de Maurizio CATTELAN frappée 7 m$ au marteau de Sotheby’s le 12 mai 2010 (Untitled) et se classe donc derrière le Balloon Flower (Blue) de Jeff koons adjugé 15 m$ le 10 novembre 2010 (Christie’s New York).

Le lendemain de cette adjudication record, Sotheby’s orchestrait, toujours à Hong Kong, sa traditionnelle vente d’art contemporain asiatique. Quelques heures après un record mondial, les acheteurs se sont battus ardemment pour emporter la pièce maitresse de la vente : Bloodline-Big Family, toujours de Zhang Xiaogang. L’oeuvre estimée 35-40 mHK$ s’est vendue 50 mHK$, soit 6,430 m$. Elle est désormais seconde sur le podium des records de l’artiste.

Dans la manne d’enchères millionnaires de cette vacation, citons les records de GENG Jianyi (Two People under a Light cédé 16 mHK$ soit 2 m$, est. 1-1,5 mHK$) et de DING Yi (Appearance of Crosses 90-6 vendu 15 mHK$ soit 1,9 m$, est. 600 000 – 700 000 HK$) ou encore l’enchère spectaculaire du Mao Zedong P2 de WANG Guangyi partie pour 2,121 m$ (16,5 mHK$ contre une estimation de 1,5-2 mHK$).

Ces œuvres issues de la collection Ullens sont considérées comme fondamentales dans l’histoire de l’art contemporain chinois. Certaines d’entre elles furent exposées pour China/Avant-Garde au Musée d’art national de Pékin en février 1989, une exposition forte émergeant dans le contexte terrible du massacre sur la place Tian’anmen, le 4 juin.
Cette vente Sotheby’s de 2011, fut quant à elle entachée par l’arrestation le jour même de l’artiste AI Weiwei par la police chinoise. Il aurait été arrêté dans le cadre d’une répression de dissidents intellectuels…

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK