Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

L’expressionnisme allemand de nouveau sur le devant de la scène.

[21/01/2003]

 

La cote des artistes des groupes Die Brücke et Der Blau Reiter ne cesse de grimper depuis 1999 (+ 25% de hausse dans l’année). Après 4 ans de hausse continue, l’indice des prix du mouvement (base 100 en 1997) dépasse aujourd’hui de 28 points l’Artprice Global Index. Sous ces meilleurs auspices, Christie’s organise sa dixième vente German and Austrian Art.

A l’origine de la progression des prix : la raréfaction de l’offre. Les collectionneurs attirés par cette forme d’art plutôt haute en couleur ont trouvé moins de 1600 lots sur le marché en 2002, contre plus de 2400 en 1999 ! De même, comme pour le marché de l’art en général, la sélectivité des acheteurs n’a cessé de progresser ces dernières années. Le taux d’invendus est passé de 26,7% en 1998 à près de 44% en 2002. Seules les œuvres de qualité trouvent désormais preneur. Elles sont essentiellement vendues au Royaume-Uni qui détient en 2002 plus de la moitié du chiffre d’affaires réalisé aux enchères par le mouvement. L’Allemagne et la Suisse tendent à disperser les productions de gammes inférieures et les estampes (57% des œuvres expressionnistes allemandes sont adjugées en Allemagne).

Faisant suite à la montée des prix, un enchaînement de records. Tout d’abord en 1999, lors de la dispersion de la collection Deyhle du 6 octobre chez Sotheby’s Londres, une toile de Otto DIX, Portrait of Lawyer Dr Fritz Glaser, multiplia par 4 son estimation haute avec une adjudication à 5,5 millions de dollars. Le même jour, The Waterfall: Women beneath a Waterfall (1912) devint l’œuvre la plus chère de Franz MARC : 7,6 millions de dollars. Récemment, comprenant des peintures allemandes et autrichiennes majeures, la vente de la collection Beck du 8 octobre 2002 fut l’occasion de voir apparaître des enchères exceptionnelles. En outre, il y fut adjugé l’enchère record de Alexej VON JAWLENSKY avec Nude Half Figure : 2,2 millions de dollars. Le prix le plus élevé pour une œuvre d’August MACKE fut atteint par Two Women in front of a hat Shop (1913) : 3,9 millions de dollars.

La multiplication d’importantes expositions et rétrospectives autour de ce mouvement, à l’image de celles du MoMA « Masterworks of German Expressionism », « Otto Dix » au Musée National d’Art Moderne de Paris, devraient entretenir l’appétit des collectionneurs et les prix en 2003.

Pour les satisfaire, Christie’s leur dédie une vente le 3 février. Au menu, un tableau sous influences cubofuturistes de Heinrich CAMPENDONK intitulé Der blaue Mäher (800 000 – 1 100 000 dollars). Cet artiste intégré au groupe Der Blau Reiter est peu présenté aux enchères. De fait, les estimations de ses toiles sont bien souvent dépassées. Des œuvres importantes d’artistes du groupe Die Brucke sont mêlées à la vente. L’une des plus importantes est cette toile de Hermann Max PECHSTEIN, Sommer (est. 1,2 – 1,6 millions de dollars), symbole de l’été 1910 que l’artiste a passé en compagnie de Erich Heckel et de Ernst Ludwig Kirchner. De ce dernier sera proposée Mann und Frau, une paire de sculptures en bois aux formes primitives. Il en est attendu 960 000 – 1 300 000 dollars. En tout, ce sont 37 lots très variés qui seront mis en vente durant la vacation de Christie’s. Le lendemain chez Sotheby’s, les amateurs retrouveront des œuvres de Emil NOLDE et Ernst Ludwig KIRCHNER.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK