Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Focus sur Bernar Venet

[28/08/2018]

Elle fait partie des grands évènements de la rentrée culturelle en France : la rétrospective consacrée à Bernar Venet ouvre le 21 septembre prochain au Musée d’Art Contemporain de Lyon.

Le Musée d’Art Contemporain de Lyon annonce la rétrospective la plus complète jamais réalisées (plus plus de 170 œuvres) autour de cet artiste majeur, internationalement reconnu en tant que sculpteur, mais dont l’oeuvre se déploie en de nombreux axes de recherches et d’expression. Venet s’est en effet promené dans la création à travers plusieurs périodes, explorant tour à tour le travail sur châssis, « les œuvres sonores, la poésie, les lignes indéterminées, les accidents, les dispersions, les combinaisons aléatoires, jusqu’aux lignes indéfinies et courbes des sculptures monumentales en acier corten dédiées à l’espace urbain ». L’actualité française de Venet sera double dans les prochains mois avec une deuxième exposition monographique, cette fois à Nice (Bernar Venet, the Conceptual Years, Musée d’art moderne et contemporain de Nice, 13 octobre 2018-13 janvier 2019). Retour sur une carrière mondiale et un marché en pleine vitalité.

Du minimal au monumental

Dès la fin des années 60, Bernar VENET lie fermement ses recherches plastiques et conceptuelles à des développements scientifiques (notamment en lien avec le département de physique nucléaire de l’université Columbia à New York en 1967). 10 ans plus tard, dans les années 70, il commence à donner corps aux œuvres qui ont construit sa carrière internationale : se concentrant sur les variantes de la ligne et de l’arc, il définit une esthétique nourrie par des investigations mathématiques liées au hasard et au chaos. Degré de l’angle ou de la courbe détermine la forme et le nombre d’éléments de ses compositions, notamment des sculptures monumentales en acier corten. Depuis le début des années 80′, période des premières sculptures monumentales utilisant des centaines de kilos d’acier, Venet a installé ses oeuvres partout à travers le monde: Norfolk, Austin, Denver, Berlin, Paris, Stuttgart, Bordeaux, Tokyo, San Francisco… Equilibre, contrôle, ordre et désordre, les sculptures de Venet flirtent aussi avec les limites et la démesure, surtout son projet Arc Majeur de 185,4°, une structure de 75 mètres de diamètre dont la courbe la plus haute devrait culminer à 60 mètres du sol… ce qui en ferait la plus grande sculpture du monde.

Son marché

Bernar Venet est natif du Sud de la France mais sa renommée ne connaît plus de frontières et il est aujourd’hui l’un des artistes français vivant les plus cotés. Son marché est au beau fixe, d’autant que les américains y prennent part de plus en plus fermement. La part de son chiffre d’affaires sur le sol américain a en effet grimpé de 20 points en une petite dizaine d’année, pour atteindre aujourd’hui 39%, contre 34% en France. Le marché français est toujours plus alimenté que le marché américain (56% des lots vendus en France contre 15% aux Etats-Unis), mais les œuvres majeures se vendent prioritairement à New-York. La répartition du marché de Venet est complétée par une activité en Suisse (10% du chiffre d’affaires) et au Royaume-Uni (8%).

Sa plus belle adjudication a été frappée à Doha (Qatar) en 2009, pour une importante sculpture, Four indeterminate lines, partie pour 722 500 $ (Sotheby’s Doha, 18 mars 2009). Plus récemment, Venet a enregistré son record américain à hauteur de 420 500 $ (228.5º Arc X 5, 1999, Sotheby’s New York, le 19 mai 2017) et un sommet en Suisse à 341 000 $ (Indeterminate line;, 1995 cédée pour 341 000 $ hors frais à la Galerie Kornfeld, Bern, le 15 juin 2018).

Porté par une demande véritablement internationale, Venet affiche un un indice des prix en hausse de 305% depuis l’année 2000, si bien que 100 $ investis à l’époque dans l’une de ses œuvres valent en moyenne 405 $ aujourd’hui.

Sa Fondation

Créée en 2014 sur un site exceptionnel de 5 hectares en Provence, la fondation Bernar Venet conserve la vaste collection de l’artiste axée sur l’art minimal et conceptuel. Des œuvres de Donald JUDD, Dan FLAVIN, Carl ANDRE, Richard LONG, Sol LEWITT ou Robert MORRIS, achetées par Bernar Venet à des prix relativement bas alors qu’il était un jeune artiste fraichement arrivé à New York, côtoient ses propres créations. Cet été, la Foundation a participé aux célébrations du 90è anniversaire de la naissance d’Yves KLEIN avec une exposition exceptionnelle, Yves Klein – Pigment pur (jusqu’au 14 septembre 2018), constituant en l’installation de pigments purs sur les 200 m² de la Galerie. Bernar Venet n’est pas seulement un artiste convoité, il est aujourd’hui un acteur important du tissu culturel français.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK