Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

En bref ! Un petit miracle de Cimabue – Chefs-d’oeuvre de Zao Wou Ki et de Sanyu – De Staël attendu à Paris

[04/10/2019]

Un petit miracle de Cimabue

Fier comme le siècle où il vécut, il réussit parfaitement les têtes des hommes de caractère et spécialement celles des vieillards, leur imprimant un je ne sais quoi de fort et de sublime que les modernes n’ont pu dépasser”. (L. Lanzi , Storia pittorica della Italia).

CIMABUE (c.1240/50-c.1302) en vente publique ? Ce type d’évènement n’arrive en moyenne que tous les 20 ans, et cette année est la bonne. Le Maître de Giotto ressurgit avec Le Christ moqué, une peinture à l’œuf et fond d’or sur panneau de peuplier, qui sera mise en vente par la société Actéon (Senlis, Oise, France), le 27 octobre 2019. Les experts du cabinet Turquin – qui avaient déjà authentifié le fameux Judith et Holopherne de Caravage – ont fait la lumière sur un panneau de 25,8 x 20,3 cm découvert lors de l’inventaire d’une maison à Compiègne, qui est bien une oeuvre originale de Cenni di Pepo, dit Cimabue, actif au milieu du XIIIème siècle. Son sujet, un Christ moqué, complète d’ailleurs deux panneaux connus : La Flagellation du Christ, conservé à la Frick Collection de New York depuis 1950, et La Vierge à l’Enfant de la National Gallery à Londres.

“Le peintre le plus influent de toute l’Italie centrale avant Giotto”, pour reprendre les mots de son biographe Luciano Bellosi, arrive en salle pourvu d’une estimation comprise entre 4 et 6 millions d’euros. Si la bataille d’enchères se mesure à l’aune de l’importance et de la rareté de ce petit miracle, cela pourrait être la première vente réussie depuis fort longtemps pour le peintre. La dernière tentative remonte à 2000 avec une Madone à l’enfant encadrée par deux anges. Ravalée chez Sotheby’s à Londres, l’oeuvre fut finalement achetée par la National Gallery. Il s’agit de la fameuse Vierge à l’Enfant, répondant au Christ moqué récemment redécouvert…

 

Chefs-d’oeuvre de Zao Wou Ki et de Sanyu à Hong Kong

Sotheby’s dévoile le catalogue de sa prochaine vente aux enchères à Hong Kong : parmi les 33 lots soumis aux meilleurs offrants le 5 octobre prochain, quatre occidentaux ont été sélectionnés pour répondre aux demandes des collectionneurs asiatiques, friands d’oeuvres de Bernard Buffet, Georges Matthieu, Wassily Kandinsky et Marc Chagall. Mais les deux signatures stars de la vente sont les franco-chinois Sanyu et Zao Wou Ki, autant habités par l’Asie que par l’Occident. Datée du 21 avril 1959, la puissante abstraction de ZAO Wou-Ki devrait passer les 10 millions de dollars. Ses belles toiles sont très demandées et Hong Kong est la meilleure ville du monde pour ce type d’oeuvres. Sotheby’s y a d’ailleurs enregistré le record mondial de l’artiste il y a deux ans avec un exceptionnel triptyque de dix mètres vendu pour 65,2 m$.

Le grand Nu de SAN Yu est phénoménal (Nu, 122,5  x 135 cm) : une solide composition jaune et noir, charpentée à la lisière de l’abstraction. Il est passé entre les mains de plusieurs collectionneurs français avant sa mise en vente à Hong Kong, là où les prix grimpent le mieux pour cet artiste emblématique de la modernité. Sur place, quatre de ses oeuvres ont déjà passé les 10 millions de dollars, deux chez Christie’s et autant chez Sotheby’s, mais encore aucun Nu de cette ampleur. Son estimation n’a pas encore été dévoilée. Verdict le 5 octobre…

 

Un de Staël majeur attendu à Paris

L’oeuvre a tout pour faire le nouveau record de Nicolas DE STAËL… Son sujet, des footballeurs traités dans l’énergie d’une composition abstraite typique des meilleures oeuvres du début des années 50′ ; sa provenance, irréprochable, l’oeuvre ayant été transmise aux propriétaires actuels par descendance de l’artiste ; ses dimensions, exceptionnelles, muséales, l’oeuvre s’exprimant sur plus de trois mètres (201 x 351.5 cm). Certains auront apprécié de voir le chef-d’oeuvre au Centre Georges Pompidou à Paris ou à la Fondation Pierre Gianadda en Suisse. Il fut exposé lors des dernières grandes rétrospectives de l’artiste (en 2003 et 2010).

 Parc des Princes (Les grands footballeurs) est donc l’une des œuvres les plus attendues de cette nouvelle saison de ventes. Accompagnée d’une estimation comprise entre 20 et 28 millions de dollars, elle devrait doubler le record actuel de De Stael, détenu depuis un an et demi par un Nu Debout de 1953 (12,1 m$). Christie’s frappait ce sommet à New York. Sa révision est attendue à Paris, l’oeuvre étant la pièce maîtresse du catalogue de la vente Paris Avant-Garde, organisée le 17 octobre prochain, par Christie’s.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK