Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

En bref : On Kawara – Jean Dubuffet – Anna-Eva Bergman

[18/07/2014]

 

Tous les quinze jours, Artprice vous propose un tour d’actualité du marché de l’art en quelques mots et quelques chiffres : On Kawara – Jean Dubuffet – Anna-Eva Bergman

JULY 10.2014

Artiste conceptuel d’origine japonaise, On KAWARA est décédé le 10 juillet dernier à l’âge de 81 ans. Adolescent durant les bombardements d’Hiroshima, ses premières oeuvres, presque toutes détruites par ses soins, témoignaient du chaos d’alors en mettant en scène des corps amputés. Il s’installe à New York en 1965 et débute dès le 4 janvier 1966 sa série ‘Today’ et ses fameuses « Date painting ». Sur un support monochrome, On Kawara peint en blanc la date d’exécution. Froides, rigides, mécaniques ces oeuvres sont gouvernées par le concept de leur exécution et subissent peu de variantes hormis la taille, la couleur du monochrome et l’inscription qui change selon le système de convention du pays au moment où elle est réalisée. L’oeuvre doit être terminée le jour même au risque d’être détruite, si le contrat est rempli elle est rangée dans une boite accompagnée d’une coupure d’un quotidien local. On Kawara interroge le temps, le constate, le défie aussi.
Les marteaux n’ont que peu boudé cette figure incontournable puisque sur 141 lots passés à l’encan, seuls 16 n’ont pas trouvé preneur entre 1991 et 2014. Le 26 février 2007, il signe son premier résultat au dessus du million de dollars grâce à un lot de 10 oeuvres : Apr3, 1990»/«June 6, 1991»/«Nov14, 1992»/«26 Mai 1993, cédé 1,94 m$ chez Christie’s New York. L’unique toile à ce jour millionnaire, demeure l’indétrônable et la plus grande jamais produite MAY 1.1987. Cédée 1,83 m$ en 2007 (le 16 mai 2007 chez Chrisite’s New York) elle est de nouveau acquise à près de 4,2 m$ le 12 mai 2014 (toujours chez Christie’s New York) devenant, de loin, le record de vente pour une toile d’On Kawara. Depuis 2013, la majorité de ses « Date painting » s’échangent entre 220 000 et 620 000 $ pour des petites dimensions (entre 20×25 cm et 45×60 cm). D’autres séries d’Art Postal à l’exemple de « I Got up » sont accessibles entre 3000 $ et 16 000 $.
Ces derniers mois, On Kawara travaillait sur sa première rétrospective au Guggenheim New York prévue en 2015 « On Kawara–Silence » (du 6 Février au 3 mai 2015), de quoi continuer à faire vivre son oeuvre.

Dubuffet à la Fondation Leclerc

Inaugurée en juin 2012 avec une rétrospective de Gérard Fromanger, la Fondation Leclerc logée au en plein coeur de la Bretagne à Landerneau, propose du 22 juin au 2 novembre de revisiter la carrière d’un des artistes français les plus populaires, Jean DUBUFFET. Deux collections majeures, les Arts Décoratifs et la Fondation Dubuffet, permettent d’habiller de quelques 210 oeuvres les cimaises du couvent des Capucins autour d’une promesse, celle d’une « découverte inédite du grand Oeuvre de l’artiste ».

Quinze ans après la rétrospective au Centre Pompidou, la Fondation Leclerc relance l’attention sur cet artiste singulier qui, dans la foulée, vient de signer un nouveau record en salles. Le 1er juillet 2014, l’huile sur toile exécutée en 1963, Le gai savoir, a ainsi trouvé preneur à plus de 6,7 m$ soit près de 2m$ de plus que son estimation haute (estimée 3,68 -4,69 chez Christie’s Londres). Le même jour, toujours chez Christie’s, la vivacité des cessions d’art contemporain a également permis de revisiter le record de Tracey EMIN pour son installation My Bed adjugée 4,26 m$ et Antoni TAPIES avec Gran ocra amb incisions (Large Ochre with Incisions) frappée à 2,76 m$.

Anna-Eva Bergman s’expose à nouveau en France

Jusqu’au 23 Aout 2014, la galerie Jerome Poggi présente le travail, un peu oublié en France, de l’artiste Franco-Norvégienne Anna Eva BERGMAN. La compagne de Hans HARTUNG (avec qui elle s’est mariée deux fois !), n’a en effet pas exposé a Paris depuis 20 ans, pas étonnant alors que la plus belle enchère de l’artiste en France date de 1990 (Sans Titre, vendu 9 565$).
Saluons l’effort du galeriste Parisien de faire re-découvrir en France une artiste qui, malgré une rétrospective de son vivant en 1977 au Musée d’art Moderne de la ville de Paris, souffre d’une demande très locale. En effet 54% de son produits des ventes des 15 dernières années fut réalisé en Norvège, et 8 des 10 plus belles enchères de l’artiste furent frappées à Oslo. Les prix aux enchères de Anna-Eva Bergman sont encore loin d’égaler les sommets atteint par les œuvres de son mari Hans Hartung (l’œuvre T 1947-14 fut vendue 1m$ en 2010 chez Versailles Enchères), sa plus belle enchère culmine à 47 096$ pour l’œuvre Tourbillon Lumineuse vendue en 2010.
Le travail de l’artiste demeure très abordable aux enchères puisque 86% des lots vendus les dix dernières années le furent à moins de 5 000$, et qu’un seul lot depuis 2011 s’est vendu au dessus de 10 000$.
En 2015, l’artiste devrait encore accroître sa visibilité à l’international, car elle aura droit à une rétrospective au Musée d’art Contemporain de Palma De Majorque, cela tombe bien l’artiste n’est pas encore présente aux enchères en Espagne.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK