En Bref : la Fondation Vasarely lance ses premiers NFT; retour sur la vente de la collection Jacqueline Matisse Monnier

[15/04/2022]

La Fondation Vasarely, première institution culturelle française à créer des NFT!

Après une participation à la première fashion week numérique de l’histoire aux côtés de Selfridges et de Paco Rabanne, au sein de Décentraland, la Fondation Vasarely a lancé ses premiers NFT le 26 avril 2022. Fruit d’une collaboration entre Selfridges, la Fondation Vasarely et Paco Rabanne, cette première série, nommée “Universe Paco Rabanne & Fondation Vasarely”, comprend 12 oeuvres NFT de Victor Vasarely et 12 « Unwearables » de Paco Rabanne, à des prix allant de 600€ à 220 000€.

Elle présente des œuvres monumentales de Victor VASARELY sous forme de jetons, dont la plupart des recettes sera reversée à la Fondation Vasarely à Aix-en-Provence, centre architectonique érigé entre 1973 et 1976 par le plasticien français Victor Vasarely. Six de ces NFT sont des intégrations architecturales qui doivent être restaurées. Six autres sont codés avec un smart contract (contrat intelligent) programmé pour rafraîchir les métadonnées du design afin de refléter l’état des œuvres, directement sur le NFT. Les réparations auront lieu une fois par an sur une période de deux ans.

Voici donc la première institution bénéficiant de l’appellation « Musée de France » à entrer dans le monde de demain !

 

Collection Jacqueline Matisse Monnier

78 œuvres réalisées par les plus grands noms du XXe siècle”. C’est ainsi que Christie’s introduisait à Paris la vente de la collection de Jacqueline Matisse Monnier, décédée en mai 2021. Petite-fille de Henri Matisse, belle-fille de Marcel Duchamp et filleule de Joan Miro, Jacqueline Matisse Monnier a baigné dans l’art toute sa vie, non seulement via l’héritage de ses aînés mais aussi en collectionnant elle-même.

Les oeuvres de Jacqueline Matisse Monnier provenaient (souvent directement) de certains des plus grands artistes du XXème siècle, dont Jean Dubuffet, Niki de Saint Phalle ou Claude et François-Xavier Lalanne. La collection comprenait aussi plusieurs œuvres de Marcel DUCHAMP, devenu le beau-père de Jacqueline après avoir épousé sa mère, Alexina ’Teeny’ Sattler, en 1954, suite au divorce de Teeny avec Pierre Matisse.

Lors de la dispersion des lots le 13 mai, la pièce la plus convoitée fut un Petit buste d’homme d’Alberto GIACOMETTI. Rare bronze patiné rehaussé de peinture datant de 1950, et provenant de la collection de Pierre Matisse, Estimé entre 3 et 5 millions d’euros, il est finalement parti à son estimation basse. Henri MATISSE tenait une place d’honneur avec 26 œuvres proposées dans cette vente, dont trois portraits de sa petite-fille Jacqueline et des œuvres emblématiques comme Nymphe et faune rouge, oeuvre la plus chèrement vendue à près de 5,2m€ (5,6m$), Océanie, le ciel (4m€, soit 4,3m$) et Océanie, la mer (2m$ soit 2,26m$).

Une collection exceptionnelle, chargée d’histoire, organisée pour que la famille puisse régler les frais de succession. Autour de 25 millions d’euros étaient attendus pour l’ensemble de cette vente. Christie’s Paris affiche un résultat final éclatant : 40,48m€.