En Bref ! Hockney par Freud – Hommage à Gérard Fromanger – Hauser & Wirth Monaco

[25/06/2021]

Record attendu pour un portrait de David Hockney par Lucian Freud

Pas un seul tableau de Lucian FREUD n’a été présenté aux enchères depuis deux ans… 10 ans après le décès de l’immense artiste (le 20 juillet 2011 à Londres), une petite toile promet de tenir en haleine les collectionneurs rassemblés le 29 juin lors de la prochaine vente d’art moderne britannique de Sotheby’s organisée à Londres.
Cette toile de 40 par 31centimètres a maintenu Lucian Freud, alors âgé de 80 ans, assis dans son atelier durant quatre longs mois, pour saisir et retranscrire toute l’intensité du  visage de son ami David Hockney. Plus qu’une rareté, la pépite de cette vente Sotheby’s signe la rencontre de deux « titans » de l’art contemporain britannique, d’où une estimation comprise entre 8 et 12 millions de livres, soit entre 11 et 17 millions de dollars. Dans cette fourchette d’estimation, elle battrait platement le portrait d’un autre géant de la peinture anglaise : celui de Francis Bacon, enlevé pour 9,4m$ il y a treize ans (Christie’s Londres, 19/10/2008).

Décès de Gérard Fromanger, maître de la Figuration narrative

“Gérard Fromanger était un ami, un camarade, un compagnon de route, un visionnaire. Un artiste engagé dans la défense de toutes les libertés, un poète à la palette enjouée et multicolore”, a réagi l’ancien ministre de la Culture française, Jack Lang, suite au décès de Gérard FROMANGER à l’âge de 81 ans.
Formé à l’Académie de la Grande Chaumière à la fin des années 50, l’artiste chemine ensuite vers la couleur qu’il exprime pleinement en basculant dans le nouveau courant de la Figuration narrative au milieu des années 1960. A l’époque, ses scènes urbaines sont peuplées de personnages, “comme une sorte de cirque très spécial” confiait-il. “Spécial”, mais aussi puissant et totalement engagé, car la peinture était pour lui un acte politique.

Après de longues périodes solitaires dans la gestion de sa carrière artistique, Fromanger travaillait avec les galeries Bucher-Jaeger et Caroline Smulders. Son oeuvre eut une visibilité internationale, avec des expositions aux Etats-Unis, en Chine, en Afrique et en Europe. Tardivement, en 2016, le centre Pompidou de Paris consacrait une grande rétrospective à cette peinture “révolutionnaire et joyeuse”, pour reprendre les mots de Deleuze.

Nouvelle galerie Hauser & Wirth

Fondée depuis bientôt trente ans par le couple Iwan et Manuela Wirth, la galerie éponyme ne cesse de s’étendre. Déjà implantée à New York, Londres, Hong Kong, Zurich, St. Moritz, Somerset, Gstaad et bientôt Minorque, elle a inauguré il y a quelques jours son enseigne à proximité de l’emblématique Hôtel de Paris Monte-Carlo à Monaco. Le lieu de 290 m2 disposant de 9 mètres de hauteur sous plafond leur permettra d’accueillir des oeuvres conséquentes des 80 artistes de la galerie, parmi lesquels on retrouve des signatures aussi prestigieuses que George Condo, Alexander Calder, Mark Bradford, Cindy Sherman ou encore Louise BOURGEOIS, choisie pour inaugurer ce nouvel espace monégasque. Une monumentale Spider accueille déjà les visiteurs à l’extérieur. Figure emblématique de Louise Bourgeois, les grandes araignées protectrices peuvent flirter avec les 30 m$ aux enchères (Spider, Christie’s, New York, 2019). A l’intérieur de la galerie, deux immenses sculptures en aluminium suspendues (Untitled, 2004) tournent doucement. Des spirales abstraites que l’on a rarement l’occasion de voir exposées et que l’on a jamais vu sur le marché des enchères.