En Bref : des NFT à Hong Kong, 600m$ pour la Collection Macklowe, chefs-d’oeuvre impressionnistes de la Collection Cox

[17/09/2021]

Christie’s se lance dans la vente de NFT à Hong Kong
Pas de rentrée sans NFT… la semaine dernière, en proposant deux lots de Yuga Labs dans la session en ligne « Ape In! » Sotheby’s enregistrait 26,2 millions de dollars, établissant le record pour une vente aux enchères de NFT au sein de la maison de ventes. Parmi ces deux lots, un ensemble de 101 NFT de YUGA LABS représentant des singes est parti pour pas moins de 24,4m$ (101 Bored Ape Yacht Club)… Le marché est toujours sous tension depuis la vente, le 11 mars dernier chez Christie’s, d’Everydays – The First 5000 Days de Beeple au prix exorbitant de 69,3m$.

Cette semaine, et jusqu’au 28 septembre, c’est au tour de Christie’s de se positionner sur ce segment juteux avec sa première vente de NFT organisée depuis Hong Kong, la place de marché internationale la plus dynamique de l’année. Dans sa rubrique désormais dédiée aux NFT – “Christie’s Encrypted “- la société britannique précise que cette vente “comprend la collection de M. Shawn Yue, acteur et collectionneur renommé en Asie. La collection est une rétrospective de sa carrière au cours des 20 dernières années (…) Il s’agit également de la toute première vente NFT en Asie proposée par une maison d’enchères internationale, avec un large éventail d’art NFT, notamment un ensemble de CryptoPunks exceptionnellement rares créés par LARVA LABS, ainsi que le Bored Ape Yacht Club de Yuga Labs (BAYC ) et la dernière création de Larva Labs, Meebits.”

Le montant récolté par la vente d’œuvres sous forme de NFT a déjà atteint 127,6 millions de dollars au cours du premier semestre 2021… Devenues uniques et hautement collectionnables, ces œuvres digitales représentaient déjà un tiers de la valeur des ventes en ligne, soit 2% du Marché de l’Art global entre janvier et juillet 2021. Il serait inconcevable pour les grandes maisons de ventes de ne poursuivre l’exploitation de ce nouveau filon, de cette nouvelle “révolution” dans l’art de collectionner.

.
Collection Macklowe : plus de 600 m$ d’oeuvres bientôt en vente chez Sotheby’s
A la suite d’une décision de justice dans le cadre du divorce (prononcé en 2018) entre magnat de l’immobilier new-yorkais Harry Macklowe et de son ex-épouse Linda avec qui il a partagé près de 60 ans de vie commune, l’une des plus importantes collection d’art “contemporain” arrive en salle. Sotheby’s a été choisie pour s’occuper de cette dispersion particulièrement attendue. Forte de 65 tableaux ou sculptures, elle comprend neuf œuvres de Pablo Picasso, Nine Marilyns (1962) de Andy Warhol estimée autour de 50m$, une toile monumentale de Cy TWOMBLY (Untitled, 2007) qui pourrait atteindre 60 millions, alors que le record de l’artiste est fixé à 70m$ depuis 2015 (Untitled (New York City) (1968))… La vente promet encore des œuvres exceptionnelles de Jeff Koons et de Mark Rothko, de Brice Marden, Agnes Martin, Sigmar Polke ou Gerhard Richter… exemples d’un patrimoine artistique immense dont la totalité est évaluée entre 600 et 800 millions de dollars.

Parmi les pièces mises en vente, il y a Le Nez d’Alberto Giacometti, dont il n’existe que cinq exemplaires. Oeuvre essentielle ayant fait la couverture du catalogue de la rétrospective Giacometti du musée Guggenheim en 2018, son prix pourrait tourner autour de 65 millions de dollars. Si tel est le cas, elle deviendrait la quatrième sculpture de Alberto GIACOMETTI la mieux vendue aux enchères, l’artiste ayant passé le seuil des 100m$ à trois reprises (en 2010 avec L’homme qui marche I (1960), en 2014 avec Chariot (1950) et en 2015 avec L’homme au doigt (1947)). La valeur de cette sculpture n’a plus rien à voir avec le million de dollars de son coût d’acquisition en 1992, comme c’est le cas pour la plupart des chefs-d’oeuvre proposés…

La dispersion aura lieu en deux temps, avec une première vente le 15 novembre 2021 et un deuxième volet en mai 2022. Les œuvres seront auparavant exposées à New York, Hong Kong, Londres, ou encore Paris.

.

Collection Cox : le meilleur de l’impressionnisme chez Christie’s
A la manne contemporaine de la collection Macklowe chez Sotheby’s, Christie’s répond par l’incroyable collection moderne COX, dont des toiles majeures de Van Gogh, Caillebotte ou Cézanne seront proposées, en novembre 2021, aux enchères à New York. Pour Adrien Meyer, coprésident pour l’art impressionniste et moderne chez Christie’s, « La collection Cox, qui est peut-être l’une des plus belles collections d’art impressionniste jamais mises aux enchères, restera dans les mémoires comme un chapitre important pour le marché de l’art. La plupart des tableaux représenteront une occasion unique pour tout collectionneur ou musée ».

Cette collection hors du commun retrace une “histoire de l’impressionnisme”, à travers les choix de Edwin Lochridge Cox, homme d’affaires américain ayant fait fortune dans le pétrole et le gaz, décédé en novembre 2020 à l’âge de 99 ans. Parmi les 25 œuvres bientôt dispersées, on compte l’un des tableaux les plus importants de Gustave CAILLEBOTTE, Jeune homme à sa fenêtre (image ci-contre), peint en 1876 et estimé plus de 50 millions de dollars. Cette toile majeure devrait donc écraser l’actuel record de Caillebotte – fixé à 22 m$ en février 2019 pour Chemin montant (1881), une toile vendue chez Christie’s à Londres.

Tout le catalogue n’est pas encore disponible sur le site de la maison de ventes, mais deux autres chefs-d’oeuvre sont présentés : L’Estaque aux toits rouges de Landscape with three cows, toile exécutée vers 1883-1885 et estimée de 35 à 55 millions de dollars, est un événement pour tout grand collectionneur rêvant d’une œuvre fondatrice pour la genèse du fauvisme et du cubisme; tandis que Cabanes de bois parmi les oliviers et cyprès constitue une occasion rare d’acquérir une toile provençale dans la plénitude du style de Vincent VAN GOGH. Exécutée à Saint-Rémy en 1889, cette dernière est évaluée autour de 40 millions de dollars.

Une sélection de ces chefs-d’œuvre sera présentée lors d’expositions à Taipei, Tokyo, Hong Kong et Londres avant l’ouverture de l’exposition – suive de la vente – au Rockefeller Center à New York.