Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

En bref

[23/08/2013]

 

Tous les quinze jours, Artprice vous propose un tour d’actualité du marché de l’art en quelques mots et quelques chiffres.

12ème Biennale de Lyon : le monde est un récit

La ville de Lyon (France) se prépare à ouvrir sa 12ème Biennale d’art contemporain. Son titre Entre-temps… brusquement, et ensuite suggère un parcours varié sur les différentes formes de l’art narratif contemporain. Portée par Thierry Raspail, directeur artistique et curatée par Gunnar B. Kvaran, la Biennale de Lyon ouvre ses portes du 12 septembre 2013 au 5 janvier 2014 avec plus de 70 artistes en têtes d’affiche. Parmi eux, quelques-uns des artistes les plus prometteurs de la jeune scène new-yorkaise. Gunnar B. Kvaran a notamment sélectionné Dan COLEN (qui présente un ensemble de sculptures inédites), Nate LOWMAN (qui partage son atelier new-yorkais avec le premier) et le collectif THE BRUCE HIGH QUALITY FOUNDATION (BHQF), fondé en 2004 dont les membres sont volontairement anonymes afin d’échapper à « la starification mécanique du marché de l’art ». Qu’importe, le marché peut aussi stariser les anonymes – Banksy en est la preuve vivante – et le collectif Bruce High Quality Foundation s’arrache déjà aux enchères. Le dernier record en date a atteint 234 300 $ (150 00 £) sous le marteau de Phillips, le 14 février 2013. L’oeuvre ainsi récompensée revisite Les Ménines, fiction narrative de Velasquez autour de la famille royale d’Espagne, au sujet desquelles le critique d’art Daniel Arasse affirmait “le temps n’épuise pas Les Ménines, il les enrichit”. Le collectif Bruce High Quality Foundation a accolé à l’image des Ménines une vue de son propre atelier. La réactivation du passé par le présent passe ici au filtre du procédé sérigraphique d’Andy Warhol. Il en ressort un palimpseste artistique dont les couches successives ne s’effacent jamais totalement mais se construisent les unes par rapport aux autres.

Leon Ferrari

L’artiste conceptuel argentin Leon FERRARI est décédé cet été à Buenos Aires à l’âge de 92 ans. Son œuvre détournant les codes de la culture et de la religion a fait scandale à maintes reprises auprès des autorités religieuses et de la population, qui n’appréciaient pas tous de voir une reproduction de la Vierge Marie dans un mixeur électrique et de Jésus dans un toaster. Le monde salue quant à lui son indépendance d’esprit et son inventivité, notamment en lui octroyant le “Lion d’Or” du meilleur artiste 2007, lors de la 52ème Biennale de Venise, l’un des prix les plus prestigieux du monde de l’art contemporain.

En salle, le succès des œuvres les plus subversives est mitigé. Ainsi, des figurines de crèches campées dans un jouet aux allures de four à micro-ondes restaient sur les bras de Sotheby’s en 2010 (Infierno (From the Series Para Infiernos), estimée 18 000 $ – 22 000 $, Sotheby’s New York, 17 novembre 2010). Les rares œuvres sur toile se vendent quant à elles beaucoup mieux. L’artiste fait d’ailleurs son entrée aux enchères en 2005 avec une première technique mixte adjugée 50 000 $ (soit 60 000 $ frais inclus, Untitled, Sotheby’s, New York, 16 novembre 2005) suivi deux ans plus tard d’un record toujours d’actualité à 55 000 $ (soit 67 000 $ frais inclus, Sotheby’s, New York, 20 novembre 2007). Bien que ses œuvres soient représentées dans de nombreuses collections prestigieuses dont celle du MoMA à New York, Leon Ferrari demeure un artiste abordable. Des dessins sont proposés à Buenos Aires, New York ou Paris dans une fourchette de prix de 5 000 $ à 10 000 $ en moyenne.

Abdessemed au Qatar

Nominé au Prix Marcel Duchamp en 2006, Adel ABDESSEMED (né en 1971) a notamment participé aux biennales de Sao Paulo (2006), de Lyon, Istanbul et Venise (2007), de Marrakech et la Havane (2009), a bénéficié d’une première grande exposition au Centre Pompidou de Paris en 2012, s’est fait connaître à New York et sera bientôt exposé au Qatar, considéré comme l’acheteur d’art moderne et contemporain le plus puissant du monde. Entre temps, il a décroché un record d’enchère de 289 500 $ pour sa grande Mappemonde, olive en acier peint (vendue l’équivalent de 350 000 $ frais inclus, Christie’s New York, 22 septembre 2011). L’oeuvre destinée à transiter par le Qatar, après une exposition à Pietrasanta (Toscane, Italie), est une sculpture de cinq mètres de haut représentant le fameux coup de tête donné par Zinedine Zidane à Marco Materazzi lors de la finale France-Italie du mondial de football en 2006. Elle sera exposée au Mathaf (Arab Museum of Modern Art) de Doha dans le cadre d’une exposition monographique intitulée L’âge d’or (ouverture le 5 octobre 2013). Vendu entre Londres, Paris et New York, le jeune artiste pourrait intégrer prochainement les catalogues Christie’s et Sotheby’s de Doha.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK