Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Coup double pour la collection Gunter Sachs chez Sotheby’s

[29/05/2012]

 

Après les ventes historiques d’art contemporain et d’après-guerre des 8 et 9 mai dernier, la vivacité du marché se confirme avec la vente par Sotheby’s de la collection Gunter Sachs. Dispersée sur deux jours (les 22 et 23 mai) à Londres, les quelques 300 lots ont généré près de 53 m$ dont 46,7 m$ récoltés lors de la vente du soir (le 22 mai). Avec plus de 90% de lots adjugés, dont les trois quart au-dessus de leurs estimations, les résultats de la première cession ont révélé pas moins de 16 enchères millionnaires dépassant largement les espérances.

Mécène et féru de Pop Art, le play-boy millionnaire Gunter Sachs s’est suicidé à l’âge de 78 ans en mai 2011. Il a laissé derrière lui une extraordinaire collection dont seulement une partie vient de passer en vente. Proche ami de Andy WARHOL, les 14 œuvres de l’artiste Pop réparties sur ces deux cessions étaient au centre des convoitises. Avec 7 œuvres adjugées dont 4 à plus de 3 m$, les Warhol ont pulvérisé le chiffre d’affaires de la vente du soir en portant l’addition à 26 m$, soit plus du double du produit total (46,7 m$). Attraction principale, son autoportrait tardif (Self-Portrait (Fright Wig) daté de 1986) a signé la plus belle enchère de la soirée en trouvant acquéreur à 7,5 m $.
Un autre lot très attendu, le portrait de Brigitte Bardot, ex-épouse de Gunter Sachs, s’est finalement vendu plus difficilement à 4,2 m $, soit à peine plus que son estimation basse. Si Gunter Sachs est resté obsédé par l’image de la Brigitte Bardot des années 60 tout au long de sa vie, les collectionneurs ne se sont pas fait prier pour doubler l’estimation du portrait de la belle par Richard AVEDON qui s’est envolé à près de 190 000 $ (Brigitte Bardot, Hair By Alexandre, Paris Studio, 1959).
On imagine mal meilleur endroit que la demeure d’un riche play-boy pour accueillir un ensemble de mobilier érotique d’Allen JONES. Trois meubles de l’artiste britannique constitués de mannequins, femmes fétiches aux positions suggestives, ont créé la surprise grâce à une forte émulation en salle et au téléphone. Rapportant au total 3,5 m$, chaque pièce a multiplié entre 16 et 20 fois son estimation haute : du jamais vu pour l’artiste ! Ainsi, la Table estimée 30 000 – 40 000 £ a trouvé preneur pour 830 000 £ (soit plus de 1,3 m$) et, sous les mêmes estimations, Chair et Hatstand ont été respectivement frappés à 710 000 £ (1,12 m$ ) et 660 000 £ (1,04 m$). Des prix records pour Allen Jones qui ont largement distancé ses plus belles enchères. Son record n’ayant pas été révisé depuis 2010, où l’huile sur toile Soft Tread avait été adjugée à 458 000 $ (Phillips de Pury & Company Londres, le 19 mars 2010), l’a donc été de trois fois.
Du côte des Frenchies, l’Expansion Jaune de CÉSAR a largement été disputée avec une adjudication à 150 000 £ (soit 237 000 $), contre une estimation haute de 80 000 £. Les 3 Moutons de Laine de François-Xavier LALANNE ont eux aussi fait une belle performance en trouvant preneur pour 2,2 m$, soit 4 fois l’estimation haute. Le plus gros coup de marteau pour une vente de mouton en laine, sculpture phare de l’artiste, dont le dernier record tablait à 1,5 m$ pour 12 moutons.

Avec 247 lots pour un produit total de 6,23 m$, la vente de jour n’a pas atteint les sommets de la veille mais a tout de même réalisé quelques performances remarquables. Parmi elles, deux toiles de Gérard SCHLOSSER ont largement doublé leurs estimations hautes. Ainsi J’ai envie de moules a été frappé pour 76 000 $ et Pousse toi un peu pour 63 000 $. L’année 2012 commence bien pour ce grand représentant de la Figuration Narrative, qui signe ainsi ses 3ème et 4ème meilleures enchères. Avec un marché en perte de vitesse depuis plusieurs années, les affiches lacérées de Raymond HAINS et de Mimmo ROTELLA ont dépassé les prévisions. Parmi elles, Cléopatra de Mimmo Rotella estimée 30 000 – 40 000 £ a finalement été adjugée à 110 000 £ (soit près de 174 000 $).
Enfin, d’autres belles performances ont été enregistrées pour Diego GIACOMETTI, Jean FAUTRIER, BEN ou encore Candida HÖFER… Mais au final, ce sont les œuvres sensuelles de Gunter SACHS – car le collectionneur était aussi photographe- qui ont fait le plus sensation. N’ayant jamais dépassé le seuil des 11 000 $, les 10 photographies présentées lors de la vacation se sont échangées entre 15 000 $ et 269 000 $. C’est un tirage nommé Ascot qui, grâce à la ferveur des acheteurs, a pulvérisé son estimation (8 000 – 12 000 £) atteignant la somme record de 269 000 $ (170 000 £). La provenance de la collection, à l’image de la vie flamboyante de son propriétaire, a largement été récompensée.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK