Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Cinq peintres incontournables de plus de 99 ans

[26/11/2019]

Quand Pablo Picasso peint le Guernica en 1937, il a 56 ans. Certains disent que le meilleur de son œuvre est alors derrière lui… Au cours des 35 années qu’il lui reste à travailler, lui le plus imaginatif des artistes du XXème siècle n’aurait soi-disant plus jamais atteint le même niveau de créativité. Cela est une opinion, bien sûr… Mais lorsqu’en mai 2015, le tableau Les femmes d’Alger (Version ‘O’) daté de 1955 atteint le prix record de 179 m$, cette opinion est remise en question par le Marché de l’Art.

Certains artistes ont une carrière très longue et il faut parfois beaucoup de temps pour arriver à se déprendre de la fascination que l’on garde pour les pièces qui nous ont d’abord marqués, et regarder enfin avec plus d’attention la suite de l’œuvre. Il faut parfois que les premières commencent à manquer, à se faire rares en salles de ventes, pour s’intéresser aux périodes de création plus récentes.

thierry Ehrmann, président et fondateur d’Artmarket.com : « les peintres et les sculpteurs ne disparaissent plus tellement jeunes aujourd’hui, mais ils peuvent vivre très vieux. A 99 ans, les artistes ont une aura immense, que savent aujourd’hui mettre en avant les musées, les galeries et même les maisons de ventes ».

Voici cinq géants qui, ayant fêté plus de 99 ans, gardent une actualité bouillonnante.

Pierre SOULAGES (1919) – 25,4 m$ en 2019*

A la veille de son 40ème anniversaire, Pierre Soulages réalise Peinture 186 x 143 cm, 23 décembre 1959. Adjugée 10,6 m$ (frais inclus) en novembre 2018, elle est considérée comme sa meilleure œuvre vendue à ce jour en salle de ventes. Les autres résultats confirment que la période 1955-1965 correspond au sommet de la carrière de Pierre Soulages.

Graph Soulages - FR

Produit des ventes aux enchères (2000-nov. 2019) de Pierre Soulages par année de création – gauche
Pierre Soulages ©thierry Ehrmann – Courtesy du Musée de L’Organe / La Demeure du Chaos – droite

Celui-ci n’a pourtant jamais cessé de peindre et son travail de s’enfoncer toujours plus loin dans la recherche sur l’« outrenoir ». La galerie Perrotin expose à Shanghaï jusqu’au 28 décembre ses tableaux les plus récents, réalisés en 2017 et 2018. Tandis que le Louvre, le plus grand musée du monde, lui offrira très bientôt le plus beau cadeau qu’un artiste puisse recevoir : une exposition dans le Salon carré, à partir du 11 décembre 2019.

Wayne THIEBAUD (1920) – 15,2 m$ en 2019*

A New York, la galerie Acquavella retrace l’évolution de la peinture de Wayne Thiebaud au cours des 54 dernières années, avec un solo show intitulé Mountains 1965-2019, présenté jusqu’au 13 décembre.

Ce précurseur du mouvement Pop Art en Amérique revient également sur le devant du Marché de l’Art avec une vente spectaculaire. Le 14 novembre 2019, son tableau Encased Cakes (2011) a été adjugé 8,5 m$ chez Sotheby’s à New York. Ce succès retentissant, pour une oeuvre réalisée alors qu’il était âgé de 91 ans, prouve que les collectionneurs ne délaissent pas toujours les œuvres de maturité.

Carmen HERRERA (1915) – 3,8 m$ en 2019*

Avec un nouveau record en salles de ventes chaque année depuis quatre ans, la peintre abstraite d’origine cubaine Carmen Herrera voit son marché véritablement décoller. En mars 2019, la toile Blanco Y Verde (1966/67) a finalement été vendue 2,9 m$, chez Sotheby’s à New York.

A plus de cent ans, Carmen Herrera continue bien sûr de peindre. Elle a rejoint la puissante Lisson Gallery et a été exposée dans des lieux aussi prestigieux que le Whitney Museum en 2016.

SUN Qifeng (1920) – 1,9 m$ en 2019*

Le marché de Sun Qifeng se montre extrêmement dynamique, avec plus de 100 œuvres échangées en moyenne chaque année dans les salles de ventes chinoises. Il est l’un des grands maîtres de la peinture traditionnelle encore en activité, également directeur de la Chinese Artists Association et Chinese Calligraphers Association, professeur à la Tianjin Academy of Fine Arts et membre du comité Beijing Research Institute of Chinese Painting.

En juin 2019, deux de ses dessins sont apparus pour la première fois dans les salles de ventes américaines, chez Christie’s. Les deux petites œuvres vendues 10 000 $ et 11 875 $ proviennent de la collection familiale du journaliste et professeur à la Yale University, Howard H.S. Chao, à qui Sun Qifeng avait dédié ses deux dessins.

Toko SHINODA (1913) – 335 000 $ en 2019*

Figure incontournable de l’abstraction japonaise, Toko Shinoda a croisé la route des plus grands peintres américains de l’Après-guerre, sans jamais tourner le dos aux traditions de son pays. Bien qu’elle se soit brièvement essayée à la peinture à l’huile et à l’acrylique, elle n’a jamais abandonné l’encre de Chine.

toko 2

Toko Shinoda – Cherishing (1977)

Ses œuvres, longtemps restées très abordables, prennent aujourd’hui rapidement de la valeur, comme le prouvent les trois dernières adjudications de Cherishing (1977) à Tokyo :
– 10 600 $, le 25 avril 2008 chez Mallet Japan
– 23 950 $, le 14 juillet 2016 chez Mallet Japan
– 36 200 $, le 20 janvier 2018, chez Mainichi Auction

 

*Du 1 janvier 2019 au 25 novembre 2019

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK